avoir plus de liens ?
Pour ce faire, n'hésitez pas à aller voir les sujets ouverts par les membres ici-même. Des membres comme Lyra Livanov, Teresa Ravenscar et Aelin Rosenbach ont besoin de vous !

avoir plus de rp/d'action ?
Encore une fois, c'est très simple ! N'hésitez pas à parcourir la recherche de rp, ou encore, vous pouvez obtenir une mission ! Si ça ne vous suffit pas, vous pouvez aussi faire intervenir un pnj dans vos rps !

Découvrir les topics communs en cliquant ici !

Le staff vous souhaite de joyeuses fêtes !



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
fermeture définitive
Le forum ferme définitivement ses portes ! Pour plus d'informations cliquez ici

One love, one heart, one destiny. - Nilal
neutre
avatar


▹ Mes comptes : Dmitri Livanov <3
▹ Sur Aléria depuis : 28/12/2015
▹ Messages : 94
▹ Pseudo : Melo
▹ Disponibilité : 1/2 rp
▹ Avatar : Kit Harington
▹ Crédits : D.S.K

http://49.media.tumblr.com/aee89252da3e5eee12f7d5b8adaa3a4c/tumblr_nuqgefzQOY1tznrduo2_500.gif

▹ Âge : 28 années
▹ Nation : Elle compose plus de la moitié du corps humain, on la trouve aussi bien sous forme liquide que solide et parfois même gazeuse.. Impétueuse et sans limite, elle n'a comme frontière que celle imposée par sa nature. Parfois colérique, on peut aussi la découvrir douce et énigmatique. Solal fait partie de la nation de l'eau, bien que "faire partie" ne soit pas tout a fait vrai.
▹ Daemon : Thalulaa, mais le plus souvent c'est juste Thalu. Difficile ne pas la remarquer, la demoiselle est imposante et particulièrement reconnaissable avec son pelage d'un blanc cassé. Elle est aussi rare que son espèce: l'ours esprit. Ne la confondez pas avec un ours polaire car la demoiselle ne fait pas partie de son espèce. Amusante, drole et enjouée, Thalu est un vrai bonheur à l'état brut. D'une douceur sans égal elle peut aussi se montrer farouche et agressif envers ceux qui ne respectent pas son âme-soeur.
▹ Profession : Homme a tout faire, il va là ou il y a du travail. Il ne cherche ni l'argent, ni la reconnaissance, juste la paix. Actuellement, il travaille chez un homme haut placé dans le commerce. Il s'occupe de ses chevaux, mais cela n'est que temporaire car Solal ne s'attarde pas au même endroit très longtemps.
▹ Statut civil : Marié avec sa liberté.
▹ Don : Quand la pleine lune se fait sentir, mieux vaut ne pas l'énerver.
▹ Signe distinctif : Il porte un collier avec un pendentif en forme d'ours, offert par sa meilleure amie lorsqu'il n'était qu'enfant. Une longue cicatrice entaille aussi sa jambe droite, mais mise à part ça le jeune homme n'est pas si différent des autres.
▹ Allégeance : Personne, si ce n'est lui même, mais ses pensées se rapprochent des rebelles. Il préfère cependant vivre loin de tout ce tumulte.

Voir le profil de l'utilisateur

One love, one heart, one destiny. - Nilal
Sam 2 Jan - 22:38
Solal venait de retrouver le calme, après les attentats, il avait décidé de s'éloigner de la capitale pour la campagne. Il avait besoin de se retrouver loin de la foule, des cris, des pleurs et de l'horreur. Solal n'avait perdu personne, car il ne possédait pas ce genre d'attachement, mais il avait assisté à l'attentat, il l'avait vécu de l'intérieur et il avait vu l'horreur. Solal travaillait assez souvent à la Capitale. Avec le monde, personne ne le remarquait, il était un anonyme dans la foule et cela lui allait très bien. Bien souvent, sa ville natale lui manquait, mais cela n'avait finalement que peu d'importance. La seule chose qui en avait vraiment c'était sa mère. Il savait qu'elle souffrait de leur éloignement, mais ils ne pouvaient pas faire autrement. S'il revenait vivre chez elle, la nouvelle arriverait bien rapidement aux oreilles d'Odin et autant dire que le jeune homme préférait rester caché derrière son fantôme. Il était mort et c'était très bien comme ça. Sa mère lui avait proposé à plusieurs reprises de le suivre, une tentative désespérée pour ne pas être séparé de son enfant. Mais l'homme savait, sa vie se trouvait dans la capitale de l'eau, elle y avait tous ses repères, il ne pouvait lui demander ce sacrifice, comme elle ne pouvait lui demandait de rester. Elle aurait apprécié la capitale, des capitales, Aleria était somptueuse, le genre d'endroit que sa mère rêvait de visiter. Solal ne pouvait être que soulagé de ne pas l'avoir amené avec lui. Il préférait ne pas penser à ce qui serait arrivé si son choix avait été différent. Il était tranquillement en train de servir à boire à la terrasse d'un café quand les explosions commencèrent, la peur s'empara de la foule et les choses devinrent rapidement incontrôlables. Par sécurité, il fit descendre quelques personnes dans les caves, celles utilisées pour stocker le vin.  Quand ils en sortirent seulement quelques minutes plus tard, il s'agissait d'une vraie désolation. Des corps étendus sur le sol, des survivants criant à l'aide, des enfants pleurant devant l'atrocité de la scène. Solal avait remonté ses manches, lui n'était que partiellement blessé, il avait eu de la chance, son épaule se remettrait bien vite, mais ce n'était pas le cas pour beaucoup d'autres. Loin d'avoir la connaissance d'un médecin ou d'un guérisseur, il fut cependant l'un des premiers à venir en aide aux blessés. Malgré le caractère de Solal, cette journée l'avait marqué et il n'arrivait pas à l'oublier. Souvent il se réveillait car ses rêves ou plutôt ses cauchemars le ramenaient à cette journée maudite. Il ne comprenait pas comment on pouvait en arriver là. Il se moquait de ceux qui avaient lancé cet attentat, mais ce qu'il savait c'est qu'un jour ou l'autre ils paieraient pour les atrocités commises. Pour ses enfants morts, pour ses mères partis, pour ses sourires et ses vies brisées par tant de cupidité. Solal avait choisi de partir quelques jours plus tard après avoir aidé à enlever quelques décombres, puis il avait pris la route comme à chaque fois, suivit par sa belle Thalulaa à l'humeur si joviale. Elle aussi avait été marquée, mais chez son âme sœur, la tristesse ne restait jamais très longtemps.

Son chemin le conduisit jusqu'en Antrakar, une région appréciée et déjà visitée par le passé. Préférant éviter la capitale de la nation de la terre, le jeune opta pour une option différente et s'enfonça dans les terres. Grâce à une connaissance, il obtint un travail chez un homme travaillant pour le gouvernement,  proche du ministre du Commerce. Solal passa tendrement sa main sur la peau délicate de l'étalon frison. L'animal frémissait au moindre contact, le jeune homme avait l'impression que le moindre bruit, la moindre caresse du vent pouvaient réveiller l'animal. Son maître se montrer d'une parfaite cruauté avec lui, l'animal craignait la main de l'homme quand le maître de l'eau craint le feu. Les premiers jours furent pour Solal un véritable calvaire, mais peu à peu, il arrivait doucement à amadouer le grand Noir. Il l'avait baptisé Orion, comme la constellation, parce qu'une pelote ornait son chanfrein. Celle-ci ne se dévoilait qu'une fois qu'on soulevait son long toupet qui descendait jusqu'au bas de ses naseaux. C'était un cheval magnifique, aussi sensible qu'une femme et aussi fougueux que l'eau, Solal ne pouvait qu'être subjugué par une créature pareille. Sa brosse parcourait doucement sa robe zain, quand tout à coup, l'animal se jeta violemment contre le mur, il poussa Solal qui grimaça avant de sortir du box. « Tiens te voila le nouveau ! » Levant les yeux au ciel pendant quelques instants, le maître de l'eau finit par tourner son regard vers l'homme qui le faisait vivre pour le moment. À vrai dire, comme bien souvent lorsqu’il travaillait pour gens riches, Solal ne les appréciait pas vraiment, mais celui-là arrivait en tête de son affiche. « Sale bête » grogna t'il entre ses dents avant de poser son regard sur Solal. « Diminuer sa ration ». Tournant la tête vers l'étalon déjà amaigri. « Je ne pense pas que ce soit une bonne solution monsieur » « ferme là un peu ! Qu'est-ce que tu t'y connais en chevaux? Diminue sa ration ! »  Pinçant ses lèvres, Solal acquiesça, il était sûr d'une chose, il ne risquait pas de rester longtemps ici. Énervé, l'étalon tournait frénétiquement dans son box. Malgré sa carrure impressionnante et sa puissance désarmante, l'étalon était terrorisé par son maître, mais c'était compréhensible . Les marques qui ornaient son encolure et ses francs prouvaient ce qu'il endurait à chaque fois que l'homme décidait à faire de lui sa bête de somme. « Je dois recevoir une gamine qui croit s'y connaître en commerce ! » Il soupira, souffla comme l'aurait fait un dragon avant de reposer son regard sur Solal qui patient attendait la suite. L'homme n'était pas tendre avec les femmes, rien d'étonnant à ce qu'il n'apprécie pas qu'une femme vienne mettre le nez dans ses affaires, sûrement pas très nettes. « Je dois m'absenter, si elle arrive, faite lui faire un tour sur la propriété, vous avez qu'à sortir cette bestiole et tenter de ne pas vous tuer avec. Si vous me l'érafler, soyez sur que ça sera retenu sur votre salaire... » Solal lui aurait bien répondu qu'il ne voyait pas ce qu'il pourrait lui retenir sur son salaire vu la petitesse de celui-ci, mais il avait appris à se taire, alors il se contenta de soupire avant de regarder l'homme partir. « Connard » laissa t'il échapper une fois seule, alors que Thalulaa sortit son énorme tête de la stalle de côté. « Il est parti ? » Amusé, Solal acquiesça et son âme sœur sortit de sa cachette. L'ourse se cogna contre un seau que Solal rattrapa. « Pardon » « Je suis habitué ma belle ». Tendrement, elle se frotta contre les jambes de son double comme l'aurait fait un chat. « Je n'aime pas cet endroit, j'ai envie de repartir chasser du saumon ». Il fourra ses doigts dans la toison épaisse de sa belle et soupira. « Moi aussi, mais il n'y a pas de travail là-bas, tu sais bien et on ne peut pas être aller à Lumisol. ». Thalu laissa échapper un long soupir tout en suivant Solal qui se dirigeait vers un autre box où se trouvait une jument grise. Franchement, il avait d'autres choses à faire que de s'occuper d'une membre du gouvernement. Comme s'il avait la tête à faire la conversation ? Encore plus avec une fille de la haute société . C'était franchement n'importe quoi. « Est-ce qu'elle te manque toujours ?». Solal arrêta son pansage avant de porter son regard sur la belle blanche. Il inspira un grand coup avant d'expirer dans le calme. « Parfois oui.. » finit-il par avouer alors que l'ourse se coucha à côté de lui. Elle posa son énorme tête sur ses pattes. « Al me manquait énormément... » Il pouvait ressentir dans la voix de son âme sœur un désespoir sans fin. Thalulaa ne s'était jamais remis de sa séparation avec l'âme sœur de Nila. Difficile pour Solal d'en faire de même pour la jeune femme, encore plus quand son âme sœur ne cessait de lui rappeler leurs bons moments. « C'est passé ma belle, je sais que c'est dur pour toi, mais c'est comme ça » « Je suis sûre que je lui manque aussi, je me demande qui sait qui le fait rire désormais ». Tendre, Solal laissa la jument et passa ses mains autour de la grosse tête de Thalulaa. Il y déposa la sienne. « Tu m'as moi Thalu et ça ça ne changera pas ». Il sentit le souffle de sa belle ralentir, tandis qu'elle profitait de ce moment de tendresse. « Je t'aime » lui murmura t'elle avant de lui donner un léger coup de patte pour qu'il reprenne son travail.

« C'est bon, ma belle t'es prête ». Solal allait sortir du box de la jument quand il entendit une voix féminine. Il soupira pour lui tout en pensant que l'enfer commençait. Allez, ce n'était qu'une journée dans sa vie, quelques heures et tout cela serait terminé. Il allait sortir du box, mais il buta dans l'ourse blanche, elle avait le regard rivait devant elle. « Al ? » prononça t'elle une fois, puis une deuxième. « Al?c'est vraiment toaa ? » Tout à coup, Solal sentit une joie immense l'envahir, presque enivrante, tandis que son âme sœur s'élançait devant elle avec ce qui lui restait de sa grâce. Maintenant, elle était beaucoup moins agile qu'avant. Quand à Solal son regard se posa sur cette femme qui lui faisait face. Il la reconnut à la seconde même où il croisa son regard. « Thalu on y va ! » Solal lui tourna le dos, bien décidé à partir très vite d'ici, mais il ne le pouvait pas, il sentait déjà la douleur s'emparer doucement de lui, Thalulaa était trop loin pour qu'il puisse partir sans la faire souffrir. « Thalu !!! » La belle blanche resta sourde à ses appels. Son regard s'était figé sur un aigle à tête blanche qui s'était posé près de ses énormes pattes. « Comment tu es beau *-* , mais tu sens toujours aussi autant le poisson ». Fit la belle en lui donnant un léger coup de patte. Comme à l'époque, elle se comportait comme une enfant, tentant à sa manière de lancer le jeu.
Revenir en haut Aller en bas

One love, one heart, one destiny. - Nilal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE FOUR NATIONS. ::  :: ANTRAKAR :: AILLEURS EN ANTRAKAR-