avoir plus de liens ?
Pour ce faire, n'hésitez pas à aller voir les sujets ouverts par les membres ici-même. Des membres comme Lyra Livanov, Teresa Ravenscar et Aelin Rosenbach ont besoin de vous !

avoir plus de rp/d'action ?
Encore une fois, c'est très simple ! N'hésitez pas à parcourir la recherche de rp, ou encore, vous pouvez obtenir une mission ! Si ça ne vous suffit pas, vous pouvez aussi faire intervenir un pnj dans vos rps !

Découvrir les topics communs en cliquant ici !

Le staff vous souhaite de joyeuses fêtes !



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
fermeture définitive
Le forum ferme définitivement ses portes ! Pour plus d'informations cliquez ici

mission: troubled spirits (jamie)
neutre
avatar
my loyal friend.

▹ Mes comptes : soon.
▹ Sur Aléria depuis : 19/12/2015
▹ Messages : 130
▹ Pseudo : Brumy
▹ Disponibilité : 7/7 présence, 3/7 rp
▹ Avatar : Alejandra Alonso
▹ Crédits : secret santa t'es le meilleur ♥

are you insane like me, in pain like me.

▹ Âge : trente ans. Cela fait maintenant trente ans qu'elle foule ce sol froid, qu'elle erre sur cette terre, qu'elle parcourre ces eaux glacées. Trente ans.
▹ Nation : nation de la bienveillance dont la facilité première est l'intégration dans n'importe quel lieu, née de l'amour de la lune et de l'océan: l'eau est sa maison, son foyer, sa patrie.
▹ Daemon : un akita inu mâle nommé Ayla calme, loyal, affectueux, discret, silencieux et intelligent; il lui correspond parfaitement. Il la couve, la suit, surveille ses arrières; il est son plus fidèle allié et son plus proche ami. Un regard leur suffit à se comprendre; il est la prunelle de ses yeux, la lune de ses nuits et son coeur jumeau.
▹ Profession : artisane touche à tout, elle sait y faire avec les babioles et objets en tous genres.
▹ Statut civil : mariée, et ce depuis sept ans. Il est tout ce qu'il lui reste, et elle ne laissera jamais rien l'atteindre tant qu'elle pourra l'éviter.
▹ Don : aucun en particulier, elle est un simple maître de l'eau sans aucune autre capacité particulière. La capacité à contrôler le sang des autres ne l'attire pas de toute façon, par contre elle aurait bien voulu pouvoir soigner son esprit de cette peine immense.
▹ Signe distinctif : son regard vert est intense et vous déstabilise. Sur sa tempe droite, une cicatrice en vague forme de croissant de lune peut être vue; il s'agit d'un souvenir d'une mauvaise chute dont elle ne se souvient même plus en détail tant elle était jeune quand c'est arrivé.
▹ Allégeance : l'allégeance d'Aysu va à un monde de paix où l'égalité est de mise; tout ce qu'elle voulait, c'était une vie heureuse avec son mari et sa fille.

Voir le profil de l'utilisateur

mission: troubled spirits (jamie)
Mar 22 Déc - 13:45


Aysu était en train de ranger les rayons dans sa boutique, tandis que son daemon somnolait un peu plus loin. Dans la boutique, quelques habitués étaient en train de regarder les objets, dont les prix avaient considérablement baissé avec les derniers évènements. Tous avaient faim. Tous avaient besoin d'argent. Les chiffres d'affaire des Sabriye étaient devenus catastrophiques, surtout que ça ne faisait que très peu de temps qu'ils avaient ouvert leur boutique.. juste après les attentats à vrai dire. Aysu avait eu besoin de se changer les idées, de tout faire pour ne pas penser à ce qu'il s'était passé ce jour où elle avait été prise dans les attentats. D'une main tremblante, elle effleura son ventre désormais plat, et ce deux fois. Elle épousseta une statuette quatre fois, et la reposa deux fois sur son socle. Les clients, maintenant habitués à la manifestation des TOCs de la jeune femme, ne dirent rien et ne la dévisagèrent pas comme certains le faisaient dans la rue. Aysu avait honte de laisser paraître cette image de femme faible, mais elle n'y pouvait rien. Ces TOCs étaient plus forts qu'elle, elle ne pouvait pas les contrôler.. quand bien même elle essayait de le faire.

Soudain, un brouhaha étouffé tira un sursaut à la jeune femme. Ayla se leva d'un bond et s'approcha de sa liée d'âme, tandis que cette dernière lui demandait: « Tu entends ce bruit? » L'akita inu, qui possédait une ouïe beaucoup plus performante que celle de la brune, hocha de la tête et se mit à grogner, sur le qui-vive. « Une foule enragée ça ne passe pas inaperçu. » C'était donc une foule. Très bien. Les clients étaient partis pour aller voir ce qu'il se passait, si bien que la boutique des Sabriye était maintenant vide. La maître de l'eau poussa un petit soupir de dépit. « Qu'est-ce qu'il se passe..? » Le daemon secoua la tête et montra les crocs avant de faire quelques pas en direction de la sortie de la boutique. Une fois que ce fut fait, il se retourne pour poser son regard dans celui de sa liée et lui dit: « On devrait aller voir... je n'arrive pas à saisir ce qu'ils disent. Trop de brouhaha. » La jeune mariée hocha de la tête et emboîta le pas à l'animal, fermant la boutique derrière elle. Pure précaution: elle n'avait pas envie qu'on lui vole le peu qu'elle et son mari possédaient. Surtout qu'ils fabriquaient eux-même une grande partie de leurs articles. Voire même la totalité.

La jeune femme dû se fier à l'ouïe d'Ayla, qui parvint à trouver d'où provenaient tout ce bruit. Quand ils arrivèrent tous les deux face à une auberge encerclée par des habitants en colère, la brune écarquilla les yeux. Ils comptaient vraiment entrer dans cette auberge de force? Mais pour quoi faire? « Que se passe-t-il? » Finit-elle par demander à un homme, après s'être approchée de la foule en colère. Elle n'était pas une adepte de la violence, et ne le serait jamais. L'homme, qui était d'âge mûr, fronça les sourcils quand elle lui posa sa question. C'était certainement un maître de la terre, au vu de son physique. Ce genre de choses se ressentaient. Il pointa alors du doigt l'auberge: « C'est cette enflure! Il garde son pain et nous le revend plus cher! Il profite de notre faiblesse pour se remplir les poches! » Elle comprenait mieux maintenant. Ils se faisaient justice eux-même.. mais était-ce réellement la bonne solution? Tout ça allait finir par très mal tourner s'ils continuaient comme ça. La maître de l'eau plissa les yeux et observa toutes les personnes autour. Il fallait faire quelque chose avant que la situation ne dégénère.. mais que pouvait-elle faire, elle, seule face à toutes ces personnes hargneuses? Finalement, elle planta ses yeux bleu glacé dans ceux marron sombre de son interlocuteur, en lui sifflant; « Et vous ne trouvez rien de mieux à faire que de s'attaquer à son auberge? » Se sentant agressé par les paroles de la brune, l'homme recula d'un demi-pas avant de hausser les épaules d'un air nonchalant. Il s'exclama ensuite; « Ça, c'est pas notre problème! Il n'aura que ce qu'il mérite! » Quel idiot. Aysu comprenait la colère de ces gens puisqu'elle était comme eux, une personne du peuple qui avait faim, mais se faire justice soi-même n'était pas la bonne solution.

La violence n'était pas la solution, elle savait très bien de quoi elle parlait. Quatre fois, elle cligna des yeux -s'attirant un regard intrigué de la part de son interlocuteur- puis elle lui répondit d'une voix froid, pointant à son tour l'auberge; « Et vous pensez aux gens qui sont à l'intérieur au moins? » Les clients. La famille du gérant. Et d'ailleurs, les actes dont était accusé le gérant étaient-ils seulement vrais? Peut-être n'était-ce qu'une simple rumeur. « Laissez-moi passer. » Dit-elle, voulant se frayer un passage parmi la foule pour atteindre la porte et se faire entendre de tous. Elle n'avait pas la prétention de se dire sage mais il fallait faire quelque chose, et vite. « Pour quoi faire? Comme si vous pouviez les calmer. » Lui rétorqua l'homme robuste, ne bougeant pas d'un pouce pour la bloquer. Serrant les poings et les dents, la jeune femme ouvrit et referma ses doigts six fois de suite, signe d'une perte de contrôle imminente. « Je vous ai demandé de me laisser passer. » Insista-t-elle, d'une voix aussi gelée que le plus cruel des hivers. « Aysu. » Dit alors Ayla, sentant que sa liée allait finir par faire une bêtise. Il lui attrapa délicatement le poing à l'aide de sa croc et la tira sur le côté. Ils allaient trouver une autre solution.




if you’re safe enough to be bored, you’re lucky. you walk outside, you risk your life. you take a drink of water, you risk your life. nowadays you breath and you risk your life. you don’t have a choice. the only thing you can choose is what you’re risking it for. ©️ caius


♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
neutre
avatar


▹ Sur Aléria depuis : 13/12/2015
▹ Messages : 147
▹ Pseudo : flyingsquirrel. (maëlle)
▹ Avatar : dane dehaan.
▹ Crédits : secret santa.



▹ Âge : vingt-six années à fouler cette terre de feu, à chercher sa place.
▹ Nation : enfant des flammes, de la chaleur, il appartient à la nation du feu, la puissante, l'insoumise, celle qui a écrasé tous ses opposants afin de montrer sa supériorité.
▹ Daemon : une femelle lynx nommée maekar. elle est à l'image de son maître, discrète, calme, observatrice et très intelligente. d'ordinaire assez passive, elle peut se montrer très agressive lorsqu'on s'attaque à jamie.
▹ Profession : jamie travaille au sein du service des politiques communes. il a toujours été évident pour lui qu'il s'orienterait vers une activité qui ferait appel à ses capacités mentales plutôt qu'à son aptitude physique.
▹ Statut civil : jamie est officiellement célibataire. mais en réalité, c'est plus compliqué que cela. il a réussi à se soustraire à un mariage imposé et s'est rapproché très récemment d'une certaine brune de la nation de la terre. s'ils n'ont pas parlé de leurs sentiments, le bernstein sait très bien ce qu'il ressent et n'hésitera pas à le faire savoir le moment venu
▹ Signe distinctif : il garde la marque des attentats de novembre dernier sur toute sa jambe droite. cette dernière a été sévèrement brûlée et même si jamie a bénéficié des meilleurs soins, les cicatrices sont bel et bien présentes.
▹ Allégeance : autrefois, son allégeance allait à sa famille et de surcroît au gouvernement. on lui avait appris à être loyal à une seule chose, les siens et ce malgré les désaccords qui pouvaient l'animer. mais désormais les choses sont différentes. jamie commence à ouvrir les yeux sur son propre sang, qu'il a longtemps excusé en fermant les yeux sur les horreurs. maintenant, le jeune bernstein n'est loyal qu'à lui-même et peu importe si ça doit l'amener à défier le gouvernement ou quitter les siens.

Voir le profil de l'utilisateur

Re: mission: troubled spirits (jamie)
Mer 23 Déc - 14:47




it's a revolution i suppose
Les attentats ont ébranlé le gouvernement et la grande bâtisse, déserte pendant quelques jours, a vu ses employés la réinvestir plus rapidement que de raison. Hors de question de montrer une quelconque faiblesse aux rebelles en changeant leur façon de faire. Du moins, c'est ce que les régents souhaitent faire croire. Jamie, lui, se rend compte que tout est différent depuis. L'atmosphère est lourde, les employés se méfient et la peur, qui brille dans leurs yeux, qui transparaît dans leurs mouvements, n'a jamais été aussi forte. On murmure des choses, des bruits de couloir se propagent. Comment fera-t-on si les rebelles réussissent à renverser le gouvernement ? Ils nous tueront tous, nous avons servi leur ennemi. Et Jamie aimerait les rassurer, mais lui-même n'est plus sûr de rien. Il ne fait plus confiance aux régents, à sa propre famille. Alors comment dire à toutes ces personnes que leurs vies sont entre les mains de hauts placés qui ne pourraient pas s'en soucier moins ?  Le Bernstein passe ses journées aux côtés d'hommes et femmes qui, comme lui, souhaitent trouver une solution. Qui essaient d'apaiser les nations, de les souder les unes aux autres. Mais aujourd'hui, le jeune homme n'en peut plus. Il a besoin d'air, besoin de respirer, de s'éloigner de ce gouvernement qui l'oppresse. Une nouvelle exécution a eu lieu ce matin, un homme qui a péri dans les flammes, en poussant des cris de souffrance. Encore une vie perdue. Et si les exécutions comme celles-ci étaient devenues habituelles, aujourd'hui, s'en est trop. Alors Jamie abandonne ses collègues pour le restant de la journée. Il ne peut pas rester ici, pris au piège entre les murs de feu et les tapisseries onéreuses. Lorsqu'il pousse la porte massive du bâtiment, il a l'impression d'être libéré. Il descend les quelques marches qui le sépare de la rue et s'arrête afin de prendre une grande inspiration. Après quelques secondes, il reprend son chemin, sans réellement savoir où ses pas vont le mener. Il n'a pas de but, mais il préfère être n'importe où qu'au gouvernement actuellement.  Il s'engouffre un peu plus dans le quartier d'Hjarta, qui le rappelle violemment à la réalité. Cet endroit a toujours été le cœur de l'activité de la ville. Les nombreuses boutiques prospéraient, la grande place était toujours occupée par des habitants désireux de s'occuper, les rues étaient pleines de vie. Mais aujourd'hui, ce n'est pas ce spectacle que Jamie a devant lui. Il passe devant des échoppes fermées, dans des ruelles balayées par le vent, sans aucune présence. Les quelques personnes qu'il croise le jaugent, le regardent de haut. Il passe devant un homme qui se traîne difficilement, ses vêtements abîmés, son visage sale et ses mains ouvertes par le froid. « Voilà votre belle cité, Bernstein ! J'espère que vous êtes fières de votre oeuvre ! » Et c'est craché avec tellement de venin, tellement de rancœur, que ça prend Jamie au dépourvu. C'est bien pire que ce qu'il a pu imaginer.
C'est au détour d'une rue que le jeune homme entend des cris, des plaintes. Alarmé par le bruit, Jamie décide d'aller voir ce qu'il se passe. Peut-être pas une décision très sage, mais il ne peut pas ignorer ce qui semble être la colère d'une foule. Le Bernstein trouve rapidement son chemin jusqu'à une auberge, encerclée par une foule qui crie au scandale, qui pousse des injures. Jamie glisse un regard à Maekar à ses côtés, qui ne semblent pas être rassurée. « Jamie, c'est pas une bonne idée de rester ici. » Mais il ne l'écoute pas. Il s'approche des gens, pour essayer de comprendre ce qu'il se passe. Il entend des bribes de phrase, des mots qui reviennent. Enflure, il profite de nous, on crève de faim, il garde son pain et le revend plus cher, comme si on avait l'argent pour se le permettre. Jamie fronce les sourcils. C'est une foule en colère, des gens qui ont faim. Et sa présence ici est certainement une très mauvaise idée, mais il ne peut se contraindre à faire marche arrière et partir. Ils prennent à partie l'un d'entre eux, un homme qui doit probablement faire face à la même crise et qui doit aussi nourrir sa famille. Attaquer son auberge n'est pas la solution. Le jeune homme souhaiterait qu'ils le comprennent avant que la brigade des Maîtres n'ait à intervenir. Jamie avance un peu plus, Maekar feulant de temps à autre à ses côtés. Elle déteste les rassemblements, elle déteste se sentir oppresser et il le sait. Il entend une femme, près de lui qui essaie de s'imposer face à un manifestant. Devant, la foule est dense. Certains essaient de forcer la porte avec leurs corps, d'autres avec leur élément. Mais le gérant semble s'être barricadé. Précaution qui ne servira pas bien longtemps, face à tant de personnes en colère. « Votre colère est dirigée vers la mauvaise personne ! » Il essaie de faire entendre sa voix dans ce brouhaha, mais c'est peine perdue. Quelques personnes autour de lui se retournent pour lui accorder un regard de dédain, sans lui accorder plus d'importance. On ne le reconnait pas, pour l'instant. La jeune femme brune qui essayait de s'imposer auparavant le regarde également. Il soutient son regard un instant, avant d'entendre un bruit sourd qui ramène son attention sur l'auberge. La porte a cédé et déjà les habitants commencent à se ruer à l'intérieur. Jamie n'a pas le temps de réfléchir qu'il se retrouve à pousser les personnes devant lui pour se frayer un chemin et entrer à son tour. La jeune femme le suit de près, profitant du passage qu'il crée avec son corps. « Ils sont si désespérés qu'ils s'attaquent à un homme comme eux. » Le jeune homme ne sait pas vraiment à qui il s'adresse en disant ceci. Peut-être à lui-même, à Maekar ou à cette femme qui semble ne pas être d'accord avec la colère de ces gens. Jamie veut stopper tout ça avant que cette colère se mue en rage, pure et dure, et que quelqu'un soit blessé. Ca n'a pas besoin d'aller aussi loin, à cause de nous... Et Maekar lui accorde un regard compatissant.

Revenir en haut Aller en bas

mission: troubled spirits (jamie)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE FOUR NATIONS. ::  :: LA VILLE D'ALERIA :: HJARTA :: les auberges-