avoir plus de liens ?
Pour ce faire, n'hésitez pas à aller voir les sujets ouverts par les membres ici-même. Des membres comme Lyra Livanov, Teresa Ravenscar et Aelin Rosenbach ont besoin de vous !

avoir plus de rp/d'action ?
Encore une fois, c'est très simple ! N'hésitez pas à parcourir la recherche de rp, ou encore, vous pouvez obtenir une mission ! Si ça ne vous suffit pas, vous pouvez aussi faire intervenir un pnj dans vos rps !

Découvrir les topics communs en cliquant ici !

Le staff vous souhaite de joyeuses fêtes !



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
fermeture définitive
Le forum ferme définitivement ses portes ! Pour plus d'informations cliquez ici

( my heart still beats and my skin still feels, my lungs still breathe and my mind still fears. )
rebelles
avatar


▹ Mes comptes : nolan fawkes (water).
▹ Sur Aléria depuis : 08/11/2015
▹ Messages : 518
▹ Pseudo : incaendo, lise.
▹ Disponibilité : 1/5 (natalia/dmitri/malia/(aleya))
▹ Avatar : dylan o'brien
▹ Crédits : bbw.



▹ Âge : 23 ans. Alexis est né à la fin du mois d'août.
▹ Nation : Sa nation est celle de l'air, et malgré toutes ces années passées dans la nation de la terre, il restera toujours profondément attaché à sa nation.
▹ Daemon : Thanae, une femelle lynx qui semble contenir toute la haine du garçon en elle. Elle est aussi téméraire et rusée que Gael, et aussi souple et sanguine qu'Alexis, partageant parfois ces coups de colère.
▹ Statut civil : Célibataire, mais il ne se considère pas comme tel. Le coeur d'Alexis appartient à Gael. Depuis toujours, en fait, mais il ne comprenait pas les sentiments qu'il avait pour l'être qu'il n'était censé qu'aimer d'un amour fraternel. Alexis a également eu une relation avec Aleya Hemingway, mais ils se sont séparés un peu avant qu'Alexis arrive à Aleria.
▹ Don : La projection astrale. Apparue accidentellement pendant l'une de ses nombreuses séances de méditation. Il a appris à maitriser un peu plus son don avec Gael, qui est le seul à connaître son secret. Pendant que Gael travaillait dans sa chambre, Alexis prenait place dans un coin de la pièce et s'entrainait, étant alors certain que personne ne le dérangerait, puisque Gael y veillait.
▹ Signe distinctif : Alexis boite encore légèrement, à cause de son accident lors des attentats. Il a également des légères marques de brûlures sur les épaules et sur les flancs, qui ne sont plus douloureuses du tout et il possède une fine cicatrice dans son dos, vestige d'un vieil accident. Il a également un tatouage de sa nation entre les omoplates.
▹ Allégeance : La rebellion, toujours.

Voir le profil de l'utilisateur

( my heart still beats and my skin still feels, my lungs still breathe and my mind still fears. )
Mar 24 Nov - 1:18

Alexis Livanov
but we're running out of time,
all the echoes in my mind cry there's blood on your lies.
blowing in the wind
nom et prénom(s) ≈ Alexis, un prénom choisi par Malia parce qu'elle voulait pouvoir en choisir un des deux. Alexis était le prénom porté par son grand père, Alexis Kastarov, qui servit sous Karina Livanov dans la première armée de l'air. Livanov est son nom de famille, ce n'est pas tout ce qui le représente mais Alexis, même sil avait été adopté, est un Livanov jusqu'au bout des ongles. Fils de l'air, fière et refusant de laisser quelqu'un d'autre s'asseoir sur le Trône des Vents. Il se sent très proche d'une de ses ancêtres, Karina en personne, bien qu'il ne l'ait jamais connu. C'est une chose qu'il n'a jamais exprimé tout haut, pas même à Gael. âge, date et lieu de naissance ≈Alexis est désormais âgé de 23 ans. Il est né 7 minutes après son frère jumeau, Gael, le 29 août 1979. nation ≈ Fils de l'air, tout chez lui le crie au monde. que ce soit cette petite flèche dans le creux de son poignet droit, caractéristique des fils de l'air d'avant la guerre, ou encore même sa manière de marcher, de s'asseoir, de s'adapter. allégeance ≈Bien qu'il soit le dernier Livanov à être entré dans la rebellion, il y est très attaché et ne les trahirait jamais. Pour lui, c'est la seule bonne cause. daemon ≈ Thanae, une femelle lynx intrépide et qui ne laisse personne la déstabiliser. Elle ressemble beaucoup à Gael, presque plus qu'elle ne ressemble à Alexis. Comme l'ainé, elle est courageuse et bruyante. Elle a de l'énergie à revendre et n'hésite pas à remettre Alexis à sa place quand il le faut. Elle sait aussi se montrer douce, et câline et adore qu'Alexis la touche. Thanae semble aussi, dernièrement, renfermer toute la haine qu'Alexis essaie de faire partir de son être. Elle est son échappatoire, après tout, et le daemon le pousse de plus en plus à agir. métier/fonction ≈ Alexis n'a pas le droit à avoir le moindre métier légal, évidemment, puisque son existence même est illégale. Il est donc recruteur pour la rébellion, et ce depuis quelques jours après son entrée chez eux. Alexis est doué pour ça, il observe les gens longuement avant de les approcher. statut civil ≈ Célibataire, c'est ce qu'il répondrait. Autrefois, il était en couple avec Aleya Hemingway, une jeune maître de la terre qu'il apprécie encore et toujours plus que de raison. Ele est son pilier quand les choses vont mal (et surtout quand ça va mal avec Gael) et il a eu peur de la perdre pour de bon, quand ils se sont séparés. Aleya est, malgré elle, la cause de bien des soucis d'Alexis, sentimentalement parlant. Malgré tout l'amour qu'il lui porte, Alexis ne l'aime pas autant qu'il aime Gael. Gael, c'est son âme soeur, ce morceau d'âme qu'on lui a arraché et qu'il a besoin auprès de lui à chaque instant, comme si il était tout son air. Parce qu'il est tout son air. Il a longtemps pensé l'avoir perdu, et a tenté de le récupérer avant de déclarer qu'il abandonnait. C'est finalement l'accident du plus jeune qui a provoqué leurs retrouvailles. Ils ont réalisés qu'ils pouvaient se perdre d'un instant à l'autre et, enfin, ils ont mit des mots sur ce qu'ils ressentaient. Alors voilà, Alexis est célibataire, officiellement... Mais son coeur est pris, et tout son être n'appartient qu'à son autre.orientation sexuelle ≈ Il n'y a jamais pensé. Alexis ne comprends pas l'intérêt de cette question, ni pourquoi elle divise le peuple. L'amour n'a pas de corps, selon lui. L'amour, c'est la connexion de deux âmes soeurs. Ou d'une seule, déchirée à la naissance, peut importe. Alexis n'aime pas les corps, il aime les âmes, celles qui font vibrer la sienne avec force. signe distinctif ≈ Alexis aimerait être totalement physiquement semblable à son ainé, mais force est de constater que ce n'est pas le cas. Le jeune homme a une cicatrice dans le dos, longue et fine. Vestige d'un accident quand il était gamin. En fait, il essayait de maîtriser l’air avec son père quand il a fait voler un éventail un peu trop imposant, pour ses maigres forces d’enfant. Trop pris dans le courant d’air mal maîtrisé d’Alexis, Jon n’a pas su éviter le drame et l’éventail est venu lui barrer le dos d’une coupure impressionnante. Ca lui a valu d’attendre que ça guérisse, avant de reprendre l’entrainement. Deux semaines sans pouvoir maîtriser l’air. Il possède également, entre les omoplates, un tatouage de la taille d'un point et qui représente le signe de sa nation. Un autre tatouage, tradition chez les maîtres de l’air, s’étale sur son poignet droit : une flèche qui a été tatouée là quand il avait quatre ans, un peu après qu’il ait dévoilé ses pouvoirs. L’enfant ne se souvient plus de la douleur de l’encrage, il était trop heureux de pouvoir arborer la flèche. Ensuite, depuis son accident lors des attentats, Alexis possède quelques cicatrices, surtout sur les jambes. Mais la plupart disparaissent assez vite. Désormais, Alexis boite un peu, il a longtemps du marcher avec une canne mais ça va mieux et il reprend doucement l’entrainement. particularité ≈ La projection astrale. Apparue accidentellement pendant l'une de ses nombreuses séances de méditation. Il a appris à maitriser un peu plus son don avec Gael, qui est le seul à connaître son secret. Pendant que Gael travaillait dans sa chambre, Alexis prenait place dans un coin de la pièce et s'entrainait, étant alors certain que personne ne le dérangerait, puisque Gael y veillait. En plus de ça, il n’est pas mentalement sain. Depuis toujours, Alexis est sujet à des crises de colères impressionnantes. Des TEI : Troubles Explosifs Intermittents. En plus de ça, il est bourré de paradoxes, presque comme si deux personnalité cohabitait en un seul corps. D’un côté, celui qu’il a toujours été, un peu candide, réfléchi, calme et d’une douceur comparable aux légères brises qui font doucement voleter les cheveux des filles. De l’autre, c’est comme si son ancêtre, Karina la Terrible, habitait en lui. Il n’est alors que haine, colère et ressentiment. Froid, calculateur et à la limite de la folie furieuse il est capable de se lancer dans un combat acharné dans un claquement de doigt.
qualités ≈ réfléchi, protecteur, loyal, tactile, dévoué, créatif, d'un naturel jovial (mais qui s'est fort estompé avec la guerre, sa méfiance prenant le dessus plus que tout), déterminé, peu rancunier. défauts ≈ perfectionniste, plutôt timide, sarcastique, très méfiant, parfois hypocrite, peut se montrer cruel, jaloux (mais pas autant que Gael).

to know a little more about you
L'une des seules personnes à pouvoir presque immédiatement calmer Alexis lorsqu'il a une crise de colère est (était) Gael. Désormais, rien n'est moins sûr. La manière dont ils se sont quittés à brisé, et construit quelque chose en Alexis et il ne sait pas si c'est pour un bien ou un mal. Natalia a également un étrange pouvoir sur lui, elle arrive à le calmer plus rapidement, le comprends mieux que les étrangers et il a toujours eut un faible pour les sourires de sa petite soeur.
Même si Alexis est plutôt d'un tempérament calme : il aime beaucoup les combats amicaux en guise d'entrainement. Il en a fait beaucoup avec sa famille, et même avec quelques maîtres de la terre qui habitaient avec eux.
Il glisse toujours ses doigts sur la tête de Thanae pour se rassurer, il glisse ses doigts dans sa fourrure à cet endroit là. Ca a aussi le don de calmer la lynx.
Alexis aurait souhaité que sa mère les accompagne en dehors de cette prison dorée qu'à été la maison des Hemingway, après la mort de son père, mais elle n'a pas voulu. En y repensant, il sait que c'est pour le mieux.Il ignore encore qu'elle est à Aelia, elle aussi.
Alexis est très tactile, ce qui peut sembler étrange. Il a besoin de contact physique avec les gens. Il allait souvent se blottir dans les bras de sa mère, et l'enlacer même quand il a grandit. C'était surtout avec Gael qu'il avait sa dose, son jumeau étant toujours prêt à combler ce manque d'un autre, de cet autre dans sa vie.
En plus de ça, le jeune homme aime particulièrement enfouir son visage dans le cou de sa mère, de son frère, ou d'Aleya, surtout pour s'endormir. Il aime y déposer quelques baisers quand il se réveille et le fait d'ailleurs à chaque fois.
Il a mit du temps à comprendre réellement ce qui arrivait, pourquoi on leur avait caché tout ça ? Pourquoi est-ce qu'on avait tué sa famille ? Qu'était-il censé faire ? Déjà empêtré dans un problème venimeux, entre Gael et lui, il a du en affronter un autre, un qui le dépassait largement et qui l'a fait grandir d'un coup. De candide et docile, il est devenu plus réaliste, plus haineux et bien moins docile. Désormais Alexis aime prendre ses propres décisions, que ça plaise ou non.
Le jeune homme se laisse de plus en plus envahir par une haine qu'il sait qu'il ne devrait pas laisser prendre le contrôle. Il ne sait pas faire autrement.
Il a toujours caché son don à tout le monde, la seule exception est Gael. Il a voulu en parler à Natalia, aussi, mais ne savait pas trop comment s'y prendre.



prénom, pseudo ≈ bigbadwolf, lise (appelez moi par mon prénom, svp) âge ≈ 22 ans avis sur le forum ≈  heart  comment l'as tu découvert ≈ la fondatrice m'en a parlé et on a pas mal discuté.  smoke personnage ≈ (x) inventé (x) prédéfini () scénario  avatar ≈ dylan o'brien dernier mot ≈  dauphin



Don't you remember how I used to like Being on the line? I dreamed you dreamed of me calling out my name, Is it worth the price? Cut cover, take that test, Hold courage to your chest. Don't wanna wait for you, Don't wanna have to lose All that I've compromised to feel another high. I've got to keep it down tonight. I had to break myself to carry on. No love and no admission... Take this from me tonight. And oh, I was a king under your control.
Revenir en haut Aller en bas
rebelles
avatar


▹ Mes comptes : nolan fawkes (water).
▹ Sur Aléria depuis : 08/11/2015
▹ Messages : 518
▹ Pseudo : incaendo, lise.
▹ Disponibilité : 1/5 (natalia/dmitri/malia/(aleya))
▹ Avatar : dylan o'brien
▹ Crédits : bbw.



▹ Âge : 23 ans. Alexis est né à la fin du mois d'août.
▹ Nation : Sa nation est celle de l'air, et malgré toutes ces années passées dans la nation de la terre, il restera toujours profondément attaché à sa nation.
▹ Daemon : Thanae, une femelle lynx qui semble contenir toute la haine du garçon en elle. Elle est aussi téméraire et rusée que Gael, et aussi souple et sanguine qu'Alexis, partageant parfois ces coups de colère.
▹ Statut civil : Célibataire, mais il ne se considère pas comme tel. Le coeur d'Alexis appartient à Gael. Depuis toujours, en fait, mais il ne comprenait pas les sentiments qu'il avait pour l'être qu'il n'était censé qu'aimer d'un amour fraternel. Alexis a également eu une relation avec Aleya Hemingway, mais ils se sont séparés un peu avant qu'Alexis arrive à Aleria.
▹ Don : La projection astrale. Apparue accidentellement pendant l'une de ses nombreuses séances de méditation. Il a appris à maitriser un peu plus son don avec Gael, qui est le seul à connaître son secret. Pendant que Gael travaillait dans sa chambre, Alexis prenait place dans un coin de la pièce et s'entrainait, étant alors certain que personne ne le dérangerait, puisque Gael y veillait.
▹ Signe distinctif : Alexis boite encore légèrement, à cause de son accident lors des attentats. Il a également des légères marques de brûlures sur les épaules et sur les flancs, qui ne sont plus douloureuses du tout et il possède une fine cicatrice dans son dos, vestige d'un vieil accident. Il a également un tatouage de sa nation entre les omoplates.
▹ Allégeance : La rebellion, toujours.

Voir le profil de l'utilisateur

Re: ( my heart still beats and my skin still feels, my lungs still breathe and my mind still fears. )
Mar 24 Nov - 1:18

a very strange enchanted boy
our debut was a masterpiece but in the end for you and me oh the show it can't go on
Il n’était pas heureux. Pas vraiment. Et sa mère l’avait bien senti. Malia l’accueillit encore en l’entourant d’une brise légère, et il se glissa entre ses bras pour glisser son visage dans son cou. Comme toujours.  Elle glissa ses bras autour du corps de l’enfant, alors âgé de 6 ans, et le pris sur ses genoux. « Qu’est-ce que tu as, Alexis ? » Il releva la tête. « Gael joue plus avec moi. » Malia posa un baiser sur le front de son fils, et continua de dispenser des caresses le long de son dos. « Tu dois apprendre à maîtriser l’air, et Gael n’a pas encore ses p… » « Je m’en fiche, maman ! » Elle fronça les sourcils. « Alexis, Gael a le droit de jouer avec qui il veut. Ce n’est pas parce que c’est ton frère jumeau que vous devez toujours être ensemble, tu comprends ? » L’enfant semblait avoir du mal à saisir cette notion, il y eut un instant de silence, durant lequel il n’avait de cesse de se demander pourquoi ? et puis, elle reprit la parole. « Plus tard, quand tu seras un papa toi aussi, Gael ne sera pas avec toi. Ta femme n’aimerait pas ça. » Elle lui chatouilla doucement le ventre et Alexis sourit légèrement. « On pourra toujours jouer ensemble, moi je veux bien. » Malia eut un rire franc, elle déposa son fils au sol et lui pris la main, pour l’emmener dans sa chambre. « Les adultes ne jouent pas comme les enfants, tu sais. » « Vous faites quoi, pour vous amuser, alors ? » Il avait à nouveau froncer les sourcils. « On lit, on s’occupe de nos enfants, on s’entraine, on discute… » Thanae s’était posée sur l’épaule de son jeune maître, après avoir pris l’apparence d’une petite pie. « Ca n’a pas l’air très amusant. » Déclara Alexis, qui sentait son daemon assentir, dans un coin de sa conscience. Malia ouvrit la porte de la chambre de son fils. « C’est parce que tu es encore trop petit pour comprendre. » Alexis grimpa dans son lit, Malia s’attendait à ce qu’il demande pour rejoindre Gael. Comme il le faisait tous les soirs, mais l’enfant n’en fit rien. Elle était un peu déboussolée, la fille de l’air, de voir que son fils n’exprimait pas l’envie d’aller voir son frère. Ses enfants n’arrivaient généralement pas à se passer l’un de l’autre, ce qui l’effrayait un peu. Elle avait peur qu’ils ne sachent pas vivre indépendamment l’un de l’autre.  Elle avait peur, qu’un jour, l’un des deux abandonne l’autre et que ce soit comme si le monde de l’un s’écroulait. Elle avait peur de ce que cette trop grande complicité pouvait apporter de mauvais. En tant que mère, Malia ne voulait que leur bonheur. A tous les deux. Alexis se glissa sous la couette, et Thanae se transforma en chat pour se lover près de lui. Alors le brun leva les bras pour réclamer sa mère, qui s’approcha. Les mains d’enfants attirèrent tant bien que mal le visage de la mère pour qu’il puisse poser un baiser sur sa joue, et elle lui retourna le signe d’affection. « Bonne nuit, mon chéri. » Souffla la Livanov. « Bonne nuit maman. »

Alexis n’arrivait pas à s’endormir, il était couché dans son lit et avait levé les bras au dessus de sa tête pour créer des petites tornades au dessus de lui. Un exercice qu’il maitrisait depuis peu. Le vent soufflait dans sa chambre, mais uniquement parce qu’il l’avait décidé. Et malgré le bruit de l’air qui file et s’en-va, il entendit des bruits de pas derrière la porte. Quand elle s’ouvrit et qu’il reconnu Gael, Alexis s’arrêta et se retourna dans son lit, dos à son frère. « Alex ? » Thanae décampa et Alexis lui en voulu mentalement. L’enfant ne répondit pas, il ferma les yeux et attendit. Gael l’avait vu bouger, et Gael était borné. Aussi, l’ainé grimpa dans le lit de son frère et posa une main sur son épaule. « Alex, je sais que tu ne dors pas. » Le plus jeune se mit sur le dos et dévisagea Gael, dont le visage était illuminé par la lune. « Pourquoi t’es pas venu ? Maman t’as dit non ? » Parfois, ça arrivait. C’était rare, mais ça arrivait, et alors Alexis bravait l’interdit et allait dans la chambre de Gael. Il devait être tard, pour que Gael se décide à bouger lui-même. Alexis ne répondit pas, il se tourna encore et glissa ses bras autour de son coussin. Gael n’y comprenait rien, il sentait que quelque chose n’allait pas mais il ne savait pas quoi. Alors il se coucha près d’Alexis et glissa un bras autour de lui. « Hey Alex, ça va pas ? » Alexis ne voulait pas répondre, mais c’était plus fort que lui. « Tu joue plus avec moi. » « Mais n’importe quoi ! » Gael s’était redressé comme une flèche, et Alexis s’était retourné vers lui en le dévisageant encore. « Tu joues toujours avec elle ! » Lui aussi s’était finalement redressé. « Moi je dois m’entrainer tout seul. » Il vit passer dans le regard de Gael quelque chose qu’il ne comprit pas, il ne savait pas que son frère attendait avec impatience d’avoir ses pouvoirs. Du moins il ne se rendait pas compte à quel point l’attente était longue, pour lui. « Tu veux que je joue tout seul ? » Alexis ne dit rien, il ne se rendait pas compte qu’il était égoïste. « Je préférais jouer avec toi. » Le sourire de Gael fit sourire Alexis en miroir. L’ainé glissa ses bras autour de son jumeau, et l’attira contre lui. « Et je veux dormir avec toi. » Alexis le poussa un peu contre ses oreillers, et se blottit contre lui. « Je veux pas être tout seul. » Gael referma ses bras autour de son frère. « T’es pas tout seul, Alex. » « Je t’aime, Gael. » Il le lui disait encore souvent, à cette époque. Il le disait à tout le monde, tout le temps, ou presque. « Je t’aime aussi, Alex. » Et c’était l’époque ou Gael lui répondait encore comme ça, sans peur.

Il adorait la sensation du vent qui l'entourait et qui l'enlaçait quand il traversait le long couloir qui menait à la chambre de Gael. Déjà petits, ils étaient séparés. La demeure Livanov était immense, après tout, et gardait presque constamment ses fenêtres ouvertes. Si les régents de la nation de l'air n'appréciaient pas leur élément, qui le ferait donc ? C'est de son pas déjà gracile que le garçon, âgé de neuf ans, rejoignait son jumeau. Sa mère l'avait longuement sermonné, quand il lui avait demandé de la permission de dormir avec lui. Selon elle, il devait être un grand garçon, désormais. Alexis s'était renfrogné, et Gael avait été emmené au lit par leur père, alors que Malia glissait ses doigts autour du poignet du plus jeune pour l'emmener dans sa propre chambre. Qu'à cela ne tienne, cependant, Alexis s'était rapidement faufilé en dehors de sa chambre, profitant d'un coup de vent rageur pour fermer sa porte, le bruit étant alors camouflé. Ses talons ne touchaient pas vraiment le sol, il évoluait comme si le sol pouvait se dérober sous son pas trop lourd. Il ne faisait que l'effleurer du bout des pieds, Thanae avait pris l'apparence d'un colibri et volait à côté de lui. En ouvrant la porte de Gael, il vit la masse de son frère se redresser dans son lit et, aussitôt, un sourire étira les lèvres du plus jeune. Thanae pris alors une apparence de chaton, et se lova contre Lokia, qui était aux pieds du lit de son double. Alexis s'approcha rapidement, il posa les mains sur le lit de Gael et puis, ses genoux. Il avait milles fois grimpé dans son lit pour le rejoindre, et déjà Gael ouvrait les bras pour l'accueillir à la place qui lui revenait de droit. Alexis s'y lova, tout comme Thanae venait de le faire avec Lokia, et il glissa son visage contre sa peau. « T'en as mis, du temps. » Bouda Gael en refermant ses bras autour de lui. Alexis le pinça doucement aux côtes. « J'ai pas envie que maman nous punisse. » Gael ne répondit pas, se contentant de le serrer un peu plus contre lui, et Alexis tomba rapidement endormis dans les bras de son frère.
Ce fut environ une heure plus tard que, soudainement, le plus jeune se reveilla. Il avait eu un spasme violent qui avait secoué tout son corps, et qui avait réveillé Gael. Alexis se redressa rapidement, la respiration haletante, le cœur au bord des lèvres. « Alex ! » Chuchota Gael en glissant ses doigts sur lui, il cherchait à tâtons sa nuque, et quand il l'eut trouvé, il l'attira à nouveau contre lui. Alexis se blottit contre lui à nouveau, agrippant son pyjama avec force. « Qu'est-ce que t'as ? » Demanda son aîné avec une voix endormie, un peu pâteuse. Alexis ne répondit pas tout de suite, trop occupé à chercher du réconfort. La guerre venait tout juste d'éclater entre les nations de la terre et du feu. Et Alexis, et Gael aussi, étaient trop intelligents que pour ignorer ce qui pourrait se passer. Une fois encore, Alexis avait rêvé d'une maison détruire, que les flammes léchaient avec ardeur. D'une famille décimée, et de son frère qui lui était arraché. Il se réveillait toujours à cette partie, du moment où il se rendait compte qu'il était seul. « Tu... T'étais plus là. » Finit-il par annoncer d'une voix légèrement tremblante. Gael resserra un peu son étreinte autour des épaules de son jumeau. « Le même cauchemar que la dernière fois ? » Soit plus ou moins une semaine avant cette nuit-là. Alexis hocha la tête doucement contre son cou. Gael glissait maintenant ses doigts dans ses cheveux. Il avait ce don de le rassurer, de toujours savoir exactement comment l'aider. Ils étaient gamins, et pourtant Gael semblait le connaître depuis des siècles et des siècles. « C'est juste un cauchemar, Alex. » Les bras du plus jeune se déplièrent un peu, pour venir s'enrouler autour du cou de son aîné. Il lui grimpait presque dessus, son corps à moitié sur lui, comme souvent, comme toujours en fait. Gael bougeait un peu, pour lui donner plus de place, et Alexis leva la tête pour le regarder. « Et si ça arrivait vraiment ? » Illuminé par la lune, haute cette nuit-là, il eut le sentiment de voir passer dans le regard de son autre une once de peur à peine dissimulée. Et si ça arrivait vraiment ? Alexis avait le don d'être difficile, mais Gael était doué, pour lui. « Pratiquement personne ne sait atteindre notre maison. Et puis, on est toujours ensemble, même maman n'arrête pas de le dire. » Alexis hocha doucement la tête, il sourit un peu en sentant les doigts de Gael sur sa joue, effleurer le dessous de son oeil pour y sécher une larme que le gamin n'avait même pas sentit. L'idée de perdre son frère lui était douloureuse, déjà à cet âge, et ça n'allait pas en s'améliorant. Doucement, à force de patience et de mots bien choisi, Gael réussis à rassurer Alexis, et les deux frères tombèrent à nouveau endormis, leurs membres emmêlés les uns aux autres.

Il se souvenait de la bataille, les soldats de sa nation se lançant au devant d’une bataille qui, même lui du haut de ses onze ans, il le savait, était perdue d’avance. Le nombre de soldats à la solde de la nation de l’air était trop peu conséquent, et même si Alexis avait foi en sa nation, il tremblait encore légèrement de ce qui venait de se passer. Gael avait tenté de le rassurer, en prenant sa main dans la sienne, mais aucun vraiment n’arrivait à sourire. Natalia était avec Malia, et ils venaient d’arriver au domaine des Hemingway. Désormais, Alexis était tout seul. Jon était avec Gael. Etre celui qui n’était ni l’ainé, ni le cadet, c’était parfois devoir se retrouver dans ce genre de situation. Alexis en avait l’habitude, il ne s’en formalisait pas mais là, il aurait aimé avoir au moins l’un des siens avec lui. Sa nation avait pris un coup dur, et déjà à son âge son cerveau s’activait et il se mettait à penser à ces soldats, et à leurs familles, leurs amis, leurs enfants, leurs frères… Alexis frissonna à nouveau, en pensant au cauchemar qui l’avait souvent réveillé, un peu avant leur départ.
Ce fut à ce moment-là que Jon ouvrit la porte, Alexis aperçu le visage de Gael derrière son père, mais le paternel se retourna pour dire quelque chose à Gael. Alexis vit son double faire un légère moue mécontente, avant de hocher la tête et de tourner les talons. Thanae s’était glissée sur son épaule, après avoir pris la forme d’un papillon. Jon l’avisa, et posa sa main sur son autre épaule. « Alexis, on va vivre ici maintenant. » Le garçon hocha la tête. Il écoutait toujours son père. Gael avait surement posé les questions qu’il taisait, mais Jon connaissait se fils et il savait que tout ce qu’il avait dit à Gael, l’ainé essaierait de l’expliquer aussi bien à Alexis. Alors, au lieu de prendre le risque de tout déformer, il continua et lui expliqua. « Le bataillon qui nous avait accompagné à échoué. Ton oncle enverra une autre cargaison rapidement. Tu sais, la guerre ne va pas durer longtemps. » Il aurait aimé le croire, peut être que Gael et Natalia le croyait mais Alexis était bien plus méfiant de nature, et il fronça doucement les sourcils. Jon s’installa à côté de lui sur le lit de ce qui était en fait sa future chambre. « La nation de la terre est notre alliée, les Darsonval ont besoin qu’une partie des Livanov vive près de chez eux. Et c’est nous, Alexis. Tu ne monteras jamais sur le trône des vents, pas plus que moi. » Il était lui-même le cadet de trois frères, et Alexis avait Gael. « Pour ceux d’entre nous qui ne sont pas amenés à diriger la nation, nous devons nous rendre utile autrement. » Alexis hocha à nouveau la tête. « Tu vas travailler pour la nation de la terre ? » Jon sourit, il trouvait que Natalia lui ressemblait quand il souriait comme ça. Alexis sourit aussi, en miroir. « Plutôt avec eux que pour eux. Mais oui. Et vous... Vous aurez des précepteurs, Gael, Natalia et toi. Ils viendront ici vous enseigner tout ce que vous devez savoir sur le monde, et on continuera vos entrainements. » Jon pressa un peu l’épaule de son fils, son regard se fit plus intense. « Je compte sur toi Alexis. Essaie de leur montrer un peu l’exemple. » Jon était contrarié, c’était son fils ainé qui devait le faire et le père Livanov ne l’oubliait jamais, que c’était Gael, son ainé. C’était pour ça qu’Alexis ne s’entendait pas aussi bien avec Jon. Il n’avait pas développé de lien privilégié avec lui, il ne le voyait que rarement seul. C’était soit avec Gael, soit rien. Le brun hocha à nouveau la tête, alors que Malia entrait dans la pièce. Le visage de l’enfant s’illumina un peu plus, elle s’approcha et glissa ses doigts dans ses cheveux. « Les Hemingway ont aussi des enfants, ils t’attendent dehors avec Natalia et Gael. » A peine eût-elle prononcer les prénoms de sa sœur et de son frère qu’Alexis se leva, glissa un baiser sur la joue de sa mère, lança un regard rieur à son père et sortit jusqu’au grand jardin. Gael lui attrapa la main, et l’emmena près des autres, sans lâcher ses doigts. Déjà à ce moment-là, Alexis se souvint du regard de la plus âgée des deux filles : Aleya, elle avait sourit, après avoir posé les yeux sur les doigts entremêlés des jumeaux. Ils étaient enfants, ils ne comprenaient pas encore bien que c’était étrange et pas forcément normal de se tenir tout le temps par la main.


C'est quand une brise caresse sa nuque qu'il sait qu'elle est là, près de lui. Et la brise l'entour, elle le protège, c'est comme si c'était ses bras à elle qui se glissaient contre son corps, qui l'embrassaient d'une étreinte légère et agréable. Il sourit et laisse son corps d'enfant se poser contre sa poitrine, et laisse ses bras l'entourer et il sourit plus encore. Elle glisse un baiser contre sa tempe et Alexis n'en peut plus, il se retourne et passe ses bras fins autour de son cou. "Pas maintenant, maman." Il sait très bien ce qu'elle va lui dire, Gael est déjà partit, elle l'a obligé et ils ont échangé un regard plein de tendresse, mais aussi cette promesse qu'ils se retrouverait bientôt. "Il faut dormir pour être un maître puissant." Alexis fait la moue contre son cou, il a l'habitude de s'y fourrer. Toujours. Celui de son père, de sa mère, de son frère même. Le gamin âgé de dix ans soupire doucement. "C'est Gael qui veut être puissant, et tu l'as déjà mis au lit." Fait-il, farouche pour une fois. Elle lui chatouille le dos et les côtés et il s'échappent de ses doigts farceurs avec un rire. "Justement, suit l'exemple de ton frère." Alexis regarde sa mère. "Je peux dormir avec lui cette nuit ?" Elle soupire, elle sait que ses enfants dormiront quand même ensemble. A quoi bon dire non ? "Gael dort déjà, tu vas le réveiller." Alexis s'éloigne et se dirige vers le couloir. "Non, il ne dort pas." Il le sait, il le sait très bien que Gael ne s'endort pas sans lui, parce que lui non plus ne s'endort pas sans Gael. Alors il n'attend pas la réponse de sa mère, et va se glisser sous ses draps. Et il sent les bras de son frère se refermer autour de lui, alors qu'il s'allonge à moitié sur lui, fourrant son visage au creux de son cou. Ses lèvres glissent sur la peau douce et sucrée de son frère. "Bonne nuit Gael." Pas de réponse, mais seulement une étreinte qui se ressert un peu. Et Alexis se sent mieux, aux côtés de son âme soeur.



Don't you remember how I used to like Being on the line? I dreamed you dreamed of me calling out my name, Is it worth the price? Cut cover, take that test, Hold courage to your chest. Don't wanna wait for you, Don't wanna have to lose All that I've compromised to feel another high. I've got to keep it down tonight. I had to break myself to carry on. No love and no admission... Take this from me tonight. And oh, I was a king under your control.
Revenir en haut Aller en bas
rebelles
avatar


▹ Mes comptes : nolan fawkes (water).
▹ Sur Aléria depuis : 08/11/2015
▹ Messages : 518
▹ Pseudo : incaendo, lise.
▹ Disponibilité : 1/5 (natalia/dmitri/malia/(aleya))
▹ Avatar : dylan o'brien
▹ Crédits : bbw.



▹ Âge : 23 ans. Alexis est né à la fin du mois d'août.
▹ Nation : Sa nation est celle de l'air, et malgré toutes ces années passées dans la nation de la terre, il restera toujours profondément attaché à sa nation.
▹ Daemon : Thanae, une femelle lynx qui semble contenir toute la haine du garçon en elle. Elle est aussi téméraire et rusée que Gael, et aussi souple et sanguine qu'Alexis, partageant parfois ces coups de colère.
▹ Statut civil : Célibataire, mais il ne se considère pas comme tel. Le coeur d'Alexis appartient à Gael. Depuis toujours, en fait, mais il ne comprenait pas les sentiments qu'il avait pour l'être qu'il n'était censé qu'aimer d'un amour fraternel. Alexis a également eu une relation avec Aleya Hemingway, mais ils se sont séparés un peu avant qu'Alexis arrive à Aleria.
▹ Don : La projection astrale. Apparue accidentellement pendant l'une de ses nombreuses séances de méditation. Il a appris à maitriser un peu plus son don avec Gael, qui est le seul à connaître son secret. Pendant que Gael travaillait dans sa chambre, Alexis prenait place dans un coin de la pièce et s'entrainait, étant alors certain que personne ne le dérangerait, puisque Gael y veillait.
▹ Signe distinctif : Alexis boite encore légèrement, à cause de son accident lors des attentats. Il a également des légères marques de brûlures sur les épaules et sur les flancs, qui ne sont plus douloureuses du tout et il possède une fine cicatrice dans son dos, vestige d'un vieil accident. Il a également un tatouage de sa nation entre les omoplates.
▹ Allégeance : La rebellion, toujours.

Voir le profil de l'utilisateur

Re: ( my heart still beats and my skin still feels, my lungs still breathe and my mind still fears. )
Ven 4 Déc - 0:39

lost in translation
I lost you not long ago, Heaven knows I'm miserable
Hell takes all the credit though 'Til the day is done
Les yeux fermés, il était installé en tailleur dans sa propre chambre. La chambre avait été fermée par ses soins, et il inspira longuement avant de laisser l’air s’échapper par sa bouche entre-ouverte. Il avait quatorze ans, et ce n’était pas la première fois qu’il faisait ça. C’était la seconde, en fait, la première fois c’était arrivé comme ça aussi. Pendant qu’il méditait, et il voulait essayer de le refaire. Tous les fils de l’air connaissaient la projection astrale, mais jamais il n’avait ne serait-ce que rêvé pouvoir avoir ce don. Ou même un don, comme Gael. Il inspira plus lentement, faisant le vide. Il avait le sentiment que son esprit voguait entre deux courants d’air et puis, il le sentit. Ce déclic, ce détachement de son être à son propre corps. Alexis ouvrit les yeux, mais il n’était plus dans sa chambre. Il était dehors, et il pouvait voir Gael et Natalia grimper dans l’arbre qui se trouvait dans le fond du jardin immense des Hemingway. Il fit un pas en avant, pour les approcher, mais l’effort fut beaucoup trop éprouvant pour son véritable corps, qui se réveilla alors qu’il avait perdu la maîtrise de son souffle. Il avait le cœur qui battait la chamade, et respirer devenait ardu. Alexis posa les mains sur le matelas, à côté de lui, et reprit doucement une respiration normale. Il devait en parler, mais il ne savait pas si il voulait vraiment en parler.

« Gael ! » Alexis ferma la porte derrière lui, encore un peu essoufflé, il posa son dos contre le bois de la porte, alors que son frère avait lâché son pinceau pour se lever et le rejoindre. « Quoi ? Qu’est-ce que t’as ? Qu’est-ce qu’il se passe ? » Il lui faisait peur, à entrer dans sa chambre comme, tout son calme avait disparu et il avait le souffle court. Gael s’imaginait tout de suite qu’il lui était arrivé quelque chose. Alexis cherchait ses mots autant que son air, les mains sur la poignée de la porte, dans son dos. « J’étais en train de méditer… C’est pas la première fois, donc j’ai réessayer de le refaire. » Gael fronça les sourcils. « De méditer ? » Alexis lâcha la poignée et poussa un peu son frère. « Mais non, idiot, ça je sais le faire ! » Gael le savait bien, mais il ne comprenait pas un mot de ce que son frère disait. « Bah dis moi ! » Alexis laissa retomber ses mains et alla s’installer sur le lit de Gael, les jambes en tailleur. « J’étais en train de méditer et… Et puis… J’étais ailleurs. » Il avait soufflé ses mots, il ne voulait pas le dire aux autres. « Ailleurs ? » Gael vint s’asseoir à ses côtés, sur le lit. « C’était comme… Comme un rêve, sauf que je ne sais pas vraiment bouger, pas encore j’imagine. Dès que je fais un pas, je me retrouve sur mon lit, essoufflé. » Ca venait tout juste de lui arriver, encore. « Attend, Alex… » Il voyait dans les yeux de son aîné qu’il comprenait ce qu’il voulait lui dire. Gael eut un léger sourire. « Evidemment que tu as la projection astrale, parfait petit maître. » Alexis le frappa doucement sur son épaule, et il évita de justesse un retour de flammes de son frère en bougeant sur le côté, un peu. « N’importe quoi. Ca veut rien dire. J’ai lu des livres sur les dons de notre nation, à Aelia. Il y a des maîtres de l’air qui ont révélé leurs pouvoirs vers leurs dix ans, et qui avaient la projection astrale. » Gael leva les yeux au ciel. « Tu l’as dis à papa et maman ? Pourquoi tu réagis comme ça, Alex ? » Alexis lui prit une main et lia ses doigts aux siens. « J’ai pas envie de leur dire. J’ai juste… Je sais pas pourquoi, c’est comme ça. T’es le premier a écouter ton instinct. » Gael hocha la tête, serrant la main d’Alexis dans la sienne. « D’accord, je leur dirai pas, alors. »

Il remue un peu, ses lèvres glissent contre la peau pâle de son reflet alors qu'il murmure un bonjour étouffé. Il en profite pour poser un baiser là, un peu bref, parce qu'il veut le faire passer pour autre chose. Il ne veut pas que Gael se fasse des idées. Mais une fraction de seconde plus tard, l'autre retourne la situation. Le dos du plus jeune frère se retrouve contre le matelas, et Gael le regarde, mais pas assez longtemps pour que leurs regards se croisent vraiment, avant que leurs lèvres se rencontrent. Timidement, d'abord, mais Alexis a besoin de lui, besoin de tout son être alors il réagit rapidement. Ses bras se glissent autour de son cou, il l'attire tout contre lui et fait céder les bras de Gael autour de lui. Il sent alors son jumeau s'écraser contre lui, leurs torses d'adolescents se coller l'un à l'autre, leurs jambes s’emmêler alors que leurs langues se cherchent et se retrouvent. Alexis le tient tout contre lui, il glisse ses mains contre son dos, ne le laisse pas partir, il ne peut pas le laisser partir mais il sent que Gael n'en a pas envie de toute manière. Et puis, ils s'arrêtent, ensemble. Alexis sourit contre ses lèvres, il lève les yeux vers son autre lui et son regard pétille, comme toujours, d'une lueur qu'Alexis sait qu'il ne possède pas. Et c'est ensemble qu'ils murmurent qu'ils auraient dû y penser plus tôt, avant d'avoir un léger rire. Les jumeaux parlent souvent en même temps, il se comprennent tant, ils sont si liés. Et Alexis lui vole un autre baiser, il en a terriblement besoin, déjà. Mais non, ce n'est pas de l'amour. C'est son frère, son jumeau, c'est normal. Ils se découvrent, ils sont proches, ils ne sont qu'un et ils ont le droit d'expérimenter ensemble.

Le contact avec Thanae est toujours quelque chose de doux et d'électrique. Elle est comme Gael, féroce et douce. Il l'aime pour ça, parce qu'elle censée être une partie de lui et qu'il a le sentiment que sa lynx et son frère sont les mêmes. Il saut aussi que son frère ressent la même chose avec son daemon, d'ailleurs Alexis adore le daemon de Gael, même si il ne l'a jamais touché. Il y a entre eux quatre un lien indéfinissable. Comme si ils n'étaient non pas deux par deux sur terre, mais bel et bien à quatre. Alexis glissa ses doigts dans la fourrure de la lynx, qui garderait désormais cette forme tout au long de leur vie. Elle ronronna presque de contentement avant de faire aller sa queue de gauche à droite en voyant Natalia au loin. Le regard du jeune homme se porta sur elle, et il sourit. "Prête ?" Depuis quelques temps, Alexis et Natalia s’entraînaient ensemble. Sa jeune soeur avait, comme Gael, eut plus de mal que lui à appréhender son élément. Pour Alexis, c'était plutôt naturel, mais il avait un tempérament plus doux que son frère et sa soeur. Eux deux auraient fait de bons maîtres du feu, mais ce tempérament pouvait aussi faire d'eux de très puissants maîtres de l'air, si seulement ils apprenaient à canaliser leur énergie. Natalia hocha la tête, l'air déterminé et Alexis s'installa en tailleur sur le sol, Thanae installée derrière lui, couchée en boule. "On va commencer par la respiration." Il posa ses mains sur son ventre et jeta un oeil en direction de sa soeur, qui l'imitait. Il savait que cet exercice mettrait sa concentration et sa patience, surtout, à rude épreuve. C'était précisément pour ça qu'il le lui faisait faire. Depuis l'une des fenêtre de la maison, le jeune homme senti le regard de son ainé sur lui et il leva les yeux vers lui, avec un sourire, avant de se reconcentrer sur sa respiration et celle de Natalia. "Quand on aura fini, voyons si tu peux me battre." Il eut un sourire espiègle alors qu'il fermait les yeux pour se concentrer sur le flux d'air entrant et sortant de son corps, alimentant chaque partie de son corps en oxygène. Plus tard, Natalia et Alexis s'entrainèrent au combat ensemble et, même si elle faisait de plus en plus de progrès, sa petite soeur n'arrivait toujours pas à le déstabiliser suffisamment longtemps pour prendre l'avantage. Alexis était agile, et rapide. Mais surtout concentré, et son équilibre était bon (sans être excellent). Il savait que son père voulait que toute la fratrie devienne de grands maîtres et Alexis voulait aider Natalia de son mieux.

Thanae était devenue un petit jaguar, la forme préférée de Lokia, en ce moment. Parfois, Alexis et Gael profitait que leurs daemons ne pouvaient pas encore les différencier que pour se faire passer l'un pour l'autre. Aujourd'hui, Alexis devait prendre la place de son aîné pour un entraînement avec son père. Gael s'était blessé en désobéissant à leurs parents et il lui avait demandé de ne pas le répéter, parce qu'il allait encore se prendre un savon. Mais gael ne savait pas mentir et il comptait aller à l'entraînement alors que sa jambe lui faisait mal dès qu'il la posait au sol. Alors Alexis avait décidé qu'il irait à sa place. Lui savait très bien mentir, même si son frère semblait ne pas vouloir y croire. Alexis l'ignorait, mais c'était sans doute parce que Gael ne voulait pas croire qu'Alexis pouvait lui mentir à lui aussi. Le brun prenait l'allure de son frère, et son pas pesant. Ça faisait presque mal aux muscles, mais Alexis observait beaucoup son aîné et c'était pas trop difficile de l'imiter. Il appréhendait un peu l'entraînement car il savait qu'il ne maîtrisait pas l'air comme Gael. Et Jon risquait de s'en rendre compte parce qu'il faisait tout particulièrement attention à Gael.
« Gael, ça fait 5 minutes que je t'attends. » Alexis s'approcha. « Je suis désolé. » Jon l'observa un moment. Alexis ne savait pas exactement comment son jumeau se comportait avec son père, et pour cause. Quand Gael était avec lui, lui était avec Malia. Mais il connaissait Gael, et il connaissait son père et les maths se faisaient dans sa tête assez rapidement. « Pour la peine, tu vas commencer par un exercice de méditation. » Alexis dut se retenir de ne pas froncer les sourcils, ou sourire. Parce que c’était si évident, que c’était ça la ‘punition’ de son frère. Lui adorait ça, mais Gael ? Il ne pouvait pas tenir en place. Alexis fit quand même mine que ça l’ennuyait, pour faire bonne mesure, et alla s’installer près de son père. Ce ne fut pas facile de respirer comme Gael. Mal, un peu difficilement, d’avoir le dos un peu trop rond et de ne pas être totalement concentré à l’air ambiant. Son père finit par soupirer et se leva. « Ok c’est bon, lève-toi. » Il ne lui tendit pas la main, comme il le faisait toujours avec lui, le vrai lui. Gael n’aimait pas qu’on le touche, point, pourtant il pensait quand même que ce simple geste était le même pour les deux fils. Alexis se releva seul, un peu bougon, au moins ça il ne devait pas le feinter. « On commence avec des exercices simples. Essaie de te concentrer, d’accord ? Gael, fais le vide, et ne pense qu’à ton air. » Alexis hocha la tête, il regardait son père avec la concentration qu’il avait souvent vu sur les traits de son ainé, et finit par reproduire les exercices. Il faisait quelques fautes, mais c’était vraiment difficile pour lui. Et son père le poussa un peu plus loin. Un peu trop loin, mais Alexis ne s’en rendit pas compte. Maîtriser l’air était pour lui comme une sorte de jeu, même si il le prenait au sérieux. Il adorait virevolter et repousser ses limites mais ce n’était pas les siennes qu’il avait repoussé aujourd’hui : c’était celles de Gael. A la fin de l’entrainement, son père lui sourit et Alexis lui sourit en retour. Il n’avait pas encore compris que son père se doutait de la supercherie. « Tu fais des progrès, la prochaine fois on reprendra là. » Alexis le laissa partir devant et son sourire fâna sur son visage. Thanae le rejoignit et glissa sa tête contre sa jambe. « Sur la fin, tes gestes étaient trop parfaits pour être ceux de Gael. » Alexis baissa la tête sur elle. Il attendit un peu que son père soit plus loin en dehors de la salle d’entrainement et souffla. « Mais… Je… Peut être qu’il y aura cru. » Thanae lui lêcha les doigts. « Peut être que Gael pourra tenir la distance, la prochaine fois. » Alexis savait son frère endurant et fort, il ne doutait pas qu’il pourrait tenir la distance… Il l’esperait. Et c’est avec un sourire retrouvé qu’il rejoignit la chambre de son frère – où il était censé se rendre, après tout -.

Ce ne fut que quelques jours plus tard que Gael retourna à l’entrainement. Lui-même, cette fois. Alexis était resté dans sa chambre – celle de Gael – pour méditer, installer sur son matelas. Ce n’était pas rare qu’Alexis utilise la chambre de Gael. Sa mère, son père, sa sœur et les Hemingway le savaient. Parfois, il entendait les gens le chercher dans sa chambre, puis soupirer et venir à la porte de celle de Gael pour finalement le trouver là. En fait, Alexis considérait la chambre de Gael comme la sienne. Il y dormait toutes les nuits, après tout. Le jeune homme sourit quand il entendit son frère approcher, et ouvrir la porte. Gael ne lui sourit pas en retour, cependant. Le brun fronça les sourcils et se dégagea avant que Gael ne vienne s’écrouler, sur le ventre, sur le lit. « Ca va ? » Alexis bougea un peu et glissa ses doigts sur son dos. Gael bougea les omoplates pour le faire dégager et Alexis retira ses doigts comme si il s’était brûlé. « Gael ? » « C’est ta faute. » Grogna le jeune homme dans son oreiller Alexis, en alerte, se mit sur les genoux et le regarda avec inquiétude. « De quoi tu parles ? » Gael semblait épuisé, une fine couche de sueur recouvrait son corps et il n’avait même pas ré-enfilé son t-shirt, il s’était juste écroulé sur le lit. « Papa ne comprenait pas pourquoi… » Il bougea, se glissa sur le dos. Si le plus jeune préférait dormait sur le ventre, Gael lui dormait sur le dos. Logique, puisque Alexis lui dormait dessus. « Je n’arrivais plus à faire ce que TU as fais la dernière fois. » Ses yeux lui lançaient des éclairs. Alexis se mordit la lèvre inférieure. « Je suis désolé, Gael. » Il l’était. Vraiment. Gael le poussa d’une main. « Laisse moi dormir, Alex. » Mais Alexis refusa, il lui prit sa main et la porte à sa bouche, pour embrasser tous ses doigts. « Pardon, je voulais t’aider. » Fit-il entre deux baisers. Gael récupéra sa main d’un geste un peu brusque. « Alex… » Il le sentait déjà faiblir. Alors Alexis se pencha et glissa un baiser sur sa joue, et Gael tourna la tête, laissant à Alexis le champs libre pour glisser ses lèvres dans son cou. « Alex ! » Le plus jeune en avait profité pour glisser ses doigts contre son torse. « Je suis trop fatigué pour ça. » Il repoussa sa main, mais Alexis ne faiblit pas. Il glissa ses lèvres sur sa clavicule. La peau de Gael avait un goût salé, à cause de son entrainement. « T’es jamais trop fatigué pour ça. » Souffla Alexis contre sa peau, en remontant ses yeux vers son frère. Son autre souffla et le poussa pour se tourner sur le côté. Alexis ne démordait pas, il glissa ses lèvres sur son épaule et dans sa nuque. « Je suis désolé, je te jure… » « C’est de ta faute si je suis trop fatigué. » Alexis glissa ses doigts contre sa hanche, pour le tirer un peu et le faire retomber sur son dos. Ce que Gael fit, au bout d’un moment, et il le regarda avec un peu d’exaspération dans les yeux, mais aussi autre chose… « Je peux te montrer à quel point, si tu veux. » Et là dessus il l’embrassa longuement. Gael résista, un peu, mais pas longtemps. Il ouvrit la bouche et laissa Alexis venir lui montrer qu’il était sincère, contre sa langue, contre ses lèvres.

Il la sent monter en lui, vive et incontrôlable. Comme une vague qui emporte tout sur son passage et il sait qu'il ne peut rien contre. La maîtrise de son élément lui permet de retrouver une certaine sérénité mais une fis que ses troubles commencent, Alexis est incapable de se contrôler. Il a jeté un vase sur un mur, Thanae gronde sur les domestiques qui essaient de s'approcher du jeune garçon. "Alexis." Soudainement, il le sent. Une onde de chaleur traverse son corps, dont l'épicentre est la main de son frère posée contre son épaule. Il sent ses doigts s'enfoncer doucement dans sa chaire, à travers sa chemise grise et le jeune maître se détend légèrement. Il ne sait même pas comment sa crise à commencer, il s'en fiche. Bientôt, il se perd dans l'océan ambré des yeux de son frère. "Respire." Il sent l'air s'agiter autour de lui, leur communion est parfaite, comme toujours, et il prend une grande bouffée d'air. Ses doigts trouvent d'eux-mêmes la chemise de son frère, et ils l'attirent vers lui. Alors Gael pose son front sur celui d'Alexis et il sait qu'il l'aide encore à surmonté une crise de colère.

Alexis avait du mal à retenir ses soupires, contre les lèvres de Gael. Et son ainé en jouait, il lui mordait les lèvres, plaquait sa bouche contre la sienne, autant qu’il collait leurs corps fievreux ensemble. Alexis gémit doucement dans la bouche de son autre, et enroula ses jambes autour des hanches de son autre. Le brun glissa ses doigts contre le torse de l’ainé, entre leurs deux corps, et le griffait parfois sans y prendre garde. Gael ne disait rien, de toute manière, il le laissait faire pratiquement tout ce qu’il voulait. Jusqu’au moment où il lui pris les mains, pour dégager son chemin, alors que ses lèvres glissèrent de sa bouche à sa machoire, et puis à sa gorge et, finalement, contre son torse. Alexis se mordit la lèvre pour ne pas laisser échapper le moindre bruit. Le soleil se levait lentement, ils devraient bientôt s’arrêter, et cette simple pensée suffit à sortir Alexis de sa bulle, juste assez, pour entendre les pas derrière la porte, qui s’étaient arrêté. Presque violemment, il repoussa Gael qui lui lança un regard mécontent. « Gael ? Je peux entrer ? » Natalia. Alexis plaqua sa main contre la bouche de Gael plus vite qu’il ne s’en serait cru capable, et posa un doigt sur sa propre bouche pour l’intimer au silence. Il descendit doucement du lit, avec son habituelle délicatesse et ramassa ses vêtements. Gael regarda son frère et l’imita. « Nat, t’étais pas censée être à ton entrainement ? » Alexis le regarda avec des yeux ronds. Gael haussa les épaules en articulant des mots avec ses lèvres. Alexis répondit de la même manière ‘Elle était censée y être avec moi !’. « Je trouve pas Alex. » Gael eut un sourire amusé, avant d’enfiler son pantalon et un t-shirt. Alexis s’était caché derrière la porte de sa chambre, si bien que Gael pouvait l’ouvrir sans que Natalia ne le voit. « J’arrive. » Et l’ainé ouvrit la porte, sortit de la pièce et referma la porte, pour laisser Alexis tout seul. « Je te parie qu’il est encore en train de méditer sur son fichu rocher… » Alexis comprit le message, il enfila rapidement ses fins souliers et attendit un peu pour sortir. Thanae le suivit alors qu’il sortit dans le jardin par une différente porte. Il croisa une cuisinière sur le chemin. « Alexis, vient manger ! » Il lui fit un geste de la main. « Je mangerai à midi ! » Il l’entendit râler dans son dos mais il s’en fichait. Alexis n’avait pas faim, il n’avait jamais faim après avoir goûter aux délices des lèvres de Gael. Quand Natalia et Gael arrivèrent près du fameux rocher, le jeune homme s’y était installé depuis deux minutes maximum et reprenait seulement un souffle régulier et normal. « Alex ? » La voix de Gael. Le brun ouvrit les yeux. « T’as oublié notre entrainement. » Fit Natalia, un peu boudeuse. Alexis descendit de son rocher et vint poser un baiser sur la joue de Natalia, et un sur la joue de Gael. Il pris la main de sa sœur et l’entraina avec lui. « Pas du tout, je t’avais dis qu’on ferait la respiration, non ? » Elle protesta, et pour cause, Alexis ne lui avait jamais dit ça.

Une rafale de vent lui fit presque perdre équilibre, alors qu'il essayait de tenir debout sur un poteau. "Gael !" Il entendit un rire dans son dos et une seconde rafale le secoua, mais il sauta de son poteau et envoya un coup de pied dans la direction de son frère, ce qui projeta sa propre rafale d'air et le jeune garçon retomba sur ses deux jambes, légèrement. Gael n'était pas tombé, mais il avait perdu l'équilibre et Alexis n'attendit pas, il attaqua à nouveau. L'air siffla à leurs oreilles, alors qu'ils s'envoyaient des attaques de plus en plus puissantes. Bientôt, une fine couche de sueur recouvra les corps identiques alors qu'ils se rapprochaient de plus en plus. Alexis évita une colonne d'air par un pas sur le côté et en envoya une autre, qui fit cette fois-ci tomber son jumeau. lexis s'approcha, leurs deamons regardaient d'un peu plus loin mais Gael lui fit un croche patte et il lui tomba dessus. L'aîné l'attrapa par les bras et retourna la situation, plaquant le dos de son reflet sur le sol mais Alexis souriait d'un air satisfait. "Et maintenant ?" Ils étaient seuls, mais ils n'étaient jamais réellement seuls ici et Gael leva les yeux un instant, dans l'espoir de... Et il vit son père arriver, donc il secoua doucement la tête et posa son bras sur la poitrine d'Alexis. "Et maintenant, j'ai gagné." Alexis se dût se débattre pour faire dégager Gael. "C'est totalement injuste !" Gael riait lui, en se frottant les genoux et les bras. Pour laisser son frère se relever. "Je t'avais mit à terre !" "Mais tu as baissé ta garde." Fit leur père en approchant. "C'était sournois, Gael." Le garçon fronça les sourcils, il avait quand même gagné contre Alexis et c'était plutôt rare, parce que son frère était plus doué avec la maîtrise de l'air. "Mais dans une vraie bataille, tu seras vivant. Et toi..." Il prit son fils par l'épaule. "Probablement mort. Heureusement que ce n'était pas une vraie bataille." Alexis grommela doucement. "Et que ce n'est pas la guerre."

La porte se referma sans aucun bruit derrière lui. Toute la maisonnée était silencieuse, et la lune était haute, dans le ciel. Les pieds d'Alexis touchaient à peine le sol en bois de l'aile qui leur était réservée. La chambre de Gael était incroyablement loin de la sienne : à l'autre bout du couloir, séparée par la chambre de Natalia. Alexis redoublait toujours de précautions en passant devant celle de sa cadette, Thanae sur ses talons, qui agitait la queue à cause de l'impatience qui les prenait tous les deux. Derrière la porte de son double, il entendit un peu de bruit et il ouvrit doucement la porte. Lokia s'était couchée près du lit, comme toujours, et Gael était dos à lui, sur le lit, en train de placer les oreillers correctement. Thanae alla tout de suite rejoindre Lokia, et se lova contre elle, laissant la jaguar lécher ses oreilles. Alexis sourit avant de refermer la porte, doucement, et de se rendre sans bruit sur le lit de son frère. Ils avaient dix-neuf ans, c'était l'hiver et ils avaient un peu plus de temps pour eux. Alexis glissa ses bras autour de l'abdomen de son frère, et y pressa son torse. Ses lèvres trouvèrent rapidement l'oreille de Gael, et son cou, et sa nuque, et son épaule. Il sentait Gael se détendre entre ses bras, il le sentait aussi un peu frustrer de ne pas pouvoir lui rendre la pareille et savait très bien que, dans quelques secondes, il allait être délogé de derrière lui. Ce qui ne manqua pas d’arriver, bien sûr. Gael tira sur son bras, il s’arrangea pour attraper son épaule, doucement, et se retourner contre lui. « Je savais que t’étais là. » Alexis ne l’avait pas pris par surprise. « Je sais. » Fit-il avec un sourire amusé, en pinçant la lèvre de son frère entre les siennes. « Tu viens de plus en plus tard. » Il sentit son frère mordre sa lèvre un peu plus fort, et il savait qu’il le punissait un peu de l’avoir fait attendre plus longtemps. Alexis se précipita sur sa bouche, et le poussa un peu pour qu’ils s’allongent contre les coussins tout juste arrangés par son ainé. Il lui grimpa dessus, colla tout son corps contre lui sa langue vint caresser la sienne. « J’attend que Nat dorme pour sortir. » Il souffla dans sa bouche. Gael agrippa ses hanches, et renversa la situation. Il venait se placer juste entre ses jambes, et attrapa la cuisse d’Alexis pour le faire enrouler sa jambe avec la sienne. Pour le capturer un peu plus, pour se coller un peu plus. « Elle ne va pas t’entendre, personne ne t’écoute sortir de ta chambre. » Il mordit encore sa lèvre. « Sauf moi. » La langue d’Alexis était venue caresser la lèvre supérieure de Gael, avec un sourire entendu. « Si t’es pas content, vient toi me rejoindre, plus tôt. » Les doigts du plus jeune glissaient sur la nuque de Gael, dans un va-et-vient qu’il savait relaxant pour son autre. Gael eut un demi sourire. « Si c’est moi qui vient, même les Hemingway vont m’entendre. » Alexis se mordit la lèvre en le regardant, un sourire amusé lui collait aux traits et il vit s’allumer dans les yeux de son frère cette lueur qu’il aimait tant. Il aurait pu se noyer dans l’ambre de ses yeux, et c’était en voyant cet amour colorer ses prunelles, identiques aux siennes, que ses lèvres s’étirèrent en un sourire qu’il n’avait que pour lui, et que Gael captura encore une fois, en bougeant un peu contre lui, en faisant un peu gémir Alexis dans sa bouche, alors que la nuit ne faisait que commencer pour eux.

Son équilibre à lui n’était pas aussi impressionnant que le sien, à elle. Elle, elle était ancrée dans la terre. Lui il essayait de faire la même chose, mais c’était plus difficile pour un maître de l’air, qui par définition ne s’ancrait jamais dans la terre, mais ne faisait que l’effleurer dans les combats, pour sautiller partout. Et du coup, Alexis était tombé sur le dos. Assez fort, sa respiration en avait été coupée et il fit une grimace de douleur qui alerta Aleya. La brune courru vers lui, l’air inquiète et avec ses boucles brunes qui volaient dans son dos. Elle s’accroupit et se pencha sur lui. “Ca va ?” Il ne sut pas trop ce que le prit, Alexis fit un geste de la main qui poussa une bourrasque dans le dos d’Aleya, et elle tomba au sol, à côté de lui. Alexis se releva, et vint se placer au dessus d’elle. Ses mains sur ses épaules pour la maintenir au sol. Aleya fit la moue. “C’est déloyal.” Alexis pensa à Gael, qui se battait de la sorte aussi. “J’ai gagné, c’est tout.” C’était effectivement assez déloyal. Aleya frappa de son poing sur le sol, ce qui souleva la terre dans son dos et l’aida à se redresser. Alexis était pratiquement assis sur ses genoux, mais elle lui saisit la nuque et mêla leurs lèvres les unes aux autres. Alexis garda ses yeux ouverts, de surprise, pendant tout le baiser et, quand elle s’éloigna, il la regarda un instant avant de fondre sur ses lèvres à nouveau. C’était étrange, de l’embrasser elle et pas Gael. Elle avait un goût différent, ses lèvres étaient plus douces aussi. Sa langue plus fine, moins expérimentée pour jouer avec la sienne. Elle glissa ses doigts dans sa nuque, et ses ongles plus longs grattèrent la peau fine de la nuque du brun. Alexis ne perdit pas son souffle aussi rapidement qu’avec Gael, il ne pinça pas ses lèvres non plus comme il le faisait avec son frère, mais elle les lui mordit, comme lui le faisait. C’est à cet instant qu’Alexis recula un peu, et se releva. Ses doigts glissèrent sur ses lèvres, il était un peu perdu et ça se voyait, dans son regard. Aleya se leva ensuite, et glissa sa main sur son torse, comme elle l’avait déjà souvent fait, mais ce geste était maintenant emplit d’autre chose. “Est-ce que je dois m’excuser ?” Alexis la dévisagea un petit moment, puis secoua doucement la tête. Avec Gael, c’était différent, il le savait bien, il le sentait, Gael c’était son âme soeur, c’était normal de l’embrasser, non ? L’amour normal, entre un homme et une femme, c’était forcément ça, non ? Un truc moins prenant, moins fort, un truc qui t’agite le coeur, mais pas les tripes. “Non, non.” Il ajouta, en glissant ses lèvres sur sa joue. Aleya sourit, et lui prit la main pour l’emmener ailleurs.




Don't you remember how I used to like Being on the line? I dreamed you dreamed of me calling out my name, Is it worth the price? Cut cover, take that test, Hold courage to your chest. Don't wanna wait for you, Don't wanna have to lose All that I've compromised to feel another high. I've got to keep it down tonight. I had to break myself to carry on. No love and no admission... Take this from me tonight. And oh, I was a king under your control.
Revenir en haut Aller en bas
rebelles
avatar


▹ Mes comptes : nolan fawkes (water).
▹ Sur Aléria depuis : 08/11/2015
▹ Messages : 518
▹ Pseudo : incaendo, lise.
▹ Disponibilité : 1/5 (natalia/dmitri/malia/(aleya))
▹ Avatar : dylan o'brien
▹ Crédits : bbw.



▹ Âge : 23 ans. Alexis est né à la fin du mois d'août.
▹ Nation : Sa nation est celle de l'air, et malgré toutes ces années passées dans la nation de la terre, il restera toujours profondément attaché à sa nation.
▹ Daemon : Thanae, une femelle lynx qui semble contenir toute la haine du garçon en elle. Elle est aussi téméraire et rusée que Gael, et aussi souple et sanguine qu'Alexis, partageant parfois ces coups de colère.
▹ Statut civil : Célibataire, mais il ne se considère pas comme tel. Le coeur d'Alexis appartient à Gael. Depuis toujours, en fait, mais il ne comprenait pas les sentiments qu'il avait pour l'être qu'il n'était censé qu'aimer d'un amour fraternel. Alexis a également eu une relation avec Aleya Hemingway, mais ils se sont séparés un peu avant qu'Alexis arrive à Aleria.
▹ Don : La projection astrale. Apparue accidentellement pendant l'une de ses nombreuses séances de méditation. Il a appris à maitriser un peu plus son don avec Gael, qui est le seul à connaître son secret. Pendant que Gael travaillait dans sa chambre, Alexis prenait place dans un coin de la pièce et s'entrainait, étant alors certain que personne ne le dérangerait, puisque Gael y veillait.
▹ Signe distinctif : Alexis boite encore légèrement, à cause de son accident lors des attentats. Il a également des légères marques de brûlures sur les épaules et sur les flancs, qui ne sont plus douloureuses du tout et il possède une fine cicatrice dans son dos, vestige d'un vieil accident. Il a également un tatouage de sa nation entre les omoplates.
▹ Allégeance : La rebellion, toujours.

Voir le profil de l'utilisateur

Re: ( my heart still beats and my skin still feels, my lungs still breathe and my mind still fears. )
Ven 4 Déc - 0:50

where is my mind?
when the world was on fire no one could save me but you
strange what desire make foolish people do
no, i don't want to fall in love with you
Il entendait, de loin, le bruit des outils de Gael, contre la machine qu’il était en train de réparer. Il était apaisé, avec lui. Son souffle se fit régulier et profond et puis, encore, il se sentit partir ailleurs, avant de se retrouver dans le salon. « … Il a perdu l’esprit. C’est stupide. » C’était son père qui parlait, mais Alexis arrivait au milieu d’une conversation. Il ne bougea pas, trop intéressé par ce qui pouvait se dire. « Jon, on devrait peut être… » Jon se leva et pris la main de Malia dans la sienne. « Non. Tu sais aussi bien que moi pourquoi on est ici. Pense à eux. » Malia inspira difficilement, et Alexis fit un pas pour la voir un peu mieux. Il devait se concentrer pour rester là, et sentait son corps l’appeler au retour. La projection astrale était une chose à laquelle il devait encore s’entrainer, même si il arrivait à bouger, maintenant. Il ne pouvait pas s’entrainer longtemps, c’était pendant les heures de travail de Gael, qu’il le faisait, pour profiter du fait que son frère était occupé, et qu’il pouvait surveiller que personne ne le verrait. « Je les aime plus que tout, autant que toi Jon mais… Ta famille, et la mienne. » Alexis devait en savoir plus. « C’est Maverick qui prend les décisions, Malia, pas moi. On ne peut rien y faire. Tout comme c’est ton frère qui prend les décisions pour ta famille. » Il aurait voulu comprendre de quoi ils parlaient, mais Alexis avait compris qu’il avait raté la majeure partie de la conversation. Il essaya de bouger encore, de s’approcher d’un journal sur la table. Un journal ! Il n’en avait pas vu depuis qu’il avait onze ans ! Mais son père le ramassa à cet instant et il n’eut pas le temps de lire la manchette. « Non, on continue comme ça. C’est mieux, Malia, il faut continuer à les protéger. » Alexis leva le regard sur son père, mais à ce moment-là il senti une main sur sa cuisse, là-bas. Ailleurs, loin, pas si loin en fait : dans la chambre de Gael. « Alex ! » Il ouvrit les yeux, papillonna un peu, le souffle court. La transpiration perlait sur son front. « Je sais pas ce que tu faisais, mais… » « Papa et maman. Ils parlaient de nous, et de Maverick. Et du frère de maman. » Gael balaya le sujet d’un geste de la main. « Fait attention, ok ? J’ai cru que t’allais faire une syncope. » Alexis protesta, et Gael finit par l’écouter. Ni l’un ni l’autre ne comprenaient réellement de quoi il retournait, mais une chose était certaine : désormais, ils savaient qu’ils étaient réellement gardé comme dans une cage. Ils l’avaient toujours su, au fond, surtout Gael qui aimait bien trop sa liberté. Mais là, c’était la confirmation, et même cette nuit ils ne surent pas vraiment oublier le monde dans les bras l’un de l’autre, et ils restèrent longtemps réveillés à chuchoter, Alexis contre Gael.

Il avait capté les regards mauvais que Gael lançaient à Aleya. Parfois, Alexis essayait de tenir Aleya a distance, pour se retrouver avec son jumeau, mais alors il se prenait souvent des remarques acides de la part de son autre. Des remarques qui le blessaient et qui le faisait fuir plus encore, pour se retrouver contre Aleya, à capter sa douceur et cette chose étrange qui était censée être de l’amour. Pourtant, les deux frères dormaient toujours ensemble. Chaque nuit, Alexis se glissait hors de son lit, malgré ses vingt et un ans bien sonnés et allait se glisser contre Gael. La nuit, ils réparaient ce qu’ils cassaient pendant la journée. Alexis glissait ses doigts contre le corps de son double, et embrassait sa peau, et puis ses lèvres. Pour lui, ce n’était pas anormal. Ce n’était pas le même amour, il ne le ressentait pas du tout de la même manière. Avec Gael, il se sentait vivant, entier, et plus encore quand son autre le laissait l’embrasser. Avec Aleya, il n’avait que trouver son morceau de normalité et Malia en était très heureuse, bien qu’Aleya ne soit pas une fille de l’air et qu’Alexis ne pourrait donc pas l’épouser ou commencer une famille avec elle. Malia voyait cette relation comme la preuve que ses fils pourraient se détacher l’un de l’autre. A cette pensée, Alexis grimpa un peu plus sur Gael pour le coincer sous lui. Une de ses mains était posée sur le matelas, pour maintenir son équilibre, et l’autre sur le torse de son frère, à le palper et le caresser comme il le faisait toujours. Mais depuis quelques nuits, Alexis sentait que quelque chose avait changé, chez Gael. L’ainé ne le tirait plus à lui comme il le faisait auparavant. En temps normal, Alexis aurait été renversé sur le dos par un Gael impatient et possessif. Il lui déjà mordu plusieurs fois les lèvres, il lui aurait déjà fait perdre son souffle depuis longtemps et pourtant, Alexis faisait tout pour retrouver la fougue de son jumeau. Il le titillait, il pinçait ses lèvres, il glissait sa langue contre la sienne avant de s’échapper de sa bouche, joueur. Mais rien n’y faisait, et pire, il sentit Gael commencer à le repousser, les deux mains sur ton torse. Alexis ne broncha pas, il glissa juste sa main contre celle de Gael, pour la retirer, mais Gael tint bon et tourna la tête violemment, si bien que les lèvres d’Alexis se retrouvaient soudainement privées de leurs jumelles. Alexis se redressa. « Tu devrais aller dormir dans ton lit, ce soir. » Il sentit une boule le prendre au ventre, l’air avait du mal à se glisser dans ses poumons et il inspira difficilement. Son regard était perdu, il ne comprenait pas. « On a toujours dormi ensemble… » Ses doigts glissèrent sur la joue de Gael, mais l’autre tourna encore une fois la tête et posa ses mains sur les cuisses de son frère, pour le repousser encore. « Alexis. Soit tu dors avec Aleya, désormais, soit tu dors seul. » Alexis cligna ses paupières plusieurs fois, la rage et la tristesse l’envahissait trop vite, et il entendit Thanae grogner doucement dans son dos. Alexis leva la main, pour la calmer. « Pourquoi ? C’est avec toi que je veux dormir, Gael… » Le son de sa voix, presque brisé, son regard perdu, comment il gardait une main sur son torse… Tout ça donna l’envie presque irrépressible à Gael de retourner son cadet sur le dos pour l’embrasser, pour le rassurer, pour lui dire qu’il pouvait rester si il voulait. Mais il ne pouvait pas, et il ravala cette envie stupide pour le repousser un peu plus. « Tu n’aimerais pas qu’elle embrasse quelqu’un d’autre, alors ne le fait pas toi-même. » La voix de Gael était sévère, dure, il avait employé un ton qui ne laissait pas la place aux protestations d’Alexis. « Je… non. Je veux dire… » Alexis cligna encore une fois des paupières, en détournant le regard un instant parce qu’il ne voulait pas laisser Gael voir ce qu’il lui faisait en ce moment. Encore une fois, Gael poussa contre ses cuisses. « Va dans ton lit. » Un ordre, voilà ce que c’était. Alexis chercha en lui la force de vaincre cette volonté, mais ce fut sans succès. Il glissa ses doigts contre le torse de Gael. « Alexis, vient. » Fit Thanae, qui l’attendait près de la porte. La douleur se lisait dans les traits d’Alexis, qui sentait aussi une rage puissant l’envahir. Le jeune homme sortit du lit de son ainé, et se précipita presque en dehors de sa chambre. Son pas n’avait plus rien de contrôlé et de silencieux, il s’en fichait qu’on l’entende, désormais. Pieds nus, et torse nu, il parcouru le couloir assez rapidement. Il ne croisa personne, et referma la porte derrière lui, le souffle court. Son dos glissa contre le bâtant en bois, et la colère passa rapidement, avec l'aide de Thanae. Mais il ne ferma pratiquement pas l'oeil de la nuit.

Gael l’avait viré de sa chambre la nuit précédente. Alexis était extenué, mais il savait qu’il ne pourrait pas dormir seul. Aussi, le jeune homme pris la décision d’aller voir Aleya. La jeune femme dormait bien plus loin que lui, mais c’était toujours dans l’aile où il était autorisé à circuler. Ses pas effleuraient le sol avec un peu moins de grâce. Il s’en fichait qu’on sache où il allait. Peut être que, quelque part, il aurait aimé qu’on l’entende. Il aurait aimé qu’une seule personne l’entende, et lui dise de le rejoindre. Mais peut être que Gael avait arrêté de l’écouter. Surement, parce qu’Alexis passa devant sa porte sans aucune réaction de la part de son double, et il continua, descendit une volée de marche et ouvrit la porte de celle avec qui il était officiellement en couple depuis quelques semaines. “Aleya ?” Elle lâcha un léger son endormi, et il referma la porte derrière lui. Alexis s’approcha, elle le regardait et s’était écartée pour lui faire de la place dans son lit. Le jeune homme y grimpa, et elle l’attrapa par la nuque pour capturer ses lèvres, encore une fois. Alexis souffla contre sa bouche, puis répondit à son baiser. Aleya glissa ses doigts contre son dos, sous son t-shirt et sur sa peau. Alexis la laissa faire, alors qu’il trouvait sa place entre les jambes de la brune. Il ne connaissait rien, ou pas grand chose, et elle non plus. Leurs doigts étaient légèrement tremblants, Alexis glissa ses lèvres sur sa gorge et à la naissance de sa poitrine, révélée par un débardeur trop large pour la brune. Le souffle d’Aleya devenait incontrôlable, et Alexis continua, glissant ses doigts partout sur elle, découvrant le corps différent d’une femme. Quand il la sentit se crisper sous lui, il hésita, mais elle poussa contre sa main pour l’inciter à continuer, et il l’entendit retenir ses soupires. Bientôt, Aleya comprit qu’elle devait lui rendre la pareille et il sentit ses doigts se glisser contre lui. Le brun mordit un peu trop fort sa peau, en sentant la sensation familière du désir l’envahir tout entier. Très vite, leurs vêtements se retrouvèrent au sol et leurs souffles saccadés étaient le seul son qui les accompagnaient. Le lit craquait un peu, sous leurs corps entremêlés et la sueur commençait un peu à perler sur le dos d’Alexis, et sur son front. Aleya lui prit le menton, et le força à la regarder. Jamais il n’aurait pensé se sentir aussi bien en l’absence de son frère, et pourtant, quelque part, un morceau de son âme et de son esprit restait accroché à Gael.

Alexis glissait quelques vêtements dans un sac à dos, quand il entendit des pas derrière lui. Des pas légers, sur le plancher. Un pas plus léger que celui de Natalia, bien trop léger pour être celui de Gael ou Aleya. Et puis ce fut la prise qui le pris encore doucement et il sourit en se retournant vers sa mère. Ses doigts glissaient encore pour alimenter la brise qui caressait Alexis. Le fils s’approcha, et glissa ses bras autour de la silhouette fine de sa mère. Il était plus grand qu’elle, depuis déjà quelques années, mais elle était toujours sa mère et il allait toujours chercher du réconfort dans ses bras. Malia ferma son étreinte autour de lui, et le tira un peu à elle. « S’il te plait, essaie de raisonner Gael et Natalia. » Dit-elle doucement. Pour la première fois de sa vie, Alexis voyait sa mère effrayée. Et ça l’effrayait un peu aussi. « Vous ne savez pas ce qu’il se passe, dehors. Papa voulait juste vous protéger. » Alexis n’était pas en colère, surtout pas contre elle. Ils étaient trop proches, lui et sa mère. Il l’aimait trop pour lui en vouloir. « Viens avec nous. » Alexis avait du mal à se séparer de sa mère, il avait toujours eu du mal à se séparer d’elle. « Je dois rester avec les Hemingway, terminer ce que ton père a commencé ici. » Alexis serra un peu sa mère dans ses bras. « Tu vas me manquer, maman. » Elle glissa un baiser sur sa joue. « Raisonne les, d’accord ? Ils t’écoutent… Parfois. » Alexis soupira doucement. « Gael ne m’écoute jamais, encore moins en ce moment. Et Natalia, c’est Gael qu’elle écoute, justement. » « On prendra soin d’eux. » La voix grave de Thanae s’était élevée dans la pièce, Malia posa son regard sur elle et sourit, alors qu’elle s’éloignait un peu de son fils. « N’allez pas à Aleria, ni à Morbalat ou Lumisol. N’essayez pas de retourner à Elioras, vous devrez passer par Morbalat ou Lumisol et, s’il te plait Alexis, évitez ces nations. » Malia lui avait expliqué que la guerre avait continué, et que le gouvernement avait changé. Mais il n’avait pas tout compris, il savait que la nation de l’air ne faisait pas partie du gouvernement, parce que son oncle s’était rebellé mais il n’en savait pas beaucoup plus. « Je pense que Gael veut retourner là-bas. Tu sais que ça lui manque, et à Nat aussi. » Malia soupira. « Après… Ecoute, après la rébellion de Maverick, le gouvernement a commencé un génocide sur notre nation. Si ils vous trouvent… ! » Alexis avait les doigts qui tremblaient, Malia glissa une main dans sa nuque et l’attira contre lui. Elle connaissait son fils, elle connaissait toutes ses réactions, elle savait quand une crise allait arriver. « Respire, c’est arrivé et on n’a rien pu faire. On ne pouvait que vous protéger, tu comprends ? C’est pour ça qu’on est ici. Il faut que vous restiez sains et saufs. C’est Gael l’héritier, maintenant, d’accord ? Alexis ? » Il avait du mal à respirer, il n’avait pas comprit. Il comprenait seulement maintenant. Il n’avait pas compris qu’ils étaient tous morts, jusqu’au dernier. « Gael… ? » Même sa voix tremblait, il ferma les yeux et Thanae gronda en écho à la colère qui grandissait en lui. « Alexis, chéri, respire. » Il s’accrocha à elle, et elle bougea la tête pour le laisser glisser son visage dans son cou. Ils restèrent longtemps comme ça. Malia était presque sur la pointe des pieds, tant son fils avait grandit, durant son adolescence. Elle sentait son corps se crisper, et puis, il recommença à respirer normalement et elle continua à caresser l’arrière de sa nuque, doucement. « Prend soin d’eux, comme tu l’as toujours fait. S’il te plait. » Il hocha doucement la tête et se dégagea un peu de son étreinte. « Ne répète pas à Gael ce que je t’ai dis, d’accord ? Tu sais comment il est… Il ressemble à ton père. » Alexis le savait très bien, il avait parfois le sentiment de voir son père en Gael. « Tu devrais lui dire, que c’est lui le régent maintenant. » Malia secoua la tête. « Il n’y a plus de régent de l’air, de toute manière, n’est-ce pas ? Et puis avec un peu de chance, un de vos cousins est encore en vie… » Elle n’y croyait pas, et il sentit la peine de sa mère devenir sienne également. « Je ferai de mon mieux, maman. » Elle sourit et déposa un autre baiser contre sa joue, avant de se retourner pour partir, mais avant de réellement partir, elle glissa la main à sa ceinture. « Au fait, prend ça. » C’était une fine dague, qu’elle glissa dans sa main. « Je sais que tu es un très bon maître, mais… Ca peut t’être utile. J’en ai une pour Natalia, et une pour Gael. Gardez les toujours sur vous. »

Quelques jours plus tard, Natalia, Aleya, Alexis et Gael quittèrent la maison. Mais le trajet ne se déroula pas bien et, au bout de quelques heures, Gael et Alexis entrèrent dans une nouvelle dispute. "On ne sait même pas ce qu'il se passe." Gael se retourna vers lui, sèchement. "Justement Alexis, justement on ne SAIT PAS ce qu'il se passe !" Alexis avait les poings qui tremblaient, Aleya et Natalia marchaient un peu en retrait de la petite bande. "Je te parie qu'elle, elle le sait." Ils regardèrent Aleya pendant un moment, deux regards identiques mais si différents posés sur la brune. Natalia les regardaient aussi, mais avec une expression toute autre. Alexis tourna à nouveau la tête vers son autre. "Ne mêle pas Aleya à ça." Fit-il, plus bas. Alexis avait toujours été la force tranquille dans cette paire de frère. Gael pouvait faire preuve d'un calme déconcertant, aussi, mais principalement quand il fallait calmer Alexis d'une de ses crises de colère. Ils étaient comme le yin et le yang, deux énergies complémentaires qui ne se sentaient qu'une une fois qu'ils étaient ensemble, qu'ils pouvaient faire tout ce qu'ils leur chantaient. Mais ce temps là était bel et bien révolu, depuis plusieurs jours déjà. Et la douleur n'avait pas quitté le coeur ni de l'un, ni de l'autre. "Ce n'est pas moi qui l'ait emmené." Répliqua l'ainé, le regard sur le chemin qu'il désirait - comptait - emprunter et qui filait vers la capitale, qui passait par la nation du feu. "Aleya n'a pas besoin d'être emmenée, elle a autant le droit que nous de partir de cette maison." Alexis ne pouvait plus supporter le comportement de son frère par rapport à sa petite amie. Il ne comprenait réellement pas pourquoi Gael se comportait ainsi, car pour lui il abait son frère, son âme soeur et Aleya, une autre sorte d'âme soeur qu'il appréciait tellement qu'il s'était persuadé de l'aimer. "Très bien." Gael s'arrêta net, désormais, et se tourna vers son reflet. "Tu restes avec elle." Alexis haussa un sourcil. "Tu ne me dictes pas ce que j'ai à faire, Gael. Tu ne me dicteras plus jamais ce que j'ai à faire, d'ailleurs !" Gael, lui, lâcha bel et bien un rire nerveux. "C'est bien ce que je dis, petit frère, tu restes avec elle. Restez dans la nation de la terre, si ça vous chante. Je pars pour la nation du feu." Alexis, qui avait longuement discuté avec sa mère, savait que c'était dangereux d'aller là. Ils ne savaient, tous, pas encore tout mais savait que la paix était une illusion, un mensonge dans lequel ils avaient vécu, protégé pendant des années. Ils ne savaient pas à quel point le mensonge avait été doux à vivre, par rapport à la réalité. "C'est trop dangereux !" Alexis fit un pas en avant, attrapa les bras de son frère, comme dans une tentative désespérée de le retenir, et il entendit Thanae grogner dans son dos. C'était une mauvaise idée, et elle le prévenait mais il s'en fichait. Gael ne le blesserait pas. Jamais. Il ne savait, et pourtant le jeune homme ne se priva pas pour le repousser aussi fort qu'il ne pouvait, obligeant le maître à lâcher prise. "Tu ne peux pas partir là-bas, c'est du suicide !" Il exagérait peut être, mais il avait cru sa mère, jusqu'au bout. Elle lui avait dit de l'empêcher d'y aller, connaissait son ainé presque autant qu'Alexis le connaissait. "Alors vient avec moi, si t'as si peur de ce qui peut arriver." Aleya posa sa main sur le bras d'Alexis, et le regard que lui jeta Gael donna des frissons dans le dos d'Alexis. Il n'avait jamais vu leur regard devenir aussi noir et haineux. "C'est trop dangereux." Souffla la brune à leur intention à tous. Et puis ce fut Natalia qui s'exprima. "Je reste avec Gael." Alexis n'en voulait pas à Natalia de partir avec son frère. Il lui en voulait de prendre ce trop grand risque. Et, pour un instant, il cru qu'il allait changer d'avis et rester avec eux. Mais il sentait toujours cette main sur son bras. Le jeuen homme s'avança tout de même vers sa soeur, la main d'Aleya retomba le long de son flanc et il prit la jeune Livanov dans ses bras pour lui dire au revoir. Après avoir prévenu son frère qu'il devait prendre soin d'elle, Alexis détourna le regard et partit dans l'autre direction. Il sentait comme un lien invisible le lier à Gael, son autre, son reflet, et plus ils avançaient dans des directions opposées, plus il avait ce sentiment que ce lien s'effritait, et se brisait de manière irréversible. Et il n'avait qu'une envie, puissante, comme uen vague qui le submergeait tout entier: le retrouver, et enfuir sa tête dans le creux de son cou comme il l'avait si souvent fait auparavant.

Les jours passaient avec une vitesse qui leur était propre. Parfois rapidement, parfois lentement. Souvent lentement, laissant Alexis le loisir de penser à ce qu'il avait perdu pendant des heures, qui lui semblaient être des journées et des nuits entières. Lui laissant le loisir de songer à ce qu'il avait mal fait, à ce qu'il aurait du faire. Mais alors il sentait Aleya se rapprocher, poser sa tête sur son épaule et passer son bras autour de lui, et il répondait à cette étreinte avec un léger soupire de soulagement. Elle était son ancre, son pilier, ce qui le raccrochait à la réalité. Ils avaient parcouru presque toute la nation de la terre en l'espace de quelques semaines, plus de deux mois et avaient réussi à ne pas se faire attraper en utilisant des faux noms. Les mêmes, toujours, pour ne pas éveiller les soupçons. Ils étaient un couple de voyageurs, des maîtres de la terre qui cherchaient un endroit où s'installer sur leurs terres. Ce qui était faux, ils voyageaient oui, mais pour quel but ? "Il faut qu'on aille à Aleria." Il sentit la jeune femme se crisper, et sentit ses doigts s'accrocher et s'enrouler autour du tissu de sa chemise, ses ongles griffant sa peau tannée à travers le tissu fin. "C'est trop dangereux." Thanae était allongée aux pieds de son maître, bougeant paresseusement sa queue. "Je dois retrouver Gael et Natalia." Aleya leva la tête pour le regarder, et le jeune homme tourna son visage vers elle. Ses prunelles le regardait avec une intensité à le faire pâlir. "Alexis, cette guerre... Elle ne s'est jamais terminée. Pas vraiment." Alexis se mordit la lèvre inférieure, il ne devait pas céder, pas cette fois. "Ils ont tuer ma famille. Toute ma famille, il ne reste qu'eux ! Et moi. On n'aurait jamais du se séparer. Cette guerre n'est pas celle des autres. Je suis en train de me cacher comme un lâche !" Aleya glissa ses doigts sur son cou, dans sa nuque, les remontant légèrement à la naissance de ses cheveux, le regard presque implorant. "Tu ne te caches pas. Tu évites d'agir en idiot. Tes parents ont tout sacrifier pour vous protéger, mes parents ont risqués beaucoup de choses parce qu'ils savaient qu'il fallait vous protéger. Alexis l'un de vous remontera sur le trône des Vents un jour, mais pour ça il faut que votre famille vive." Alexis secoua la tête, prenant ses mains dans les siennes. "Qui voudra pour régent quelqu'un qui se cache ? Peut importe la raison, les faits sont là." Il emmêla ses doigts aux siens, le regard posé sur ce qu'il faisait. "Et puis, c'est Gael l'héritier. Il est né avant moi, donc je dois le trouver. C'est lui qu'il faut garder en vie." Il savait la haine qui séparait les deux. Aleya ne haïssait pas vraiment Gael, c'était plutôt l'inverse mais il savait que cette haine faisait qu'elle ne portait pas vraiment l’aîné dans son coeur. Et la jeune femme lui aurait volontiers signalé que si il était mort, c'était Alexis l'héritier, si elle n'était pas parfaitement au courant de l'affection démesurée que portait le plus jeune a son frère. Elle l'avait vu, elle avait vu leur affection grandir jour après jour et n'y avait presque pas cru quand Alexis l'avait embrassé, ce jour-là où ils s'étaient mit ensemble. Et puis elle s'était dit qu'elle s'était trompée, jusqu'à ce qu'ils se séparent et qu'Alexis devienne l'ombre de lui-même, sans cette moitié qu'il avait toujours eu sous la main. "D'accord. On ira à Aleria, alors." Et sur ces paroles, il la sentit s'endormir contre lui. Les yeux rivés devant lui, dans le noir, Alexis songeait à tous ses moments où dormir était si facile. Ou son autre était avec lui et qu'il n'avait alors aucun soucis...

Alexis ne dormait pas beaucoup. Les nuits passées avec Gael, en été, étaient bien trop courtes et ils profitaient généralement l’un de l’autre, plutôt que de dormir. En plus de ça, l’entrainement était très intense, en ce moment. Il ignorait pourquoi, mais ses parents le poussaient à bout et Alexis sentait sa résistance physique arriver à son terme. Aussi, il avait demandé de partir plus tôt de l’entrainement et sa mère l’avait laissé faire. De toute manière, c’était au tour de Natalia. Gael était avec leur père, donc Alexis se retrouvait seul. Il retourna dans sa chambre, avec pour objectif de méditer, mais à peine fut il sur son matelas que le jeune homme s’y allongea, sur le ventre. Il dormait toujours sur le ventre, mais d’habitude Gael était sous lui. Alexis glissa ses bras autour de son oreiller, et ferma les yeux. Juste pour quelques instants…
Plus ou moins une heure plus tard, Gael ouvrit la porte de la chambre de son jumeau. Il allait ouvrir la bouche pour dire quelque chose, quand il se rendit compte que la respiration d’Alexis était lente et profonde, et qu’il n’avait pas bougé quand la porte s’était ouverte. Gael eut un fin sourire, avant de s’approcher du lit de son cadet. Thanae dormait aussi, au bas du lit, et Lokia vint se blottir contre elle. Gael grimpa sur le lit, doucement. Alexis ne se réveillait toujours pas, il devait dormir profondément. L’ainé fut hésitant, il ne voulait pas le réveiller mais… Pour une fois, leurs parents les laissaient avec un peu de temps libre. Le brun glissa alors ses doigts sur son dos, et puis posa sa main de l’autre côté, sur le matelas. Il se pencha et glissa ses lèvres à la base de la nuque d’Alexis. Celui-ci bougea un peu, mais il dormait toujours. Gael continua, il glissa ses lèvres contre son dos, entre ses omoplates, alors que ses doigts glissaient contre la hanche de son autre. Alexis lâcha un faible son étouffé par le matelas. L’ainé ne s’arrêta pas pour autant, il trouva le point dans le dos d’Alexis, qu’il savait sensible, et appuya un peu dessus. Alexis gémit un peu plus fort et bougea encore. Il se réveillait doucement, mais sans réellement se rendre compte de ce qu’il se passait autour de lui. Gael glissa une jambe de l’autre côté du corps d’Alexis, et ses lèvres sur sa machoire. « Alex… ? » Il soufflait dans son oreille, d’une voix basse, et Alexis se réveilla. Il ouvrit doucement les yeux et tenta de se redresser, mais son dos rencontra le torse de son double et il ne bougea plus. « Tu dors sans moi, maintenant ? » Gael lui mordit l’oreille. « Hm… Gael. » Il était un peu boudeur, mais pas vraiment. Alexis venait de se réveiller et il le sentait à l’étroit, sur le ventre. Alors il se retourna, même à moitié piégé par son jumeau, il arrivait encore à bouger de la sorte. Une de ses jambes glissa contre celle de Gael, et il l’enroula autour de lui. « La porte ? » Souffla Alexis contre les lèvres de son autre. « Pour qui tu me prends ? Je l’ai fermée. » Gael glissa ses lèvres contre la gorge de son autre. Alexis ferma les yeux, replongeant presque dans le sommeil réparateur qui avait été le sien. Cependant, il su bouger les bras et attrapa les hanches de Gael, pour les coller à lui. Gael mordit sa peau, il pouvait sentir l’effet que son réveil avait eu sur Alex. « Tu m’en veux pas que je t’ai réveillé, hm ? » La réponse était plus qu’évidente, Alexis était doucement en train de le forcer à rester juste là où il était, en enroulant sa jambe à la sienne, en le tirant par les hanches, en poussant sur son dos avec une main. « T’as pas mieux à faire avec ta bouche que de me poser des question idiotes ? » Gael, cette fois, eut un rire qui fit sourire Alexis, et il échangèrent un regard avant que l’ainé ne viennent lui voler un long baiser.


« La rébellion se cache dans les souterrains. » Déclara l’homme avec qui il discutait depuis quelques jours, déjà. Il avait entendu dire par une femme, dans un village d’Antrakar, qu’un homme connaissait un vieillard qui avait jadis servit pour les Livanov. Le vieillard en question ne l’avait pas reconnu tout de suite, parce qu’Alexis était seul. L’homme lui avait alors posé quelques questions spécifiques au palais et aux jumeaux Livanov, afin de s’assurer de son identité. Jamais Alexis n’avait vu quelqu’un sourire avec autant de bonheur, du moins pas dans ce contexte de guerre constante, et ils avaient discutés longtemps, par après… et puis, le vieillard lui avait expliqué qu’un autre homme – un rebelle de la nation de la terre – pourrait le conduire à la rébellion. C’était là qu’Alexis était, désormais. Il avait pourtant prouvé son identité par une lettre sous scellée, du vieillard à ce rebelle mais l’autre ne semblait pas enclin à lui faire confiance tout de suite. Notamment à cause d’Aleya, qui trainait dans le coin, et qui portait le nom des Hemingway, famille vassale à une famille régente faisant partie du gouvernement. « Le peuple de l’air se cache… Sous terre ? » Alexis n’arrivait pas bien à y croire, il n’y croyait pas, en fait. « Livanov, tu seras surpris des sacrifices que ton peuple a faits. Surtout après ce que ta famille lui a fait subir. » L’homme pris une rasade de sa bière et la posa doucement sur la table. « Les enfants de l’air placent la liberté au dessus de tout, Roran. » Le regard d’Alexis s’était voilé d’un pan de noir, un côté sombre qu’il cachait en son cœur sans même le savoir, et qui allait se réveiller avec son engagement chez les rebelles. Seul un pressentiment, mauvais, lui soufflait de ne pas rejoindre la rébellion, qu’il ne serait plus jamais le même. Mais Alexis n’avait pas pour habitude de suivre un instinct qu’il n’avait pas forcément naturellement, pas autant que Gael, ou même Natalia. « Ils ont suivit mon oncle parce qu’ils le voulaient, et ils pourraient vivre cachés ! Au lieu de ça, ils ont suivi ma cousine, comme tu me le dis. » Alexis posa son regard sur les instruments qui se détachaient dans le décor de la bâtisse. « Ils ne veulent qu’une chose, la justice et la liberté. » Il se retrouvait si bien là-dedans. « Avant que je parte, j’aimerais que tu fasses quelque chose pour moi. » Aleya leva les yeux et posa son regard noisette sur Alexis. « Ne me demande pas de t’accompagner dans les souterrains, ça, c’est hors de question. » Alexis secoua la terre. « J’aimerais que tu me tatoue le dos. » Et même les protestations d’Aleya n’y firent rien. Elle n’avait toujours voulu que le protéger, et elle avait beau lui dire que tout le monde, même Natalia, même Gael lui dirait que c’était stupide, Alexis pouvait se montrer incroyablement borné quand il le voulait. La douleur était le prix à payer pour s’engager, pour sa fierté, pour montrer au monde qu’il ne courbrait pas l’échine, jamais. Qu’il supportait son peuple, qu’ils auraient la liberté et la justice. Pour lui rappeler ce qu’il ne devait jamais oublier, pourquoi il allait commencer à se battre, pour qui il allait le faire et que l’air était sa nation, que son élément l’avait façonné et qu’il ne devait pas laisser l’ardente colère envahir son âme, qu’il ne fallait pas laisser des vagues de haine détruire ce qu’il avait toujours été.

Une infirmière était en train de changer un de ses bandages quand Alexis se réveilla doucement. « Ne bougez pas. » Lui intima-t-elle, en posant un onguent sur une plaie qu’il ne pouvait pas voir. « Ce n’est pas très agréable… » Se plaignit le jeune brun, en fermant les yeux. La douleur l’avait réveillé, ça brûlait. « Je sais, c’est parce qu’il y a beaucoup de poussière dans la blessure et il faut qu’elle parte. » Elle leva le regard sur lui. « Sinon, je peux aussi vous couper la jambe. » Alexis se redressa vivement, et elle posa une main sur son épaule. « Doucement ! » Il avait la tête qui tournait, et se laissa retomber contre les oreillers. « Ne coupez pas ma jambe. Sous aucun prétexte, d’accord ? » La brune hocha la tête. « Je pense que votre frère me tuerait, si je faisais ça. » Alexis ferma les yeux, il s’était redressé bien trop vite et sa tête le lançait. Il ne répondit pas, elle termina de faire son bandage. « Ca va continuer à piquer, et ça va surement gratter aussi mais il ne faut pas toucher. » Il hocha la tête pendant qu’elle retirait ses gants. « Vous auriez quelque chose pour la tête ? » La brune hocha la tête. « Vous pouvez m’appeler Esfir, au fait. C’est mon prénom. » Alexis se redressa plus lentement, quand elle lui tendit un verre et un cachet. « Alexis. » Répondit-il. « Oh je sais. Votre cousine vous a reconnu à votre daemon. Et elle m’a bien préciser que je devais vous remettre sur pied assez vite. » Alexis avala son cachet et le contenu du verre d’une traite. « Et ? Je vais remarcher ? » La peur filtrait dans la voix du garçon. Esfir la sentit, et pris une chaise qu’elle tira à elle. Gael n’était pas là, elle l’avait renvoyer dormir dans son propre lit, avec une force de volonté qu’elle était la seule à avoir chez les médecins. Qui avait su faire flancher Gael. « Pas tout de suite. Vous… » « Tutoyez moi. » Alexis n’aimait pas être vouvoyer, il avait le sentiment d’être son père. « Bien, seulement si v… tu le fais aussi. » Il sourit et lui rendit le verre, qu’elle posa sur la table de nuit pour lui. « Tu dois attendre que les fractures soient réparées. Après ça, on verra ensemble si tu peux tenir sur tes jambes sans fragiliser les os. Il faudra y aller doucement, et ça va surement demander pas mal de rééducation, mais tu remarchera. » Alexis hocha la tête. « Et ma maitrise ? » Esfir pris une de ses mains, et l’examina exagérément. « Tu as déjà essayé ? Depuis ton réveil. » Alexis secoua la tête. « Rien ne peut te faire perdre ta maîtrise, si ce n’est la mort de… Comment, d’ailleurs ? » Son regard était posé sur la lynx, couchée au bout du lit. « Thanae. » Répondit le daemon, elle-même. « Seule la mort de Thanae peut te faire perdre ta maitrise. » Alexis le savait, ce n’était pas ça qu’il voulait dire. Thanae pris la relève. « Ce qu’il veut dire, c’est : est-ce qu’il pourra toujours aussi bien maitriser l’air ? » Esfir la regarda un long moment. « Ca va prendre du temps, le corps doit retrouver une certaine souplesse. » Thanae lécha les doigts d’Alexis. « Tu es si bon que ça ? » Esfir le regardait à nouveau. « Je n’avais que ça à faire, caché dans la nation de la terre. » Et ils continuèrent à discuter pendant de longues minutes, peut être une heure, avant que Gael n'arrive et qu'Esfir les laisse, avec des instructions précises pour Gael, au cas ou.



Don't you remember how I used to like Being on the line? I dreamed you dreamed of me calling out my name, Is it worth the price? Cut cover, take that test, Hold courage to your chest. Don't wanna wait for you, Don't wanna have to lose All that I've compromised to feel another high. I've got to keep it down tonight. I had to break myself to carry on. No love and no admission... Take this from me tonight. And oh, I was a king under your control.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


Re: ( my heart still beats and my skin still feels, my lungs still breathe and my mind still fears. )
Revenir en haut Aller en bas

( my heart still beats and my skin still feels, my lungs still breathe and my mind still fears. )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE FOUR NATIONS. ::  :: LE DÉBUT DE LA FIN :: ILS SONT ACCEPTÉS-