avoir plus de liens ?
Pour ce faire, n'hésitez pas à aller voir les sujets ouverts par les membres ici-même. Des membres comme Lyra Livanov, Teresa Ravenscar et Aelin Rosenbach ont besoin de vous !

avoir plus de rp/d'action ?
Encore une fois, c'est très simple ! N'hésitez pas à parcourir la recherche de rp, ou encore, vous pouvez obtenir une mission ! Si ça ne vous suffit pas, vous pouvez aussi faire intervenir un pnj dans vos rps !

Découvrir les topics communs en cliquant ici !

Le staff vous souhaite de joyeuses fêtes !



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
fermeture définitive
Le forum ferme définitivement ses portes ! Pour plus d'informations cliquez ici

Une vieille amie ( Lucrézia )
rebelles
avatar


▹ Mes comptes : Kael Visegard
▹ Sur Aléria depuis : 12/12/2015
▹ Messages : 1195
▹ Pseudo : greyguizmo
▹ Disponibilité : ( 0/2 ) Libre
▹ Avatar : Dominic Cooper
▹ Crédits : Tumblr



▹ Âge : 32 ans
▹ Nation : Nation de la Terre. Blessée mais toujours vaillante.
▹ Daemon : Niciannon. Une malamute d'alaska au pelage roux. Loquace, intrépide, exubérante et impatiente.
▹ Profession : Professeur de maîtrise de la terre & Expert chasseur
▹ Statut civil : Célibataire
▹ Don : Aucun, à part ses compétences dans le tir à l'arc et la chasse.
▹ Signe distinctif : Une griffure sur son flan, cadeau d'un chat à dents de lion.
▹ Allégeance : Les régents de la terre en apparence, mais c'est un cœur de rebelle qui bat dans sa poitrine.

Voir le profil de l'utilisateur

Une vieille amie ( Lucrézia )
Dim 20 Déc - 0:19
participants : Lucrézia Darsonval & Nathaniel Hemingway
date : Fin 2001
lieu de l'action : La ville d'Aleria


Cela faisait quelques jours, plusieurs semaines, peut-être un mois qu’Aleya était partie de la demeure familiale en compagnie des Livanov. Nathaniel s’était toujours douté que la situation prendrait cette tournure, autant par la relation très forte entre sa sœur et Alexis mais à cause du même cœur que le sien battant dans sa poitrine. Sa famille agissait comme des vassaux des Darsonval, alors qu’ils soutenaient d’une certaine manière la rébellion. Abriter les Livanov avait été une décision difficile et pourtant si évidente. Toute la famille y avait participé, même Nath qui combattait sur le front à cette époque aux côtés de Lucrézia et d’autres membres de la nation de la terre. Le maître de la terre avait pris la décision de veiller sur sa sœur, pour la protéger de la cruauté des hommes et des affres du combat qu’elle comptait mener. Pour l’ancien soldat, ils n’étaient que des enfants inconscients des risques et des conséquences de leur décision. En grand frère protecteur, son inquiétude l’avait poussé à prendre la route de la capitale à son tour. Il souhaitait être présent pour sa jeune sœur et ceux qu’il considérait comme une famille de cœur. Il ne prit que quelques affaires pour rejoindre Aleria, ne comptant pas s’éterniser. Son but premier n’était pas de rejoindre la rébellion, mais de tenter de retrouver sa sœur et de la convaincre de prendre soin d’elle et d’être prudent. Une attitude difficile la connaissant. Et puis il avait envie de vérifier auprès de qui Aleya combattait, et quel genre de personnes constituait la rébellion.

Le trajet fut plutôt rapide et sans encombre. Les édifices de la capitale apparurent rapidement aux yeux du jeune maître de la terre. Nathaniel ne connaissait pas très bien les lieux dans la mesure où c’était la première fois qu’il mettait les pieds dans cette ville. Enfin la dernière fois, il n’était qu’un enfant étonné par ce qu’il voyait. C’était une cité bien différente de celle d’Antrakar pour ses yeux d’enfants. Aujourd’hui ce qu’il y voyait était bien loin de ses souvenirs d’enfance. Les visages étaient fermés. Nath ne s’attarda pas, se contentant de chercher des indices. Cependant, une fois sur place, il comprit que sa tâche ne serait guère aisée. Le maître de la terre ne pouvait tout simplement pas poser directement la question, ni même tenter de piocher au hasard. Si il était pris pour un rebelle, cela ne servirait pas à grand-chose. De plus sa famille avait encore besoin de son anonymat pour le moment, et de conserver son image de vassal fidèle. Le chasseur continua sa marche à travers les rues, observant tout ce qui s’offrait à sa vue et cherchant des indices… Ou ce qu’il jugerait être des indices. Après quelques heures, il stoppa sa marche pour prendre un repas. Une pause qui lui permit de mettre ses idées en place. Il aurait dû mieux préparer son voyage, et peut-être demander un peu plus d’informations à Malia afin d’avoir une direction à suivre plutôt que de tourner tout simplement dans la cité sans but réel.

Finalement après avoir repris sa route, Nathaniel vit une silhouette familière au détour d’une rue. Il l’aurait reconnu pour l’avoir si souvent aperçu au milieu des combats. Elle lui rappelait de mauvais comme de bons souvenirs, dont certains qu’il aurait préféré oublié. Ils avaient lutté côte à côte pour l’honneur de la nation de la terre, un honneur bafoué par son propre père selon le maître de la terre. D’un pas lent et assuré, Nathaniel se dirigea vers la jeune femme. Il doutait qu’elle soit seule dans les rues de la capitale vu sa position, aussi afin d’attirer simplement son attention, Nath utilisa un signal mis en place lors de la guerre afin d’alerter l’autre. Des vibrations bien spécifiques à l’aide d’un mouvement du pied. Cela sembla fonctionner, ou peut-être l’avait-elle simplement reconnu de son côté. Lucrézia vint à sa rencontre.


_ « Bonjour Lucrézia. Cela faisait bien longtemps que nous ne nous étions pas croisé. » Il marqua une pause, et ajouta sur un ton plus doux. « Comment vas-tu ? »

Peut-être qu’il aurait dû lui montrer un peu plus de respect et la vouvoyer. Cependant Nathaniel s’imaginait difficilement protocolaire après ce qu’ils avaient pu vivre durant la guerre. Ils avaient failli mourir en luttant contre les autres nations, parfois dos à dos pour résister à des vagues d’adversaires. Son regard sa posa sur son interlocutrice, et il finit par lui sourire tout simplement dans un geste amical et chaleureux.

_ « Je suis ravi de te trouver. Je me sens un peu perdu dans cette ville. »

C’était un aveu simple afin de briser un peu la glace entre eux. Il savait qu’elle avait confiance en lui, mais il ne s’était pas réellement parlé ni vu depuis près de cinq ans. Il y avait eu des dîners officiels, des fêtes auxquels Nathaniel avait assisté. Mais seuls des salutations simples avaient pu prendre place entre eux. Elle trop accaparée par sa tâche et son rang. Lui ne se sentant que très peu à l’aise dans un milieu trop protocolaire et guindé.


Where your treasure is, there your heart will be also.
Revenir en haut Aller en bas
http://kandrakar.forumactif.be/t150-nathaniel-hemingway http://kandrakar.forumactif.be/t162-nath-mes-amis-mes-amours-mes-emmerdes

Une vieille amie ( Lucrézia )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE FOUR NATIONS. ::  :: RETOUR ARRIÈRE :: HAMANAT-