avoir plus de liens ?
Pour ce faire, n'hésitez pas à aller voir les sujets ouverts par les membres ici-même. Des membres comme Lyra Livanov, Teresa Ravenscar et Aelin Rosenbach ont besoin de vous !

avoir plus de rp/d'action ?
Encore une fois, c'est très simple ! N'hésitez pas à parcourir la recherche de rp, ou encore, vous pouvez obtenir une mission ! Si ça ne vous suffit pas, vous pouvez aussi faire intervenir un pnj dans vos rps !

Découvrir les topics communs en cliquant ici !

Le staff vous souhaite de joyeuses fêtes !



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
fermeture définitive
Le forum ferme définitivement ses portes ! Pour plus d'informations cliquez ici

Family is not an important thing. It's everything. - Slava & Mae
rebelles
avatar


▹ Sur Aléria depuis : 12/12/2015
▹ Messages : 323
▹ Pseudo : Melo
▹ Disponibilité : Open
▹ Avatar : William Moseley
▹ Crédits : morloki



▹ Âge : Cela 25 ans qu'il a poussé son premier cri emporté par une bourrasque de vent d'hiver/
▹ Nation : L'air, la liberté, celui qu'on ne peut n'y toucher, ni saisir, ni capturer.
▹ Daemon : : Eowa,un nom tout doux pour une créature tout aussi douce qui pourtant peut quand elle le veut se montrer redoutable. Avec son plumage colorée et son chant mélodieux, la petite femelle Quetzal est loin d'inspirer la crainte. Si Dmitri peut imposer par sa stature et son caractère parfois ronchon, il faut bien avouer que la présence d'Eowa suffit à l'adoucir.
▹ Profession : Dmitri dirige en compagnie de sa cousine Lyra la rebellion. Il est en quelque sorte un dirigeant, même s'il ne l'a jamais vraiment désiré.
▹ Statut civil : Aux yeux de tous, il est une âme solitaire et sans attache amoureuse, mais cela n'est qu'une illusion. Son coeur est depuis quelques temps déjà animé par de douces pensées qu'il n'aurait jamais pensé pouvoir posséder.
▹ Don : Craint et redouté par la nation de l'air, Dmitri possède la capacité de projection astrale, ce qui lui permet de se mouvoir et d'interagir hors de son corps. Avec les années, il a appris et s'est entraîné et possède désormais un très bon contrôle sur celui-ci. Cependant il le garde cacher, craignant que cela n'en effraie quelques uns. Seule sa cousine Lyra est au courant.
▹ Signe distinctif : Outre, la flèche située sur son épaule et commune à la nation de l'air, Dmitri possède aussi deux tatouages. Deux ailes, une face à l'autre de chaque côté de son dos, sa colonne vertébrale marquant la séparation entre celles-ci
▹ Allégeance : La rebellion, mais plus qu'à elle, il est surtout pour la liberté. C'est pour elle qui se bat, pour cette idée qu'un jour il pourra libérer son peuple de la tyrannie/

Voir le profil de l'utilisateur

Family is not an important thing. It's everything. - Slava & Mae
Jeu 24 Déc - 23:14

Family is not an important thing. It's everything.
Slava & Mae & Dmitri
« Alors... » Assis sur une chaise, les yeux rivés dans ceux de Lilou, Dmitri lui lança un regard taquin tandis que ses doigts placés dans un élastique laissaient la petite fille dubitative. « Hé hé, il est passé où le deuxième ?» Ouvrant grand les yeux, Lilou regarda les mains de Dmitri puis l'élastique. Il avait commencé le tour avec deux, puis comme par magie un de deux avaient disparu et il n'en restait plus qu'un. « Comment il fait ? » Une petite voix douce et enfantine s'éleva dans la pièce, le petit faon qui accompagné Lilou observait lui aussi le tour. Aussi fasciné que son âme sœur, il avait posé ses deux pattes avant et sa tête sur la table, la scène était assez amusante à regarder, disons qu'il n'était pas courant de voir un faon dans une telle position. Sauf que depuis le retour de Faenor, le petit daemon de Lilou commençait à devenir de plus en plus courageux, il osait des choses qu'il n'avait encore jamais fait. « Mais... » Une mine boudeuse se dessina sur les lèvres de la petite fille aux boucles châtaines tandis qu'elle attrapait l'élastique du bout des doigts avant de le tourner pour essayer de trouver la solution. Dmitri se releva et fit le tour de la table, il tira une chaise et prit place à côté de la demoiselle. « Je vais te montrer, regarde bien. » Un large sourire se dessina sur les lèvres de Dmitri et il trouva écho quand le visage de Lilou s'ensoleilla. Elle souriait de plus en plus, avec le temps, la petite fille recommençait tout doucement à s'ouvrir, elle redevenait une enfant et pour Dmitri ça n'avait pas de prix. « Et pendant ce temps, Eowa, la meilleure des âmes sœurs est devenue une nounou ! » rala Eowa tandis qu'elle posait un regard désespéré sur le daemon de Lilou qui observait Dmitri comme s'il était la plus grande merveille du monde. « Sois pas jalouse ma belle, émerveille toi !» « Je dis juste que c'est pas juste, pourquoi je suis la nounou quand Faenor lui il s'éclate !!!». Ah on en revenait toujours au même problème : Faenor. Depuis le retour du lémurien, Eowa et lui n'arrêtaient pas de se chercher. Ils avaient beau dire qu'ils se détestaient dans le fond ils n'arrivaient pas à vivre l'un sans l'autre. « T'es complètement fou, jamais de ma vie je n’apprécierais vivre avec ce sac à puces, il est immonde, vulgaire et nombriliste!!! » « Non il est gentil » clama haut et fort l'animal âme de Lilou tandis qu'Eowa secouait ses ailes en signe de mécontentement. « Pas avec moi en tout cas v». Dmitri roula les yeux avant de reporter toute son attention sur sa petite princesse. « T'es prête ?». Elle acquiesça et il prit l'élastique entre ses doigts. « Tu vas voir, en fait c'est facile, il n'y a qu'un élastique, mais tu vois... » Il fit passer l'élastique entre ses doigts et quelques secondes plus tard, il n'y avait plus un, mais deux élastiques. « Tu crées une illusion en tenant ton élastique comme ça. Les gens pensent que tu en as deux, tu leur présentes donc le tour de cette manière, puis après il te suffit de rejoindre des doigts et... » Le beau blond s'exécuta et l'élastique reprit sa forme initiale. « Tadaaa » « Wooouahh, tu essaies ! » Posant sa petite tête sur les genoux de son âme sœur, le faon n'attendait qu'une chose, que la miss fasse la même chose que Dmitri. D'un hochement de tête, la gamine accepta avant de prendre l'élastique et de se lancer dans une pâle imitation de Dmitri. Le beau blond se mit à rire et ses doigts finirent par se poser sur ceux de la petite fille. « Non regarde, celui-là, puis celui-là et comme ça ! » Quand Lilou comprit enfant, son visage s'illumina et elle commença à faire le tour toute seule. « Parfait ma princesse » dit-il avec tendresse. Il adorait cette gamine et il ne regrettait pas le choix de l'avoir gardé avec lui, certes ce n'était pas la décision la plus sage, mais il commençait à comprendre que parfois la sagesse ne faisait pas tout. « N'oublie pas ce que nous appris, il faut aussi laisser parler le cœur et tu le fais très bien. »


Lilou était en train de réaliser le tour devant le regard ébahi de son faon quand un énergumène arriva sur la table. «Noonn nonn nonn» hurla Eowa avant d'attraper rapidement avec son bec le bout de fruit qui restait sur la table. Elle décolla et se posa sur la poutre, la seule que Faenor ne pouvait pas atteindre. « T'es trop gras, fais attention à ta ligne. » Amusée, la quetzal qui avait pris grand soin de profiter de l'absence de Faenor pour reprendre son coussin en velours et le déposer sur son nid, se couche dessus avant de déployer ses ailes pour montrer tout son plaisir. « Quelle douceur, quel bonheur » roucoula t'elle avant de fermer les yeux pour profiter d'une petite sieste bien méritée .

Dmitri se leva de sa chaise pour faire face à la jolie rousse. Un sourire se dessina sur son visage, comme à chaque fois que la jeune femme apparaissait dans une pièce. Elle avait le don de lui rendre la vie plus belle, plus agréable, même lorsqu'elle tentait de garder ses distances. La situation s'était inversée, si la dernière fois c'était lui tentait de garder ses distances, désormais c'était au tour de Maé, mais Dmitri était décidé à ne rien laisser les séparer. Il avait goûté à ce bonheur et il ne voulait pas le perdre. Le départ de la jeune femme avait été une bonne leçon, cela lui a fait comprendre que s'il y avait une chose qu'il ne voulait pas voir disparaître c'était elle. Dmitri comprenait désormais que pour vivre dans cette guerre, il devait aussi se battre pour lui, pour elle, pour Lilou. Le Livanov s'approcha de la belle et passa son bras autour de sa taille et la tira doucement vers elle. « T'as électrocuté personne ? » dit-il d'un ton amusé avant d'approcher ses lèvres de celle de la jolie rousse, mais au lieu de l'embrasser, il se contenta de prendre le sac qu'elle tenait. « Merci siffle » Un air taquin sur les lèvres, il disparut en direction de la cuisine, il était temps qu'il se mette au fourneau.

Depuis le retour de Maiween, la vie de Dmitri était beaucoup moins terne, elle avait gagné en couleur et malgré tout ce qui reposait sur ses épaules, il avait l'impression de mieux respirer, Maiween lui apportait de la légèreté, un équilibre aussi dont il ne pouvait désormais plus se passer. Hélas, comme à chaque fois, il y avait une ombre au tableau. Une présence indispensable qui n'était pas présente. Slava, sa petite sœur avait disparu depuis quelques jours. Il avait beau demander à Lyra ce qu'elle l'avait envoyé faire, sa cousine n'avait pas voulu lui répondre. Autant dire que Dmitri était partie en colère. Lyra n'avait pas à entraîner sa sœur dans ses histoires de revanche. Slava en avait déjà assez vécu comme ça. « Laisse ta sœur respirer ! » « Elle respire bien assez » râla Dmitri, alors qu'il se battait avec ses pommes de terre. « Puis pourquoi elle m'a rien dit ? ». Un rire amusé s'échappa de la gorge de sa Quetzal. « Vraiment je me demande pourquoi ? Peut-être pour par devoir t'expliquer une fois de plus qu'elle est assez grande pour faire ses propres choix, tu ne pourras pas toujours la protéger. » Dmitri envoya ses légumes dans l'eau frémissante. Slava, c'était la seule qui lui restait, la seule qu'il avait vraiment réussi à protéger. Quand il la voyait sourire, à chaque fois il voyait sa mère et il se souvenait de ce qu'elle lui avait demandé « Protège ta sœur, protège-toi, sauve-les » c'était les derniers mots qu'elle avait prononcés. Des mots que Dmitri n'oubliait pas. Il ne supportait pas de savoir sa sœur loin de lui parce qu'il craignait tout simplement de ne jamais la voir revenir. Oui, il était trop protecteur et peut-être qu'il l'étouffé un peu. « Non beaucoup ! » Mais fallait bien veille sur elle et il était le seul à pouvoir le faire, parce qu'il était le seul à connaître par cœur. Et puis c'était Slava, elle n'était pas faite pour la guerre, lui non plus, mais il préférait que ce soit à lui que cela incombe et pas à elle. Il ne voulait pas qu'elle perde son innocence, c'était sa plus belle caractéristique, ce qui faisait d'elle la fleur qui pousse dans la neige et qui jamais ne faiblit. « Tu peux pas mettre ton cerveau en pause que je dorme ? ». Dmitri roula des yeux, il avait vraiment l'impression d'être la seule personne avec la tête sur les épaules dans cette maison et maintenant même Eowa s'y mettait.






Hope is a waking dream.”

All we have to decide is what to do with the time that is given to us©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
http://kandrakar.forumactif.be/t155-dmitri-there-is-some-good-in-this-world-and-it-s-worth-fighting-for
Invité


Re: Family is not an important thing. It's everything. - Slava & Mae
Sam 26 Déc - 21:36

Family is not an important thing. It's everything.
Slava & Mae & Dmitri

« Moi je dis qu’on nous exploite. » La voix du petit lémurien résonnait dans la tête de la jeune femme alors qu’elle traversait d’un pas rapide les couloirs de la résidence des Livanov. Exceptés les quelques jours dont elle avait eu besoin pour se remettre sur pieds, elle n’avait que peu de temps ‘libre’ depuis son arrivée à la capitale de l’air : à quelques jours seulement du couronnement de Lyra, le peuple de l’air avait besoin de toutes les paires de mains disponibles pour tenter de redonner à la salle de trône du moins une partie de sa beauté passée et ainsi finir les derniers préparatifs pour la cérémonie. Et bien que Mae ne fasse nullement partie de cette nation, elle n’avait que trop volontairement accepté de leur venir en aide pour ainsi montrer son respect pour l’héritière des Livanovs… et pour avoir une raison d’éviter Dmitri.  Sauf que c’était bien là une chose bien plus facile à dire qu’à faire, considérant qu’elle vivait en compagnie de Lilou auprès de l’aîné des Livanovs, et ce d’autant plus que ce dernier semblait même prendre un certain plaisir à repousser les limites que la jolie rousse tentait d’établir. « Nan, mais oublie ce babouin cinq minutes, on a un problème bien plus grave : je te jure, c’est un miracle que mes pattes ne soient pas encore couvertes d’ampoules à force de devoir aider à préparer la fête de quelqu’un d’autre. » Comme à son habitude, Faenor avait tendance à toujours ramener la conversation à lui, et s’assurer qu’il était bien au centre d’intérêt de son âme-sœur, et ce peu importe les moyens qu’il avait à employer. Et comme bien souvent, les paroles – bien qu’insensées – du petit lémurien dessinèrent un sourire sur les lèvres de la cadette des Targarov. « J’ignorais qu’on pouvait avoir des ampoules à force de rester assis. » « Mais... » Sur ce coup, même Faenor ne semblait plus savoir quoi répondre, et sans doute était-ce bien mieux ainsi, puisqu’ils venaient d’arriver aux appartements qui étaient désormais les leurs, et une fois la porte ouverte, le maki catta était bien trop occupé à rejoindre Idris et Lilou – pour les préserver de la mauvaise influence d’Eowa comme il aimait le répéter. « Ne l’écoutez pas les enfants, la décolorée devient amère avec l’âge. » lança le petit maki catta, avant de poser ses pattes avant sur les oreilles du jeune faon. « Non, mais t’as pas honte, ils vont développer des complexes à cause de toi… Pfffff, vraiment aucun respect pour les autres, celle-là. » Enfin, sur le coup, c’était certainement plus Faenor qui risquait de développer des complexes à force d’entendre de telles paroles, puisque déjà maintenant, il commençait à jeter des coups d’œil discrets dans chaque surface brillantes qu’il pouvait trouver. « Puis je vois vraiment pas pourquoi elle dit ça, je suis parfait, comme toujours. » finit-il par rajouter à l’intention de Mae, visiblement soulagé par ce constat. Mais une fois de plus, les considérations quelque peu nombrilistes du petit primate furent rapidement interrompues, cette fois-ci par l’arrivée de Dmitri, et cette fois-ci, ce fut au tour de Mae de râler. « Très drôle. » répliqua-t-elle quelque peu amèrement, alors que chacun de ses muscles semblait se crisper face à la proximité du beau blond. Son nouveau don était pour elle un sujet quelque peu sensible, et ce d’autant plus qu’il lui rappelait chaque jour qu’elle avait beau avoir coupé tout contact – ou presque – avec sa famille quelques années plus tôt, elle serait à tout jamais incapable de couper le lien de sang qui l’unissait à cette famille tant détestée en dehors de la Nation du Feu. Elle qui aurait tant souhaité tout ce qui touchait aux Targarov devait déclarer ce don des plus destructeurs, si caractéristique de cette famille. Mais ces noires pensées furent rapidement oubliées face  à la promesse que procurait le visage de Dmitri qui s’approcha lentement du sien… avant de se détourner, un sourire amusé dessiné sur ses lèvres. Voilà bien l’exemple type pourquoi la jolie rousse avait tant de mal à garder ses distances : non seulement le chef des rebelles ne semblait-il pas vouloir entendre son avis sur la question, mais en plus, il prenait visiblement un malin plaisir à la tenter et essayer de provoquer une réaction de sa part. Jusqu’ici, il avait échoué, mais pour combien de temps encore ? Peut-être serait-il mieux pour elle que de trouver une chambre à elle, un lieu où elle ne le croiserait pas plusieurs fois par jour. Sauf que dans ce cas, qu’adviendrait-il de Lilou ? La fillette semblait heureuse d’avoir à la fois Dmitri et Mae autour d’elle, et après tout ce qu’elle avait dû vivre, ne méritait-elle pas au moins l’illusion d’une vie calme, paisible ? « Rhalala, toujours à vouloir trouver des excuses. Si tu veux mon avis, tu es entrain de te voiler la face. Enfin, je dis ça, je dis rien. » La jeune femme s’apprêtait à répondre à son âme-sœur, mais avant qu’elle ne puisse formuler ne serait-ce qu’un mot, la voix enjouée d’Idris parvient à ses oreilles. « Regardez ! Regardez ce qu’on sait faire ! » Donnant un léger coup de museau à son âme-sœur, le faon ajouta : « Alleuh, montre leur ! » « Qu’est-ce que tu veux. » Les yeux pétillants, la fillette sortit un élastique de sa poche, avant de se lancer dans une démonstration d’un nouveau tour de magie. « Bravo ma belle. » finit par répondre Mae en rigolant, alors que Faenor observait la scène la tête tournée sur le côté, visiblement émerveillé. « Waouhh, comment tu fais ?? » Et alors que Lilou cédait devant la demande de Faenor et répétait son petit tour de magie, avec Idris comme commentateur, la jolie rousse se dirigea vers la cuisine, ramassant au passage les quelques pommes de terre et carottes qui étaient tombées du sac.

Debout sur le pas de la porte, la jeune femme resta un instant silencieuse, observant d'un air amusé le spectacle qui s'offrait à elle. Qui aurait cru que Dmitri Livanov était aussi doué au fourneau que pour mener la rébellion ? « Tu sais, ton sens de la décoration laisse quelque peu à désirer. » finit-elle par demander sur le ton de l'amusement, lui lançant une des pommes de terre une fois qu'il était retourné. S'il lui demandait de passer chercher de la nourriture en rentrant, autant qu'elle en serve autrement. « Mais au moins, tes réflexes sont passables. » « Passables, passables... pour un mollusque peut-être. J'espère juste qu'il se bat mieux en vrai que contre les légumes, parce que c'est pas pour dire, mais sinon, on est vraiment dans la merde.  » De toute évidence, le petit lémurien n'avait pas supporté longtemps la séparation - pourtant seulement de quelques mètres - de son âme sœur, et ne tarda pas à prendre sa place habituelle sur l'épaule de cette dernière. Roulant des yeux, la jeune femme tenta d'enchaîner sur un autre sujet, ou plus exactement de rebondir sur les bribes de conversation qu'elle avait surpris entre Eowa et Dmitri en entrant dans la cuisine. « Je sais que ça ne me regarde pas, mais je crois bien qu'Eowa à raison, tu sais. commença-t-elle, hésitante, sans réellement savoir comment bien aborder ce sujet. Enfin, c'est normal que tu veuilles la protéger, louable même, mais même toi, tu ne peux pas toujours être à ses côtés. Sans même parler que pour protéger quelqu'un, il faut déjà qu'il veuille être protégé. La jeune femme marqua une pause, tentant de chercher les bons mots pour la suite, avant de reprendre d'une voix douce. Et si ta sœur ne t'a pas parlé ses... enfin, sa mission, elle a peut-être ses raisons. Et vu l'état dans lequel se mettait Dmitri à ce sujet, il n'était sans doute pas dur de comprendre quelle pouvait bien être cette fameuse raison. On a tous des choix à faire sur ce qu'on est prêt à faire pour défendre nos idées ou idéaux. Tu as fait le tien, alors elle devrait pouvoir en faire autant, non ? Parce que si tu essaies de l'empêcher, tu risques seulement de perdre sa confiance. Ou pire, la perdre elle.  »



HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas

Family is not an important thing. It's everything. - Slava & Mae

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE FOUR NATIONS. ::  :: ELIORAS :: LA CAPITALE DE L'AIR-