avoir plus de liens ?
Pour ce faire, n'hésitez pas à aller voir les sujets ouverts par les membres ici-même. Des membres comme Lyra Livanov, Teresa Ravenscar et Aelin Rosenbach ont besoin de vous !

avoir plus de rp/d'action ?
Encore une fois, c'est très simple ! N'hésitez pas à parcourir la recherche de rp, ou encore, vous pouvez obtenir une mission ! Si ça ne vous suffit pas, vous pouvez aussi faire intervenir un pnj dans vos rps !

Découvrir les topics communs en cliquant ici !

Le staff vous souhaite de joyeuses fêtes !



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
fermeture définitive
Le forum ferme définitivement ses portes ! Pour plus d'informations cliquez ici

howling ghots they reappear (aysu)
neutre
avatar
my loyal friend.

▹ Mes comptes : soon.
▹ Sur Aléria depuis : 19/12/2015
▹ Messages : 130
▹ Pseudo : Brumy
▹ Disponibilité : 7/7 présence, 3/7 rp
▹ Avatar : Alejandra Alonso
▹ Crédits : secret santa t'es le meilleur ♥

are you insane like me, in pain like me.

▹ Âge : trente ans. Cela fait maintenant trente ans qu'elle foule ce sol froid, qu'elle erre sur cette terre, qu'elle parcourre ces eaux glacées. Trente ans.
▹ Nation : nation de la bienveillance dont la facilité première est l'intégration dans n'importe quel lieu, née de l'amour de la lune et de l'océan: l'eau est sa maison, son foyer, sa patrie.
▹ Daemon : un akita inu mâle nommé Ayla calme, loyal, affectueux, discret, silencieux et intelligent; il lui correspond parfaitement. Il la couve, la suit, surveille ses arrières; il est son plus fidèle allié et son plus proche ami. Un regard leur suffit à se comprendre; il est la prunelle de ses yeux, la lune de ses nuits et son coeur jumeau.
▹ Profession : artisane touche à tout, elle sait y faire avec les babioles et objets en tous genres.
▹ Statut civil : mariée, et ce depuis sept ans. Il est tout ce qu'il lui reste, et elle ne laissera jamais rien l'atteindre tant qu'elle pourra l'éviter.
▹ Don : aucun en particulier, elle est un simple maître de l'eau sans aucune autre capacité particulière. La capacité à contrôler le sang des autres ne l'attire pas de toute façon, par contre elle aurait bien voulu pouvoir soigner son esprit de cette peine immense.
▹ Signe distinctif : son regard vert est intense et vous déstabilise. Sur sa tempe droite, une cicatrice en vague forme de croissant de lune peut être vue; il s'agit d'un souvenir d'une mauvaise chute dont elle ne se souvient même plus en détail tant elle était jeune quand c'est arrivé.
▹ Allégeance : l'allégeance d'Aysu va à un monde de paix où l'égalité est de mise; tout ce qu'elle voulait, c'était une vie heureuse avec son mari et sa fille.

Voir le profil de l'utilisateur

howling ghots they reappear (aysu)
Sam 19 Déc - 17:55

aysu abriye
darker days are raiing over me
don't go neart he water
nom et prénom(s) ≈ Aysu prénom qui, selon certaines personnes, signifie eau de lune dans une langue désormais éteinte; ce nom lui va à merveille. Il coule, il roule, il se glisse. Il se prononce Ayssou. Sabriye famille installée depuis des générations dans la nation de l'eau; pas un seul de ses descendants n'a été maître de l'eau. Le r est roulé d'une manière suave, le e se prononce ai. Elle a pris ce nom après avoir épousé Deniz. Son nom de jeune fille était Dolunay. âge, date et lieu de naissance ≈ Aysu est née à la capitale de la nation de l'eau, située dans la région Lumisol, sa maison, son foyer. Le soir du premier janvier de l'année  mille neuf cent soixante-treize. Elle est donc âgée de trente ans. nation ≈  nation dans laquelle elle s'est épanouie, qui l'a acceptée telle qu'elle était; la nation de l'eau est sa maison allégeance ≈son allégeance va à sa famille ainsi qu'à la paix. Tout ce que la jeune femme veut c'est un monde dénué de colère, de sang, de violence et de rivalité. Une douce utopie dans laquelle elle continue de se bercer, toujours endeuillée. daemon ≈ son daemon a depuis des années maintenant pris la forme définitive d'un un akita inu nommé Ayla. Calme, loyal, affectueux et intelligent, ce mâle protecteur a toujours été son ange gardien silencieux. métier/fonction ≈ à mettre ici  statut civil ≈ mariée. Elle est marié avec l'amour de sa vie et ce depuis sept ans maintenant; ils ont vécu beaucoup de choses ensemble, et elle ne pourrait jamais se voir le quitter. orientation sexuelle ≈  elle est hétérosexuelle... du moins elle n'a jamais expérimenté avec les filles.  signe distinctif ≈ses yeux verts sont intenses et donnent une certaine froideur à son regard; elle a l'air glaciale. Son regard vous transperce, vous déstabilise, vous sonde; elle en est bien consciente et en joue. Elle possède également une cicatrice au niveau de la tempe en forme de croissant de lune; souvenir d'une mauvaise chute.particularité ≈ très douée de ses mains, la jeune femme est une artisane renommée. De ses mains, elle peut faire n'importe quoi; une objet cassé? Elle peut vous le réparer en deux temps trois mouvements! Une chemise déchirée? Apportez-la lui, elle vous la recoudra en quelques minutes! Besoin d'une nouvelle table? En une semaine elle vous la conçoit! C'est cette habilité qui l'aide au quotidien dans son métier. qualités ≈ élégante + rationnelle + téméraire + audacieuse + calme + intelligente + courageuse + rusée + loyale + protectrice + pugnace + bienveillante malgré tout + patiente + observatrice + polie. défauts ≈ froide + fière + méfiante + peut se montre manipulatrice + intransigeante + insoumise +  solitaire + indépendante + féroce + rancunière + cynique + cassante + réservée.

to know a little more about you
Comme beaucoup de personnes, Aysu possède un tatouage de sa nation; il est situé sur son épaule droite. Elle ne sait plus si elle doit en être fière ou non. Elle possède également un nénuphar bleu entre ses deux omoplates.
Aysu et Deniz avaient acheté ensemble une peluche pour leur enfant à venir; elle l'a conservée et dort avec tous les soirs, l’inondant de ses larmes de détresse. C'est un petit âne tout doux au regard étonné qui les a bien fait rire quand ils l'on acheté.
Elle fait souvent craquer ses doigts/son cou/toutes ses articulations à vrai dire. Et elle se ronge les ongles, signe de sa nature anxieuse et légèrement torturée.
Beaucoup la pensent incapable d'aimer; elle donne l'impression d'être une statue de glace. Cependant, personne ne sait tous les malheurs qui lui sont arrivé; personne ne sait combien de fois son coeur a été meurtri par l'amour qu'elle portait à des personnes l'ayant quitté. Aysu a trop souffert et ne veut plus avoir mal; alors elle se protège comme elle le peut en instaurant une muraille de glace entre elle et les autres.
Même si elle n'a jamais pu donner la vie à son enfant, elle a gardé un instinct très maternel de ses quelques mois passées à attendre que le petit être en elle arrive à maturité (ce qui n'est jamais arrivé). Cela se voit à la façon dont elle regarde les enfants, leur parle, leur sourit, s'accroupit à leur hauteur pour leur parler. Elle aurait fait une si bonne mère...
Sa couleur préférée est le bleu. Sa chambre est bleue. La peluche de son enfant est bleue. Son alliance et celle de son mari son bleues. Sa robe de mariage avait des nuances bleues.
Elle adore nager (ce qui est normal) et pourrait passer des heures dans l'eau. C'est un vrai poisson. Étonnant qu'elle n'aie pas de doigts palmé ou de branchies après toutes ces heures passées dans lacs et piscines.
 Elle a des TOC; tout doit être fait par nombre pair chez elle. Cligner des yeux, remuer le nez, remettre ses cheveux en place, fermer la porte de chez elle, toucher quelque chose, ranger ses affaires. Cela est dû au choc post-traumatique qui a suivi sa profonde dépression; c'est assez flippant quand on y est pas habitués, et le pire c'est qu'elle ne s'en rend même pas compte.
Elle sait jouer du violon et du piano; elle possède également une très belle voix. Par contre, ça va faire des années que personne ne l'a jamais entendue jouer ou chanter; et ce n'est pas maintenant qu'elle va le faire.
Aysu a une gourde constamment remplie d'eau à sa ceinture; cette gourde est entourée d'une peau de bête et est de forme ronde, elle peut contenir au maximum un litre d'eau. Elle lui permet d'avoir toujours de l'eau à proximité pour pouvoir se défendre en cas de besoin.



prénom, pseudo ≈ elise, brumy âge ≈ 16 kebabs. avis sur le forum ≈ je suis super contente qu'il aie rouvert aussi rapidement, et j'suis in looove du design. :niu: comment l'as tu découvert ≈ j'attendais qu'il rouvre. face personnage ≈ (XX) inventé () prédéfini () scénario  avatar ≈ alejandra alonso  dernier mot ≈ zanzibar

Revenir en haut Aller en bas
neutre
avatar
my loyal friend.

▹ Mes comptes : soon.
▹ Sur Aléria depuis : 19/12/2015
▹ Messages : 130
▹ Pseudo : Brumy
▹ Disponibilité : 7/7 présence, 3/7 rp
▹ Avatar : Alejandra Alonso
▹ Crédits : secret santa t'es le meilleur ♥

are you insane like me, in pain like me.

▹ Âge : trente ans. Cela fait maintenant trente ans qu'elle foule ce sol froid, qu'elle erre sur cette terre, qu'elle parcourre ces eaux glacées. Trente ans.
▹ Nation : nation de la bienveillance dont la facilité première est l'intégration dans n'importe quel lieu, née de l'amour de la lune et de l'océan: l'eau est sa maison, son foyer, sa patrie.
▹ Daemon : un akita inu mâle nommé Ayla calme, loyal, affectueux, discret, silencieux et intelligent; il lui correspond parfaitement. Il la couve, la suit, surveille ses arrières; il est son plus fidèle allié et son plus proche ami. Un regard leur suffit à se comprendre; il est la prunelle de ses yeux, la lune de ses nuits et son coeur jumeau.
▹ Profession : artisane touche à tout, elle sait y faire avec les babioles et objets en tous genres.
▹ Statut civil : mariée, et ce depuis sept ans. Il est tout ce qu'il lui reste, et elle ne laissera jamais rien l'atteindre tant qu'elle pourra l'éviter.
▹ Don : aucun en particulier, elle est un simple maître de l'eau sans aucune autre capacité particulière. La capacité à contrôler le sang des autres ne l'attire pas de toute façon, par contre elle aurait bien voulu pouvoir soigner son esprit de cette peine immense.
▹ Signe distinctif : son regard vert est intense et vous déstabilise. Sur sa tempe droite, une cicatrice en vague forme de croissant de lune peut être vue; il s'agit d'un souvenir d'une mauvaise chute dont elle ne se souvient même plus en détail tant elle était jeune quand c'est arrivé.
▹ Allégeance : l'allégeance d'Aysu va à un monde de paix où l'égalité est de mise; tout ce qu'elle voulait, c'était une vie heureuse avec son mari et sa fille.

Voir le profil de l'utilisateur

Re: howling ghots they reappear (aysu)
Sam 19 Déc - 17:56

And I run from wolves
Breathing heavily
At my feet
And I run from wolves
Tearing into me
Without teeth
fév. 1975 (2 ans) Ceylan effleura avec douceur le sommet de la tête brune de sa fille Ayla, âgée de deux ans. La petite brune, tenant à peine sur ses pieds, s'accrochait au pantalon de sa mère pour tenter de marcher à côté d'elle tandis que Ceylan soufflait sur un talisman un peu poussiéreux qu'elle accrocha par la suite au mur. Les grands yeux vers de l'enfant scrutaient sa mère. Ceylan était une très belle femme; elle possédait de grands yeux bleus et une chevelure blonde à couper le souffle; physiquement, la petite Aysu ne tenait rien d'elle hormis peut-être la forme de son nez. L'enfant se mit à babiller quand son daemon qui avait pris la forme d'un geai moqueur ces derniers jours, se mit à voler autour d'elle en se posant de temps à autres sur sa tête. Les Sabriye venaient de quitter leur Lumisol natale pour venir habiter à Aleria, la capitale. « C'est bon, tout est prêt. » souffla Ceylan a son mari Emrah, qui venait d'entrer dans la maison. Ce dernier sourit à sa femme et lui vola un baiser avant de prendre sa fille dans ses bras et de la faire voler; Aysu eut un grand sourire et plongea son regard dans celui de son père, qui était étrangement similaire. Il était assez perturbant de voir à quel point la petite était le portrait craché de son père; ils étaient comme le reflet l'un de l'autre c'était presque dérangeant! « Oui, on sera bien ici. » à côté de lui Afet poussa un grognement. Afet était le daemon d'Emrah; c'était une louve noire aux allures faussement féroces. Le daemon de Ceylan quant à lui était un cerf majestueux assez effacé et se nommait Kaan. Un petit cri s'échappa des lèvres d'Aysu quand sous ses yeux, son daemon changea encore une fois de forme; à la place du geai moqueur se tenait désormais un lionceau fougueux et énergique ne demandant qu'à recevoir mille et unes caresses affectueuses.

sept. 1983 (10 ans) Assise sur son lit en train de jouer avec Ayla qui depuis quelques jours avait pris la forme d'un chat siamois, Aysu était plongée dans son petit monde et ne faisait pas à bruit. De temps à autres elle poussait de petit gloussement alors que son daemon lui lançait des regards vifs en même temps qu'ils s'amusaient. Soudain, une voix la sortit de ses pensées; « Aysu viens ici! » L'enfant reconnu la voix de sa mère et se leva d'un bond pour atterrir avec la souplesse d'un chat sur le sol. Automatiquement, Ayla la suivit tandis qu'elle se frayait un passage entre ses jouets, livres et vêtements éparpillés par terre; il allait vraiment falloir qu'elle range tout ça avant que son père ne rentre, sinon elle allait se faire sévèrement réprimander. Emrah était très gentil mais il n'hésitait pas à gronder sa fille et cette dernière craignait énormément les éclats de voix de son paternel, qui étaient assez.. imposants. « J'arrive! » cria-t-elle alors qu'elle venait de quitter sa chambre. Ses pieds nus et gelé effleuraient le sol tandis qu'elle accélérait le pas. Le regard vert de l'enfant se posa sur sa mère qui l'attendait dans la cuisine; Ceylan désigna la table à l'enfant et cette dernière comprit qu'il était temps de mettre la table. Un peu trop rapidement, Aysu fit un geste qui renversa un verre d'eau rempli; ce dernier se brisa sur le sol dans un bruit assourdissant. « ... oups... pardon? » laissa-t-elle échapper en faisant la moue, cachant ses mains derrière son dos tout en gigotant d'un air mal à l'aise. Sentant la réprimande venir, elle se hâta de dire; « Je vais ramasser! » Puis elle attrapa une éponge et de quoi ramasser le verre brisé. Avec prudence, elle attrapa d'abord les plus gros morceaux de verre et les mis dans une espèce de sac qui leur servait de poubelle. Son regard se posa sur l'eau qui commençait à couler, et elle dit à sa mère en même temps que l'eau se mettait à couler vers cette dernière; « Regarde maman! » Ceylan baissa la tête pour regarder sa fille aux anges, qui venait de réussir à stopper l'écoulement de l'eau. Concentrée, la petite avait réussi à faire en sorte que l'eau arrête de s'éparpiller, mais c'était tout ce dont elle était capable pour l'instant, elle n'arrivait même pas à faire frémir le liquide translucide qui venait de tremper le sol. Cependant, elle était contente d'avoir réussi à stopper son écoulement. « Tu t'améliores dis-moi! » Ceylan sourit à sa fille tandis que cette dernière épongeait le sol avec force, l'air fier et heureux. Elle ne manquerait pas de raconter ça à son père!

juil. 1987 (14 ans) Aysu était contente. Elle était en vacances et venait de valider son IIIème examen à l'Académie; d'ici six ans, elle serait enfin un vrai maître de l'eau! L'adolescente travaillait très dur, et Ayla (qui avait définitivement pris la forme d'un Akita Inu depuis plusieurs moi) la soutenait dans chacune de ses révisions et chacun de ses travaux. Maintenant que sa troisième année était terminée, elle bénéficiait de quelques vacances; elle était donc retournée chez elle, dans le quartier de la nation de l'eau à Aleria, dans la maison où habitaient encore ses parents. Pendant son année de scolarité, Ceylan et Emrah manquaient énormément à Aysu qui se sentait très seule; mais heureusement, à l'Académie, elle avait ses amis et n'avaient pas de difficultés à s'intégrer! Enfin, bien sûr, elle était naturellement d'un caractère assez solitaire et réservé; cependant elle savait se montrer sociable. Tout ça pour dire qu'Aysu était maintenant en vacances et allait pouvoir pleinement profiter de ses parents. D'ailleurs, ces derniers étaient en train de parler dans la cuisine; de là où elle était, elle pouvait les entendre. Ils pensaient qu'elle était endormie et parlaient à voix basse; or la porte de sa chambre était ouverte, elle pouvait tout entendre. « Je suis inquiet. » La petite tiqua. A côté d'elle Ayla, roulé en boule, dressa ses oreilles en avant et se redressant en sentant le désarrois de sa liée. Emrah, être inquiet? « Moi aussi. » Intriguée, et ne voulant pas manquer une miette de la conversation entre ses parents, la petite fille se glissa hors de son lit et, son daemon sur les talons, elle glissa une oreille dans le couloir pour entendre un peu mieux; « Les maîtres de la Terre commencent à se révolter... » Les doigts de l'apprentie se crispèrent contre l'encadrement de la porte, auquel elle était accrochée comme à une bouée. Elle n'en avait pas entendu parler; en même temps, elle ne faisait pas attention aux discussions des autres à l'Académie et ne se mêlait que de ce qui la regardait. Emrah poussa un soupir et Ceylan répondit à son mari, d'une voix de plus en plus basse comme si elle craignait d'être entendue; « Oui je sais.. j'en ai entendu parler partout autour de moi. Je crains la suite des évènements... je suis sûre que ça ne va pas bien se terminer. » Jamais Aysu n'avait vu ses parents aussi méfiants et inquiets.. c'était étrange à voir pour elle. Sans un bruit, elle retourna dans son lit en faisant une place à Ayla qui se glissa à son tour dans la couverture. Le ventre noué, la petite fille s'endormit, blottie contre le chien qui la couvait d'un regard protecteur, veillant sur elle comme toujours.

déc. 1988 (15 ans) Cela faisait plusieurs mois que les nations de la terre et du feu étaient entrées en conflit, simplement pour une histoire de territoires (ce qui, aux yeux adolescents d'Aysu était idiot). Et aujourd'hui, elle avait entendu partout autour d'elle la dernière nouvelle; l'ambassadeur de la nation du feu était mort de la main de la nation de la terre. La jeune fille n'était pas idiote, elle savait bien ce que cela voulait dire; la guerre allait leur tomber dessus à un moment où à un autre. C'était sûr. Sur tous les visages elle pouvait lire cette crainte, mêlée pour certains à une excitation malsaine. L'apprentie maître de l'eau, elle, n'aimait pas la violence; elle était d'une nature calme et pacifiste. Cela se voyait rien qu'à la façon dont elle utilisait sa maîtrise de l'eau; elle n'aimait pas faire souffrir les autres, et était plus dans le défensif que dans l'offensif. Et même quand elle se défendant et rendait les coups qu'on lui donnait lors des entraînements, elle restait douce et faisait attention à ne pas blesser autrui; causer de la douleur ne lui procurait aucune satisfaction bien au contraire. D'un côté, elle savait bien que la paix entre les quatre nations n'était qu'éphémère. Homo homini lupus, l'homme est un loup pour l'homme. Il y aurait toujours cette rivalité entre semblables, quoi qu'ils fassent. Maintenant, le temps leur était désormais compté avant que la guerre ne leur tombe dessus pour de bon; ils avaient tous une épée de Damoclès au-dessus de leur tête.

déc. 1988 (15 ans) Cette année avait été horrible. Aysu avait tout fait pour se concentrer sur ses examens, sur ses devoirs, sur l'apprentissage de sa maîtrise de l'eau mais elle n'avait pas pu ne pas écouter ce qui se disait autour d'elle. Des villages de la nation de la terre avaient été brûlés par la nation du feu; des innocents étaient morts, avaient été blessés, des familles entières avaient été déchirées pour de bon. Toute cette violence lui causait une peine immense; plus le temps passait plus l'adolescente s'interrogeait sur l'humanité du monde dans lequel elle vivait. Pourquoi tant de rage? Pourquoi était-ce toujours les innocents, ceux qui n'avaient rien demandé à part vivre leur vie tranquille, qui payaient le prix de leur vie? C'était trop injuste. Elle n'avait même pas été surprise quand la guerre avait été lancée pour de bon, quand la terre et le feu s'étaient déclarés mutuellement leur hostilité; par contre, elle avait été prise de court quand les nations de l'eau et du vent étaient entrées à leur tour dans cette guerre qui n'en finissait plus. Aysu commençait à en avoir assez de tout ça, elle qui ne voulait que la paix et une vie tranquille.

juil. 1990 (17 ans) Un jour, on était venu les chercher elle et tous ses compatriotes de la nation de l'eau; elle sut un peu plus tard qu'il en avait été de même pour les étudiants à l'Académie de la nation du feu. On ne leur avait pas donné de détails, on leur avait juste dit de partir; ils n'avaient pas cherché à poser de questions et avaient suivis le mouvements. Après tout, ils devaient faire confiance aux autorités. Aysu avait donc quitté l'enceinte de l'Académie et était rentrée chez elle... ce fut un véritable choc pour elle quand elle apprit le bombardement qui avait été effectué sur l'Académie. Elle n'était pas d'accord avec ça; ces étudiants qui avaient été attaqués étaient innocents et ne méritaient pas ça, c'était injuste! C'est à partir de cette journée que sa confiance envers la nation de l'eau, sa maison, se mit à vaciller violemment.

mars 1991 (18 ans) Comme l'Académie n'était plus, Aysu avait été forcée de continuer ses études de la maîtrise de l'eau à domicile, avec ses parents et voisins qui possédaient suffisamment de connaissances pour l'aider à s'améliorer. Ce jour-là, elle était dans sa chambre en train de s'entraîner à contrôler l'eau d'une bassine; créant des petites bulles qu'elle faisait tournoyer autour d'elle, elle tentait ensuite de les geler; jusqu'à aujourd'hui, c'était sans grand succès. Des cris dans la rue la déconcentrèrent; sursautant, toute l'eau retomba proprement dans la bassine alors qu'elle courrait jusqu'à la fenêtre d'où elle pouvait apercevoir ses voisins. « Le quartier de l'air est en train d'être bombardé! » fut ce que sa voisine, une bonne femme rousse, lui héla depuis l'autre côté de la rue. Aysu pâlit subitement, écarquillant les yeux tant elle ne s'attendait pas à cette nouvelle. « Quoi?! Ce n'est pas possible! » Elle espérait que c'était une blague, oh oui elle l'espérait de tout son coeur. Elle échangea un regard avec Ayla qui dit après un court instant de silence; « Je peux les entendre crier. » La jeune fille eut l'impression de prendre vingt ans d'un coup tant ses épaules se voutèrent sans prévenir. C'était trop. Quand est-ce que tout cela cesserait? Elle n'en pouvait plus de toutes ces violences dictées par la colère sourde.

avr. 1991 (18 ans) Huit mois après le bombardement de l'Académie, une nouvelle tragédie eut lieu dans la vie de la jeune femme. Aysu était dans la cuisine, en train de couper les légumes pour le repas du midi; son père était en train de faire une sieste, et sa mère discutait avec les voisins de l'autre côté de la rue; elle pouvait entendre leur discussion d'ici tant elles parlaient fort. C'était une belle journée comme les autres, calme et paisible. C'est pour cette raison que quand la première explosion se fit entendre et fit trembler le sol sous leurs pieds, la jeune fille balbutia en laissant tomber le couteau de ses mains; « ... que?! » Ayla s'était levé d'un bon, en même temps que Kaan et Emrah. Une nouvelle explosion eut lieu, plus proche cette fois; elle pouvait déjà entendre les cris du voisinage, et sentir l'odeur âcre de la fumée se glisser dans ses poumons. « .. c'est une blague.. » Ce furent les seuls mots qui s'échappèrent de ses lèvres. Sa voix était aussi blanche que sa peau, son regard vert se mit à briller d'une lueur apeurée. Emrah s'était avancé prudemment et avait glissé une tête dehors, par la fenêtre, histoire de voir ce qu'il se passait. Mais ils savaient déjà ce qu'il se passait. « Papa?! » Il ne répondit pas tout de suite et mit quelques secondes avant d'annoncer tout simplement à sa fille; « Il faut partir. » Aysu hocha de la tête, en même temps que Ceylan rentrait en trombe dans la maison, Afet sur les talons. Ils étaient bombardés. Le quartier de l'eau était bombardé. Tellement prévisible. Imitant ses parents, la jeune fille fila dans sa chambre pour prendre quelques affaires importantes; le bruit était de plus en plus assourdissant, et elle put deviner à la dernière secousse que la maison des voisins venait d'être touchée; son estomac se serra, et sa gorge se noua sous l'effet de l'anxiété. Et pourtant ses gestes étaient calmes et tranquilles. Ses années d'entraînement lui avaient permis de développer un sang-froid qui était à toute épreuve. Ayla rôdait autour d'elle en grognant, lui soufflant de se dépêcher; elle ne répondait pas et continuait à remplir son sac. Elle fut la première à quitter la maison, ses parents étaient toujours à l'intérieur. C'est donc avec un sac sur le dos que la jeune fille put voir sa maison se faire bombarder sous ses yeux. Quand l'explosion eut lieu, elle fut projetée en arrière et resta quelques minutes au sol, sonnée. Les cris des habitants résonnaient dans sa tête, et elle sentait le goût métallique du sang dans sa bouche; pendant plusieurs secondes après qu'elle eut reprit ses esprits, elle fut complètement sourde et n'entendit qu'un sifflement signe que ses tympans avaient été touchés. Mais elle s'en fichait. Un hurlement de détresse s'échappa de ses lèvres quand elle vit le spectacle qui s'offrait à elle; sa maison en flammes, ses parents encore à l'intérieur; « PAPA, MAMAN! » Affolée, au bord du gouffre, la jeune fille s'approchant à pas chancelants avant de s'arrêter, repoussée par la chaleur. Elle se rendit ensuite compte qu'Ayla n'était plus là; « AYLA! » Non pas lui. Pas lui aussi. « Je suis là! » Sa fourrure blanche était en sale était, et il boitait; mais il était vivant c'était tout ce qui comptait. En larmes, totalement démunie, avec pour seules affaires un sac rempli de quelques vêtements, Aysu assista au funeste spectacle de la mort de ses parents sans pouvoir rien faire.

juil. 1991 (18 ans) Trois mois. Cela faisait trois mois. Trois moi que son quartier avait été bombardé, trois mois que ses parents étaient mort dévorés par la flammes et les explosions, trois mois qu'elle avait tout perdu. Trois mois qu'elle était à la rue, mendiant aux passants, quémandant quelques sous pour lui permettre de subsister. Le gouvernement avait trop à faire pour se soucier des victimes des bombardements; elle était livrée à elle-même. Allongé à côté d'elle, Ayla somnolait. Il avait beaucoup maigri; et elle aussi. Elle pouvait presque sentir ses côtés saillir au fil du temps; elle se sentait faible et démunie, et elle détestait ressentir ça. Elle détestait avoir l'air faible. Enroulée dans une couverture alors que la nuit allait bientôt tombée, elle fut tirée de sa somnolence quand une silhouette commença à s'approcher jusqu'à la surplomber de sa hauteur. C'était un jeune homme un peu plus âgé qu'elle certainement, avec des cheveux noirs et des yeux marron clair; une petite belette était juchée sur son épaule. Le garçon s'accroupit, et Ayla se réveilla; le daemon de la jeune femme ne dit rien mais ne quitta pas du regard le garçon, prêt à chasser toute menace éventuelle. « Comment tu t'appelles? » Personne ne lui avait posé cette question depuis longtemps, à vrai dire elle n'avait adressé la parole à presque personne pendant ces trois mois à la rue. La voix enrouée, elle dû s'y prendre à deux fois avant de pouvoir répondre de manière audible; « Aysu. Et lui c'est Ayla. » Le daemon hocha de la tête, tandis que le garçon souriait et annonçait à son tour; « Je suis Deniz, et elle c'est Saadet. » La belette agita la patte d'une manière adorable. « Salut. » lança-t-elle à la brune. Deniz chercha quelque chose dans son sac et en sortit un pain frais, qu'il tendit à Aysu. « Tiens. » A la vue du pain ne demandant qu'à être dévoré, le ventre de la jeune femme se mit à gargouiller; elle ne rougit pas, et se contenta de prendre le pain tout en remerciant son bienfaiteur; « Merci. » Sans attendre, elle se mit à manger. Cela faisait deux jours qu'elle n'avait rien avalé; elle partagea le pain en deux, et donna la moitié à Ayla qui se jeta également dessus. Pendant qu'elle mangeait, Deniz lui dit; « Si tu cherches un endroit où dormir, il y a une place de plus chez mes parents; leur maison a été miraculeusement épargnée par les bombardements. » Aysu avala et eut une mine pensive. Son regard se fit méfiant; elle ne faisait plus confiance à personne après les récents évènements. Poliment, elle répondit; « Je... non merci. C'est très gentil. » Ce refus ne sembla pas refroidir le jeune homme car il insista d'un air qui se voulant innocent; « Tu es sûre? » Aysu échangea un regard avec Ayla, hésitante. Cela faisait si longtemps qu'elle n'avait pas dormi confortablement et bien au chaud... depuis trois mois elle dormait dans la rue. Après quelques secondes, elle finit par changer d'avis et répondit; « ... D'accord mais juste pour ce soir. » Et, bien sûr, elle resta beaucoup plus longtemps qu'un soir. A vrai dire, la chambre vide devint rapidement sa propre chambre.

nov. 1992 (19 ans) Cela faisait maintenant quatre mois qu'Aysu habitait chez Deniz et ses parents. Malgré la douleur que lui avait causé la perte de ses parents et le fait qu'elle n'en était pas totalement remise, la bonté des parents du garçon l'avait en partie aider à se remettre un peu de tous ces évènements. Elle avait repris du poil de la bête, et avait pu continuer à s'entraîner à la maîtrise de son élément; elle était toujours en apprentissage de la maîtrise de l'eau. Pourtant, le choc de la mort de ses parents sous ses yeux impuissants avait brisé cette tranquillité en elle et l'empêchait de contrôler convenablement ses pouvoirs. Il allait falloir qu'elle recommence tout depuis le début, ou du moins juste retrouver cette tranquillité; il allait falloir qu'elle reconstruise son esprit de tout pièce pour pouvoir reprendre le contrôle pour de bon. Si elle voulait devenir un bon maître de l'eau, elle devait prendre le dessus sur ses émotions et les maîtriser parfaitement afin de ne jamais être déstabilisée. C'est en partie pour cela qu'à partir de sa remise en forme, elle donna l'impression à tous d'être devenue une forteresse infranchissable; elle voulait retrouver la maîtrise de son don, et pour cela il fallait qu'elle retrouve sa paix intérieure. L'eau n'était pas si facile à maîtriser et il fallait être en paix avec soi-même pour ce faire. Cependant, ce n'était pas chose aisée; beaucoup de choses traversaient l'esprit de la jeune femme. La mort de ses parents, ces sentiments qu'elle commençait à ressentir pour Deniz qui était beaucoup trop gentil avec elle, le deuil qui était devenue une part d'elle-même.... sans parler de la crise qui venait de toucher la nation de l'eau, elle l'avait appris quelques jours plus tôt. Cela prit beaucoup de temps à Aysu avant de pouvoir retrouver une maîtrise intégrante de ses pouvoirs.

mai 1994 (21 ans) Un petit rire s'échappa des lèvres d'Aysu, occupée à laver les légumes dans une bassine d'eau froide. Ses cheveux étaient dans un désordre monstre, mais elle s'en fichait bien; elle était ici comme chez elle de toute façon. Cela faisait quelques mois maintenant qu'elle et Deniz avaient investi dans l'achat de leur propre maison, dans le quartier de l'eau d'Aleria. Deniz, qui venait de faire une blague, la regarda rire sans rien dire, comme fasciné par la vision de cette jeune femme tout ce qu'il y avait de plus banale. La brune mit quelques secondes à le remarquer. Quand elle croisa le regard du jeune homme elle lui demanda, un sourire narquois esquissé au coin de ses lèvres légèrement pâles; « Quoi, qu'est-ce que t'as? » Comme sortit brutalement de ses pensées, le jeune homme sursauta et demanda ensuite d'un air surpris; « De? » Saadet roulée en boule à côté de lui se mit à gigoter, et Ayla assit à côté de sa liée retroussa ses canines comme s'il effectuait une espèce de rictus amusé. Moqueuse, Aysu lança une espèce de torchon au visage de Deniz avant de lui rétorquer d'un air amusé et détaché;  « Pourquoi tu me regardes comme ça, j'ai un truc entre les dents? » Le brun passa une main dans ses cheveux d'un air gêné, ce qui intrigua la jeune femme qui posa sa tomate et se pencha légèrement en avant sur son plan de travail, comme pour inciter le garçon à parler. « C'est rien. » La jeune femme plissa les yeux l'air de dire "c'est ça moque toi de moi" mais elle ne dit rien et se remit au travail. « Je te trouve juste belle. » Deniz ne le vit pas, mais Aysu sourit quand elle entendit ces mots venant de sa part, et elle rougit légèrement.

fév. 1996 (23 ans) Aysu se regarda dans le miroir, le coeur tambourinant avec tellement de force à l'intérieur de sa poitrine qu'elle en tremblait presque. Sa robe était blanche, aux reflets bleus rappelant de quelle nation elle était issue. Le tissu était lisse, miroitant, légèrement moiré de quelques reflets rosés. Ses yeux verts se dirigèrent en direction de la fenêtre: la pleine lune illuminait le paysage de sa douce lumière qui dansait sur la surface immobile de l'eau à quelques mètres du lieu de la cérémonie. C'était le grand jour: enfin. Elle était enfin prête à s'engager pour de bon avec Deniz qui était l'homme avec qui elle partageait sa vie depuis maintenant cinq ans. Il était celui qui l'avait sauvée, qui lui avait donné un toit. Il l'avait aidée à se remettre de la perte de ses parents, il avait toujours été là pour elle. La jeune femme prit une grande inspiration et lissa le devant de sa robe. Derrière elle, une de ses amie lui souriait et replaça correctement une mèche de ses cheveux brun qui n'en faisait qu'à sa tête. Honnêtement, Aysu était vraiment angoissée à l'idée de s'engager pour de bon. Elle aurait tellement voulu que ses parents soient là... Si seulement cette foutue guerre ne le leur avait pas ôté la vie. Elle en voulait au gouvernement d'avoir été incapable de gérer cette situation de crise, elle en voulait au monde entier. Mais ce n'était pas le moment de laisser la rancune envahir son coeur. Aujourd'hui était son jour.

mai 1996 (23 ans) « Je ne sais pas quoi penser. » Aysu jeta un regard las à son mari qui venait de laisser échapper ces mots de désarroi. Elle le comprenait parfaitement; elle était exactement dans le même état d'esprit que lui. Le regard fixé sur ses doigts qui tripotaient son haut de laine, la jeune mariée marmonna à son tour; « Moi non plus. Je me demande si ça va durer. » Le traité de paix avait été instauré entre les quatre nations, après ces années de guerre insensée et violente. « J'espère de tout coeur que la paix va être durable. » Elle croisait les doigts pour, et priait la Lune tous les soirs de les protéger sa famille et elle de la cruauté de cette guerre qui avait duré trop longtemps. « Je ne pensais pas que ça arriverait..ça.... ça me semblait impossible. » Le regard d'Aysu s'adoucit quand elle entendit son mari exprimer sa surprise. Elle s'approcha un peu de lui et lui effleura la joue avec douceur. « Et pourtant ils l'ont fait... » A côté d'eux, Saadet et Ayla se toisaient mutuellement comme s'ils avaient leur propre idée sur la chose. Finalement, ce fut l'akita inu qui exprimer ce qu'ils pensaient tous les deux; « Seul le temps nous le dira. » Les paroles du daemon résonnèrent toute la soirée dans les esprits du jeune couple.

1997 (24 ans)  « J'arrive pas à y croire. » marmonna Deniz, qui était assit sur le canapé à côté d'Aysu, qui était en train de lire un livre. La jeune femme referma son ouvrage et le posa sur la table basse en face d'elle, avant de poser son regard sur son mari qui avait le teint cireux et les yeux creusés. « Ils l'ont détruite. » Et encore, détruite était un mot faible. « Ils ont anéanti la nation de l'air. » Voilà qui était plus approprié. Anéantie. Rayée de la carte. Rasée. Réduite à néant. Les dents serrés face à cette injustice, elle poussa un soupir qui en disait long sur ses pensées face à cette action. « Je ne pensais pas que ça arriverait..ça.... ça me semblait impossible. » Quand elle entendit son mari exprimer son incompréhension face à cette violence, la jeune femme passa ses bras autour de lui et posa sa tête sur son épaule. Avec mille et unes douceurs, elle posa sa main sur celle de son mari et lui murmura d'une voix qui se voulait tendre; « Cette guerre est insensée. » Ayla se redressa et s'approcha, Saadet sur son dos. Les deux daemons s'entendaient étonnamment bien. Ils se regardèrent tous les deux avant que la belette ne prenne finalement la parole pour eux deux: « Ce n'était qu'une question de temps.  » Il ne savait pas à quel point il avait raison.

2000 (27 ans) L'Académie d'Aleria avait été rouverte après des années passées à se détériorer suite aux bombardements. Quand elle avait appris qu'on allait la remettre sur pied, Aysu avait esquissé un sourire narquois. Cette Académie était devenu l'emblème même de la violence de cette guerre qui n'en finissait pas. Si elle avait su ce qu'il se passait quand on l'avait évacués avec les autres apprentis maîtres de l'eau et ceux du feu, elle serait restée. Plutôt mourir que d'être épargnée; c'était une injustice, un acte de cruauté pure. Les étudiants n'avaient rien demandé à personne, pourquoi devaient-ils paitre pour les erreurs d'un gouvernement incapable de gérer une situation de crise. Elle en avait assez de tout ça bon sang! « Ça fait bizarre qu'ils l'aient rouverte. » Aysu tourna la tête vers son mari et opina de la tête, répondant en même temps; « J'arrive plus à la voir autrement qu'un cimetière. » Elle ne pourrait jamais marcher dans les couloirs de cette Académie sans se dire que là où elle se tenait, un étudiant était mort, enseveli sous les débris ou même touché par une bombe. Voire même assassiné suite aux combats ouverts le mois précédent le bombardement. « Il y a plein de personnes que je connaissais qui sont mortes là-bas... » Elle en avait connu des étudiants venant de la nation de la terre, ou de la nation de l'air; elle s'en était même fait des amis pour certains. Deniz passa une main dans la chevelure de sa femme et lui souffla; « Je comprends. » Après tout, lui aussi avait étudié à l'Académie. Il avait terminé ses études et obtenu son titre de maître de l'eau deux ans avant le bombardement.

juin 2002 (29 ans) Aysu prit une grande inspiration et posa son regard sur Ayla, cherchant du réconfort et du courage dans son daemon. Le chien lui donna un coup de museau sans rien dire tandis qu'elle continuait d'avancer, un peu tremblante. Angoissée, anxieuse, complètement stressée; elle ne savait pas comment s'y prendre pour dire ce qu'elle avait à annoncer à son mari. C'était tellement inattendu. Si..... soudain. Pour contenir le tremblement de ses mains, elle se mit à triturer un mouchoir en tissus qui traînait dans la maison. D'une voix peu assurée, elle appela alors son conjoint; « Deniz? » La voix de la jeune femme flancha, mais elle tint bon. Elle n'allait pas perdre pieds aussi facilement. « Hm? » Son mari passa sa tête hors de l'encadrement du salon, Saadet roulée en boule dans ses bras. Nouvelle inspiration. « Je. » Comment le dire? Comment tourner les phrase? Comment faire en sorte que ça ne soit pas trop violent pour lui? Aysu finit par opter pour la simplicité. « Je suis enceinte. » La bombe était lâchée. Effleurant doucement son ventre du bout des doigts, elle serra les dents et attendit. Une seconde. Deux secondes. Trois secondes. Quatre secondes. « Woah. » En voyant la tête que tirait son mari, la jeune femme enceinte se détendit. Elle avait eu peur qu'il ne fuie devant cette responsabilité. « Je ne m'attendais pas à ça. » Elle rit doucement, laissa s'échapper toute cette angoisse qu'elle avait contenue pendant ces deux mois passés à douter, à essayer de trouver le bon moyen de lui dire les choses. « Aysu c'est merveilleux! » La brune se détendit pour de bon et accueillit son mari dans ses bras quand il se lança vers elle, avec avoir laissé Saadet sauter au sol. Un long soupir de soulagement s'échappa à nouveau de ses lèvres, elle avait vraiment eu peur. Encore un peu angoissée, elle balbutia; « Tu... tu n'es pas effrayé? » demanda-t-elle alors, un sourire discret esquissé sur son visage juvénile. « Terrorisé serait le mot le plus approprié. » Alors ils rirent, ils rirent tous les deux serrés l'un contre l'autre. Ils étaient heureux, tout simplement. Tandis qu'il la serrait dans ses bras, Deniz souffla à l'oreille de sa femme; « Tu penses quoi de Nilüfer? » Aysu esquissa une petite moue; « Hm ça pourrait le faire. » Ayla et Saadet échangèrent un regard tandis que leurs liés laissaient libre court à leur joie, sans se soucier de rien d'autre pour l'instant. Ils méritaient bien un peu de tranquillité.

sept. 2002 (29 ans) Enceinte de six mois, Aysu avait l'impression d'être un ballon sur patte tant son ventre avait gonflé d'un coup. Le pire, c'était les nausées du matin; comme à peu près tout le monde sur cette planète la jeune femme détestait vomir.. mais elle ne pouvait pas faire grand-chose pour contrer ces nausées matinales. Mais elle était heureuse malgré tout, heureuse de sentir ce petit être donner des coups de pieds de temps à autres, comme pour rappeler qu'il existait et que -eh! lui aussi voulait des câlins. « Alors comment on se sent? » Deniz posa une main sur le ventre rond de sa compagne et colla son oreille contre ce dernier, comme s'il cherchait à entendre les paroles de leur enfant qui n'était encore qu'un foetus. Un sourire amusé aux lèvres, la jeune maître de l'eau lança à son compagnon; « Tu ne te rends pas compte de savoir à quel point ça me fait bizarre de te voir parler à mon ventre. » C'était étrange même. Ce n'était pas courant de voir des gens parler aux ventres des autres mais... au fond on s'en fichait ils n'étaient que tous les deux. Et puis, elle était sûre que tout le monde faisait ça. « Heeeee, ne parle pas comme ça à notre fille! » Un sourire malicieux se dessina sur les lèvres de la jeune femme enceinte, tandis qu'elle rétorquait; « Fille tu dis? » Deniz croisa son regard et lui adressa un sourire doux, haussant par la suite des épaules comme s'il s'excusait de ses paroles; « C'est sorti tout seul. » Taquine, Aysu ébouriffa les cheveux de son mari tout en lui disant, riant un petit peu; « Donc tu voudrais que ça soit une fille? » Le regard étrangement sérieux, le jeune homme plongea son regard dans celui de sa femme et lui murmura d'un ton plus que sincère; « Je m'en fiche, ça ne changera rien à l'amour que je lui porterais. » Aysu adressa un sourire doux à l'attention de celui qui était l'homme de sa vie, effleurant avec douceur sa joue.

nov. 2002 (29 ans)Aysu poussa un soupir et posa une main sur son ventre rond comme un ballon. Elle en était à sept mois de grossesse, mais elle avait l'impression que cela faisait un an que ce petit être grandissait en elle! Elle aurait bien voulu qu'il sorte de là pour de bon et lui fiche un peu la main; elle en avait plus qu'assez de vomir tous les matins! Cependant, elle était tellement heureuse paradoxalement, heureuse de savoir que d'ici deux mois si tout se passait bien, elle serait une mère et femme comblée. « Tu veux que je le prenne? » La jeune femme fut sortie de ses pensées par la voix de son mari; Deniz désignait le sac qu'elle portait depuis maintenant plusieurs minutes. Butée, Aysu secoua négativement la tête; elle ne voulait pas avoir l'air faible ou d'être en détresse. Elle était fière. Fière et heureuse. Son mari, la connaissant mieux que quiconque, n'insista pas et changea donc de sujet; « J'ai encore quelques trucs à acheter, on rentre après d'accord? » Il posa son regard inquiet sur sa femme, éreintée par cette longue heure de marche. Après une seconde de silence, la brune répondit finalement d'une voix fatiguée; « D'accord. » Cependant, elle ne se sentait pas d'état à marcher encore longtemps. C'est pour cette raison qu'elle se mit à regarder  un peu autour d'eux avant de pousser un soupir de soulagement en voyant un banc à quelques mètres de là. « Je vais m'asseoir.. et t'attendre là. » Elle lui donna son sac et se laissa tomber lourdement sur le banc, Ayla la suivant fidèlement. Depuis qu'Aysu était enceinte, elle avait la désagréable sensation que son daemon ne faisait qu'être dans ses pattes pour la garder à l'oeil et s'assurer tout le temps qu'elle allait bien. Le soir, l'akita inu s'endormait la tête posée sur son ventre, il lui arrivait même de grogner quand quelqu'un s'approchait un peu trop. Aysu détestait qu'on la prenne pour une femme faible, mais elle devait avouer que c'était touchant. Avec douceur, elle caressa la tête blanche du chien assis sur le sol, droit comme un I, fier comme un paon. Un sourire se dessina sur ses lèvres tandis qu'elle réajustait le bonnet sur sa tête; ils étaient en novembre, et il faisait assez froid. La jeune femme jeta un regard à la foule qui l'entourait; ils étaient dans un des quartiers les plus prisés d'Aleria, éloigné du quartier de l'eau. Alors qu'elle allait dire quelque chose à son daemon, un bruit sourd lui arracha un sursaut: le bâtiment à côté de celui dans lequel venait d'entrer son mari avait explosé. Littéralement. Et il commençait à prendre feu. Se levant d'un bond (en poussant une grimace, son ventre était juste énorme) elle avança de quelques pas en titubant, soutenue par Ayla. La peur lui nouait le ventre. « ... Deniz? DENIZ! » Une nouvelle explosion eut lieu quelques secondes après qu'elle eut commença à appeler son mari; elle fut soufflée par la force du jet et poussa un cri de douleur quand la poutre d'une des maisons lui tomba sur le ventre. Dos au sol, la face contre le ciel, elle toussait, la gorge prise par le goût âcre de la fumée. Et la douleur qui lui déchirait le ventre n'aidait pas; elle avait l'impression d'être écartelée vive. « Ayla! » Elle ne voyait son daemon nulle part, et elle souffrait tellement que si l'animal avait été également blessé, elle n'aurait pas su faire de différence entre la douleur qu'elle ressentait actuellement et la sienne. C'était horrible. La vision trouble, la gorge irrité et le souffle coupé, Aysu tentait de soulever la poutre sans grand succès. Autour d'elle, tout le monde criait et la foule s'entremêlait, c'était la folie si bien qu'elle faillit recevoir des coups de pieds tant les gens ne faisaient plus attention à ce qui les entourait. Cependant, dans la brouaha, elle réussit à entendre une voix bien connue; « Aysu! » C'était Ayla. Le chien poussa des aboiements puissants pour se faire entendre, et la jeune femme lui lança faiblement en espérant qu'il puisse l'entendre; « Je- Je suis là! J'ai mal... » Puis elle se coupa net, prise d'une douleur atroce dans le ventre. Coupée en deux par la puissance de la douleur, elle ne sentit pas tout de suite l'eau qui coulait entre ses jambes; quand elle s'en rendit compte, elle pâlit. « Oh non! » Non. Ça ne pouvait pas être ce qu'elle pensait. « Non, non, non, non! » C'était trop tôt. Beaucoup trop tôt. Se tortillant comme un beau diable malgré la douleur pour sortir de là, Aysu tentait de retenir les larmes qui lui montaient aux yeux. A côté d'elle, tournant comme un beau diable pour tenter de trouver une solution, Ayla lui demanda; « C'est le bébé?! » La gorge trop nouée pour parler, la brune se contenta d'un hochement de tête. « Respire! » C'était ce qu'elle faisait; mais la fumée et la poussière venaient se nicher dans la gorge et la irritaient la gorge si bien qu'elle toussait à chaque fois qu'elle prenait une bouffée d'air. Une nouvelle contraction arriva; la brune poussa un cri de douleur et se cambra, les joues inondées de larme. C'était la fin, elle en était sûre. Elle allait mourir ici, et son bébé également. « Aysu, Aysu c'est moi! » Cette voix si bien connue la sortit de sa torpeur. Quand la jeune femme sentit les mains de son mari sur son visage, elle se détendit un peu; il allait la sortir de là, n'est-ce pas? Il allait la sauver, et leur bébé aussi?  « Reste calme ma chérie... Que quelqu'un vienne m'aider! » Mais Aysu n'entendit pas la suite, tout fut noir. Au milieu de ce chaos apocalyptique, elle sombra dans l'inconscience, tordue par les contractions de son accouchement prématuré.

déc. 2002 (29 ans) « Je suis vraiment désolée mais.... votre fille était morte-née. Mes condoléances. » Mort-né. Aysu aurait pu rester plonger dans un silence éternel, à entendre cette phrase raisonner dans les méandres de son esprit tant elle était détruite par cette nouvelle. Son enfant. Sa fille. Son bébé. Morte, elle était morte. Leur petite Nilüfer... Fermant les yeux avec force comme pour repousser cette voix qui semblait la tourmenter, la jeune femme serra dans ses mains tremblantes le lit d'hôpital dans lequel elle était allongée depuis la veille. Depuis les attentats dans la ville d'Aleria, où ils avaient été des victimes collatérales. Cette foutue guerre lui avait tout pris. Tout. « Non... » La gorge serrée, Aysu protesta. Elle protesta contre la fatalité, le destin qui semblait vouloir tout lui enlever à chaque fois qu'elle était un tant soi peu heureuse C'était injuste. Une larme unique roula sur sa joue mais pas un sanglot ne s'échappa de ses lèvres. Après tout, les plus grandes douleurs son muettes. Ramenant ses jambes contre elle pour se rouler en boule entre ces quatre murs blancs, elle murmura une nouvelle fois; « Non... » A côté d'elle, Deniz passa ses bras au-dessus de ses épaules d'un air protecteur. Il était détruit lui aussi par la nouvelle, cela se voyait; il semblait s'être changé en statue de sel. « Aysu, ça va aller. » lui murmura-t-il au creux de l'oreille, passant une main dans ses cheveux poussiéreux et emmêlés. Dans la tête de la jeune femme raisonna la voix de son daemon, couché au pied de son lit, en aussi mauvais état qu'elle; « Ce n'est pas de ta faute. » Bien sûr que ça n'était pas de sa faute. Ça n'avait jamais été de sa faute. Elle n'avait jamais rien demandé de tout ça. « Ça va aller. » souffla-t-elle, d'une voix si faible qu'elle semblait avoir subi toutes les peines du monde. Oui, ça allait aller. Quel beau mensonge. Ils n'iraient plus jamais bien. Rien n'irait bien.

déc. 2002 (29 ans) Il était temps de partir. Aysu avait passé un mois dans cet hôpital, dans cette chambre beaucoup trop blanche qui lui avait donné mal à la tête tant elle était lumineuse. Cet endroit l'avait rendu encore plus malade qu'elle ne l'était de base, ça avait été insupportable. Derrière elle, son mari la regardait comme si elle était faite de cristal; il n'osait dire quoi que ce soit de peur de la briser. Elle détestait qu'il se comporte comme ça avec elle. Elle n'était pas en sucre, n'était pas faible. Elle était forte. Forte. Fière. Plus forte que le destin. Du moins, c'était ce qu'elle voulait. Le jeune homme tint la porte à sa femme pour qu'elle puisse passer en première, mais la jeune femme se stoppa et souffla; « Attends. » avant de faire demi-tour jusqu'à son lit. Les draps étaient mal plissés, et ça la rendait anxieuse de savoir le lit mal fait; quatre fois, elle passa sa main sur le tissu blanc pour l'aplatir correctement. Quatre fois. Deux fois avec la main gauche, deux fois avec la main droite. Ensuite, elle replaça deux fois une mèche de cheveux rebelle derrière son oreille. Puis elle cligna deux fois des yeux. « C'est bon. » Elle voulait rentrer chez elle, c'était tout ce qu'elle demandait. Quitter cet endroit qui lui donnait envie de vomir.

jan. 2003 (30 ans) Un sourire terriblement faux se dessina sur les lèvres d'Aysu, éreintée, tandis que ses derniers clients quittaient la boutique qu'elle tenait avec Deniz. Depuis qu'ils étaient retournés vivre à Aleria après la tragédie qui avait touché leur couple, ils s'étaient tous les deux plongés corps et âme dans le projet qui leur tenait à coeur depuis des années: ouvrir une boutique afin d'exercer leurs talents d'artisans. Ils étaient tous les deux doués de leur main, réparer une chaise, recoudre un pantalon, recoller une semelle de chaussure; tout ça ne leur posait aucun problème. Ils avaient beau être tous deux détruits par la perte de leur enfant n'ayant jamais poussé le moindre soupir, ils savaient qu'au fond d'eux, ils devaient surmonter cette épreuve ensemble. C'était ainsi qu'ils avaient toujours fait après tout: faire face aux difficultés de la vie tous les deux. Le climat à Aleria était devenu électrique, la tension était clairement palpable. Le régime de terreur qui était en train d'être instauré par le gouvernement prenait de plus en plus d'ampleur; tous craignaient d'être pris pour un rebelle, ou d'être découverts le pot aux roses. Elle avait arrêté de compter les morts sur la grande place, brûlés vifs, noyés et pendus. Elle avait arrêté de faire attention à tout ce qui se passait autour d'elle et avait décidé de ne se concentrer que sur elle et son mari, sur leur survie.

Revenir en haut Aller en bas
neutre
avatar


▹ Sur Aléria depuis : 13/12/2015
▹ Messages : 147
▹ Pseudo : flyingsquirrel. (maëlle)
▹ Avatar : dane dehaan.
▹ Crédits : secret santa.



▹ Âge : vingt-six années à fouler cette terre de feu, à chercher sa place.
▹ Nation : enfant des flammes, de la chaleur, il appartient à la nation du feu, la puissante, l'insoumise, celle qui a écrasé tous ses opposants afin de montrer sa supériorité.
▹ Daemon : une femelle lynx nommée maekar. elle est à l'image de son maître, discrète, calme, observatrice et très intelligente. d'ordinaire assez passive, elle peut se montrer très agressive lorsqu'on s'attaque à jamie.
▹ Profession : jamie travaille au sein du service des politiques communes. il a toujours été évident pour lui qu'il s'orienterait vers une activité qui ferait appel à ses capacités mentales plutôt qu'à son aptitude physique.
▹ Statut civil : jamie est officiellement célibataire. mais en réalité, c'est plus compliqué que cela. il a réussi à se soustraire à un mariage imposé et s'est rapproché très récemment d'une certaine brune de la nation de la terre. s'ils n'ont pas parlé de leurs sentiments, le bernstein sait très bien ce qu'il ressent et n'hésitera pas à le faire savoir le moment venu
▹ Signe distinctif : il garde la marque des attentats de novembre dernier sur toute sa jambe droite. cette dernière a été sévèrement brûlée et même si jamie a bénéficié des meilleurs soins, les cicatrices sont bel et bien présentes.
▹ Allégeance : autrefois, son allégeance allait à sa famille et de surcroît au gouvernement. on lui avait appris à être loyal à une seule chose, les siens et ce malgré les désaccords qui pouvaient l'animer. mais désormais les choses sont différentes. jamie commence à ouvrir les yeux sur son propre sang, qu'il a longtemps excusé en fermant les yeux sur les horreurs. maintenant, le jeune bernstein n'est loyal qu'à lui-même et peu importe si ça doit l'amener à défier le gouvernement ou quitter les siens.

Voir le profil de l'utilisateur

Re: howling ghots they reappear (aysu)
Sam 19 Déc - 17:58
rebienvenue parmi nous heart
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Re: howling ghots they reappear (aysu)
Sam 19 Déc - 18:02
Bienvenue petite truite ! cute

Bon courage pour la suite de ta fichette, et au plaisir de se croiser sur la cb Wink
Revenir en haut Aller en bas
rebelles
avatar


▹ Sur Aléria depuis : 12/12/2015
▹ Messages : 88
▹ Pseudo : herondale (clara)
▹ Avatar : zoey deutch
▹ Crédits : wildworld (avatar)



▹ Âge : elle est âgée de vingt ans
▹ Nation : si elle est originaire de la nation de l'air, elle a pourtant vécu la majeure partie de sa jeune vie dans la nation de la terre
▹ Daemon : une loutre nommée circé
▹ Profession : natalia n'exerce pas vraiment de profession
▹ Statut civil : officiellement célibataire même si tout le monde sait pour sa liaison avec ace bernstein
▹ Allégeance : elle ne sait plus à qui se fier donc elle n'a aucune allégeance en ce moment

Voir le profil de l'utilisateur

Re: howling ghots they reappear (aysu)
Sam 19 Déc - 18:13
bienvenue sur le forum et bon courage pour ta fiche heart
Revenir en haut Aller en bas
rebelles
avatar


▹ Mes comptes : nolan fawkes (water).
▹ Sur Aléria depuis : 08/11/2015
▹ Messages : 518
▹ Pseudo : incaendo, lise.
▹ Disponibilité : 1/5 (natalia/dmitri/malia/(aleya))
▹ Avatar : dylan o'brien
▹ Crédits : bbw.



▹ Âge : 23 ans. Alexis est né à la fin du mois d'août.
▹ Nation : Sa nation est celle de l'air, et malgré toutes ces années passées dans la nation de la terre, il restera toujours profondément attaché à sa nation.
▹ Daemon : Thanae, une femelle lynx qui semble contenir toute la haine du garçon en elle. Elle est aussi téméraire et rusée que Gael, et aussi souple et sanguine qu'Alexis, partageant parfois ces coups de colère.
▹ Statut civil : Célibataire, mais il ne se considère pas comme tel. Le coeur d'Alexis appartient à Gael. Depuis toujours, en fait, mais il ne comprenait pas les sentiments qu'il avait pour l'être qu'il n'était censé qu'aimer d'un amour fraternel. Alexis a également eu une relation avec Aleya Hemingway, mais ils se sont séparés un peu avant qu'Alexis arrive à Aleria.
▹ Don : La projection astrale. Apparue accidentellement pendant l'une de ses nombreuses séances de méditation. Il a appris à maitriser un peu plus son don avec Gael, qui est le seul à connaître son secret. Pendant que Gael travaillait dans sa chambre, Alexis prenait place dans un coin de la pièce et s'entrainait, étant alors certain que personne ne le dérangerait, puisque Gael y veillait.
▹ Signe distinctif : Alexis boite encore légèrement, à cause de son accident lors des attentats. Il a également des légères marques de brûlures sur les épaules et sur les flancs, qui ne sont plus douloureuses du tout et il possède une fine cicatrice dans son dos, vestige d'un vieil accident. Il a également un tatouage de sa nation entre les omoplates.
▹ Allégeance : La rebellion, toujours.

Voir le profil de l'utilisateur

Re: howling ghots they reappear (aysu)
Sam 19 Déc - 18:22
Bienvenue sur le forum ! heart
Si tu as la moindre question, n'hésite pas !


Don't you remember how I used to like Being on the line? I dreamed you dreamed of me calling out my name, Is it worth the price? Cut cover, take that test, Hold courage to your chest. Don't wanna wait for you, Don't wanna have to lose All that I've compromised to feel another high. I've got to keep it down tonight. I had to break myself to carry on. No love and no admission... Take this from me tonight. And oh, I was a king under your control.
Revenir en haut Aller en bas
neutre
avatar
my loyal friend.

▹ Mes comptes : soon.
▹ Sur Aléria depuis : 19/12/2015
▹ Messages : 130
▹ Pseudo : Brumy
▹ Disponibilité : 7/7 présence, 3/7 rp
▹ Avatar : Alejandra Alonso
▹ Crédits : secret santa t'es le meilleur ♥

are you insane like me, in pain like me.

▹ Âge : trente ans. Cela fait maintenant trente ans qu'elle foule ce sol froid, qu'elle erre sur cette terre, qu'elle parcourre ces eaux glacées. Trente ans.
▹ Nation : nation de la bienveillance dont la facilité première est l'intégration dans n'importe quel lieu, née de l'amour de la lune et de l'océan: l'eau est sa maison, son foyer, sa patrie.
▹ Daemon : un akita inu mâle nommé Ayla calme, loyal, affectueux, discret, silencieux et intelligent; il lui correspond parfaitement. Il la couve, la suit, surveille ses arrières; il est son plus fidèle allié et son plus proche ami. Un regard leur suffit à se comprendre; il est la prunelle de ses yeux, la lune de ses nuits et son coeur jumeau.
▹ Profession : artisane touche à tout, elle sait y faire avec les babioles et objets en tous genres.
▹ Statut civil : mariée, et ce depuis sept ans. Il est tout ce qu'il lui reste, et elle ne laissera jamais rien l'atteindre tant qu'elle pourra l'éviter.
▹ Don : aucun en particulier, elle est un simple maître de l'eau sans aucune autre capacité particulière. La capacité à contrôler le sang des autres ne l'attire pas de toute façon, par contre elle aurait bien voulu pouvoir soigner son esprit de cette peine immense.
▹ Signe distinctif : son regard vert est intense et vous déstabilise. Sur sa tempe droite, une cicatrice en vague forme de croissant de lune peut être vue; il s'agit d'un souvenir d'une mauvaise chute dont elle ne se souvient même plus en détail tant elle était jeune quand c'est arrivé.
▹ Allégeance : l'allégeance d'Aysu va à un monde de paix où l'égalité est de mise; tout ce qu'elle voulait, c'était une vie heureuse avec son mari et sa fille.

Voir le profil de l'utilisateur

Re: howling ghots they reappear (aysu)
Sam 19 Déc - 18:42
Merci à vous heart
Je ne vous cache pas que ça me fait plaisir de revenir, et j'suis super contente de voir toutes ces nouveautés face



if you’re safe enough to be bored, you’re lucky. you walk outside, you risk your life. you take a drink of water, you risk your life. nowadays you breath and you risk your life. you don’t have a choice. the only thing you can choose is what you’re risking it for. ©️ caius


♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
rebelles
avatar
rrroooaaarrr.

▹ Mes comptes : kali helesand.
▹ Sur Aléria depuis : 12/12/2015
▹ Messages : 450
▹ Pseudo : la p'tite mouette.
▹ Disponibilité : disponible.
▹ Avatar : matt smith.
▹ Crédits : la p'tite mouette.

splash.

▹ Âge : vingt-cinq fragiles gouttes d'eau. depuis tout jeune j'ai vu les rivalités se dérouler d'un oeil innocent et incompris. je n'ai pas vraiment agis durant toutes ces années, que ce soit pour me défendre ou pour prendre part à un combat... et le présent n'est pas plus sûr, j'espère donc m'épanouir encore longtemps.
▹ Nation : de l'eau. et je m'en contente. je ne me voyais de toute manière être natif d'un autre élément. l'eau représente bien des choses. aussi bien la pureté pour son apparence cristalline que le chaos lorsqu'elle se décide à se révolter rien qu'un peu.
▹ Daemon : sedna. un crocodile du nil qui semble dangereux en apparence mais qui est en réalité, aussi douce qu'une peluche au fond d'elle. elle est une très grande amie.
▹ Profession : maître-soigneur à l'aquarium grandeur nature. c'est un métier qui me permet de m'occuper des autres et en particulier des créatures marines que je chéris. de la même manière, c'est aussi par moment, l'occasion d'user mon don à des bonnes fins.
▹ Statut civil : célibataire. si je suis déjà tombé amoureux, j'ai toujours été réticent à m'engager. j'ai peur de tomber sur la mauvaise personne... ou tout simplement de la perdre à cause des batailles qui se déroulent.
▹ Don : guérison. après maintes journées à m'entraîner, je suis parvenu à manier ce contrôle d'une efficacité surprenante. moi qui ait toujours rêvé d'être utile en faisant le bien, je m'en réjouis et utilise la guérision pour n'importe qu'elle raison, dès que quelqu'un requiert de mon aide.
▹ Signe distinctif : des blessures. durant toutes ces années de tension entre les nations, personne n'en est ressorti véritablement intacte, aussi bien psychologiquement que physiquement. pour ma part, c'est la ligue qui s'est amusée à me torturer en m'arrachant trois de mes petits doigts de pied et laissant de longues cicatrices dans le dos qui resteront indélébile.
▹ Allégeance : secrètement pro-rebelle. par le fruit du hasard, j'ai fini par les rejoindre bien que je voulais rester assez neutre et fermer les yeux. mais c'est plus fort que moi. je veux aider ces maîtres de l'air qui sont injustement inconsidéré comme cela à pu l'être pour moi autrefois... si je suis à la normal pacifique et doux, je préfère être utile en soignant les révolutionnaires blessés lors d'une mission avec l'aide de mon don.

Voir le profil de l'utilisateur

Re: howling ghots they reappear (aysu)
Sam 19 Déc - 19:57
Bienvenue ici !! :3
Bonne chance pour la suite de ta fiche de présentation <3



THE LITTLE CHAOS
Our journey would take us to the depths of hell His eyes shine like the rays of morning His mouth is as a burning flame Leviathan Cresting the waves Leading us all to the grave Leviathan Slaying all foes Who dare to oppose Tearing bodies limb from limb Eviscerating on a whim The skies turned to black The oceans fell dead, no winds dared to blow Then out the darkness with a thunderous roar Leviathan rose up from the depths below


Revenir en haut Aller en bas
http://kandrakar.forumactif.be/t159-je-n-m-enfuis-pas-je-vole-uc#622 http://kandrakar.forumactif.be/t203-l-e-v-i-a-t-h-a-n-legend-speaks-of-a-beast#1765
neutre
avatar
my loyal friend.

▹ Mes comptes : soon.
▹ Sur Aléria depuis : 19/12/2015
▹ Messages : 130
▹ Pseudo : Brumy
▹ Disponibilité : 7/7 présence, 3/7 rp
▹ Avatar : Alejandra Alonso
▹ Crédits : secret santa t'es le meilleur ♥

are you insane like me, in pain like me.

▹ Âge : trente ans. Cela fait maintenant trente ans qu'elle foule ce sol froid, qu'elle erre sur cette terre, qu'elle parcourre ces eaux glacées. Trente ans.
▹ Nation : nation de la bienveillance dont la facilité première est l'intégration dans n'importe quel lieu, née de l'amour de la lune et de l'océan: l'eau est sa maison, son foyer, sa patrie.
▹ Daemon : un akita inu mâle nommé Ayla calme, loyal, affectueux, discret, silencieux et intelligent; il lui correspond parfaitement. Il la couve, la suit, surveille ses arrières; il est son plus fidèle allié et son plus proche ami. Un regard leur suffit à se comprendre; il est la prunelle de ses yeux, la lune de ses nuits et son coeur jumeau.
▹ Profession : artisane touche à tout, elle sait y faire avec les babioles et objets en tous genres.
▹ Statut civil : mariée, et ce depuis sept ans. Il est tout ce qu'il lui reste, et elle ne laissera jamais rien l'atteindre tant qu'elle pourra l'éviter.
▹ Don : aucun en particulier, elle est un simple maître de l'eau sans aucune autre capacité particulière. La capacité à contrôler le sang des autres ne l'attire pas de toute façon, par contre elle aurait bien voulu pouvoir soigner son esprit de cette peine immense.
▹ Signe distinctif : son regard vert est intense et vous déstabilise. Sur sa tempe droite, une cicatrice en vague forme de croissant de lune peut être vue; il s'agit d'un souvenir d'une mauvaise chute dont elle ne se souvient même plus en détail tant elle était jeune quand c'est arrivé.
▹ Allégeance : l'allégeance d'Aysu va à un monde de paix où l'égalité est de mise; tout ce qu'elle voulait, c'était une vie heureuse avec son mari et sa fille.

Voir le profil de l'utilisateur

Re: howling ghots they reappear (aysu)
Sam 19 Déc - 20:10
Merci Léviathan heart
J'ai terminé huhu (bon j'ai gardé l'histoire d'Aysu sur l'ancienne version du forum et je l'ai adaptée dans les dates et les évènements, en espérant qu'il ne manque rien Arrow )



if you’re safe enough to be bored, you’re lucky. you walk outside, you risk your life. you take a drink of water, you risk your life. nowadays you breath and you risk your life. you don’t have a choice. the only thing you can choose is what you’re risking it for. ©️ caius


♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
rebelles
avatar


▹ Mes comptes : Kael Visegard
▹ Sur Aléria depuis : 12/12/2015
▹ Messages : 1195
▹ Pseudo : greyguizmo
▹ Disponibilité : ( 0/2 ) Libre
▹ Avatar : Dominic Cooper
▹ Crédits : Tumblr



▹ Âge : 32 ans
▹ Nation : Nation de la Terre. Blessée mais toujours vaillante.
▹ Daemon : Niciannon. Une malamute d'alaska au pelage roux. Loquace, intrépide, exubérante et impatiente.
▹ Profession : Professeur de maîtrise de la terre & Expert chasseur
▹ Statut civil : Célibataire
▹ Don : Aucun, à part ses compétences dans le tir à l'arc et la chasse.
▹ Signe distinctif : Une griffure sur son flan, cadeau d'un chat à dents de lion.
▹ Allégeance : Les régents de la terre en apparence, mais c'est un cœur de rebelle qui bat dans sa poitrine.

Voir le profil de l'utilisateur

Re: howling ghots they reappear (aysu)
Sam 19 Déc - 20:27
Bienvenue sur le forum, et bon courage pour ta fichette.
j'adore le daemon.


Where your treasure is, there your heart will be also.
Revenir en haut Aller en bas
http://kandrakar.forumactif.be/t150-nathaniel-hemingway http://kandrakar.forumactif.be/t162-nath-mes-amis-mes-amours-mes-emmerdes
gouvernement
avatar


▹ Mes comptes : La douce Tessa et l'ensorcelante Maeve.
▹ Sur Aléria depuis : 09/11/2015
▹ Messages : 410
▹ Pseudo : Littlewolf (Hélène).
▹ Disponibilité : Encore un petit de libre. (2/3)
▹ Avatar : Lily Collins, la maléfique.
▹ Crédits : Avatar : schizophrenic et signature : anaëlle



▹ Âge : Vingt-cinq automnes à jouer dans les feuilles mortes. Les années qui n'enlèvent rien à sa jeunesse tant convoitée. L'âge du pouvoir malsain, des décisions irrationnelles.
▹ Nation : Les dragons n'y sont pas légende mais bien réalité, douce créature qu'elle incarne avec noblesse. Fille des flammes, naissant de l'étincelle obscure d'une nuit d'été. Le feu, la chaleur qui enserre vos âmes.
▹ Daemon : Pelage d'hiver, canines ensanglantées pour ses détracteurs. Sven, son loup polaire qui marche dans l'ombre. Féroce, toujours dans l'agitation. Le carmin, il l'aime autant que son double. Un duo meurtrier.
▹ Profession : Bras droit de son frère, rêvant du trône comme une lionne en cage.
▹ Statut civil : Volage, papillonnant d'hommes en hommes sans jamais éprouver une once de sentiment. Elle n'est que pierre qui fracasse, seul son frère mérite cet amour qui la déchire. Hybris, elle n'est qu'hymen déchiré pour le pouvoir.
▹ Don : L'électricité qui s'éparpille dans son carmin. Ses sentiments qui réclament puissance. Elle est l'éclair qui transperce les plus dociles. Entrainée depuis l'enfance, ses pupilles bleus qui annoncent l'orage.
▹ Signe distinctif : Son don qui la prive d'un sens, le toucher. Ses bouts de phalanges qui dégagent encore l'odeur de la chair brûlée. Elle n'a plus d'empreinte digitale, plus aucune identité aux yeux du monde.
▹ Allégeance : Elle ne courbe l'échine devant personne. Jumelle du régent, tirant les ficelles dans l'ombre pour un royaume de chaos. Hybris, elle croit en lui même si elle désirerait cette place qui lui revient.

Voir le profil de l'utilisateur

Re: howling ghots they reappear (aysu)
Sam 19 Déc - 21:31
Rebienvenue parmi nous coeur




Queen
⊹ Poison qui dévore votre carmin, laissant peu de chance à la vie de reprendre son court. Elle n'est que mort, ombre dansante au coin d'un feu grégeois. Malédiction qu'elle consomme, lèvres pourpres envoûtantes qui ne demandent qu'à glisser sur des corps bientôt froids.
Revenir en haut Aller en bas
rebelles
avatar


▹ Sur Aléria depuis : 12/12/2015
▹ Messages : 323
▹ Pseudo : Melo
▹ Disponibilité : Open
▹ Avatar : William Moseley
▹ Crédits : morloki



▹ Âge : Cela 25 ans qu'il a poussé son premier cri emporté par une bourrasque de vent d'hiver/
▹ Nation : L'air, la liberté, celui qu'on ne peut n'y toucher, ni saisir, ni capturer.
▹ Daemon : : Eowa,un nom tout doux pour une créature tout aussi douce qui pourtant peut quand elle le veut se montrer redoutable. Avec son plumage colorée et son chant mélodieux, la petite femelle Quetzal est loin d'inspirer la crainte. Si Dmitri peut imposer par sa stature et son caractère parfois ronchon, il faut bien avouer que la présence d'Eowa suffit à l'adoucir.
▹ Profession : Dmitri dirige en compagnie de sa cousine Lyra la rebellion. Il est en quelque sorte un dirigeant, même s'il ne l'a jamais vraiment désiré.
▹ Statut civil : Aux yeux de tous, il est une âme solitaire et sans attache amoureuse, mais cela n'est qu'une illusion. Son coeur est depuis quelques temps déjà animé par de douces pensées qu'il n'aurait jamais pensé pouvoir posséder.
▹ Don : Craint et redouté par la nation de l'air, Dmitri possède la capacité de projection astrale, ce qui lui permet de se mouvoir et d'interagir hors de son corps. Avec les années, il a appris et s'est entraîné et possède désormais un très bon contrôle sur celui-ci. Cependant il le garde cacher, craignant que cela n'en effraie quelques uns. Seule sa cousine Lyra est au courant.
▹ Signe distinctif : Outre, la flèche située sur son épaule et commune à la nation de l'air, Dmitri possède aussi deux tatouages. Deux ailes, une face à l'autre de chaque côté de son dos, sa colonne vertébrale marquant la séparation entre celles-ci
▹ Allégeance : La rebellion, mais plus qu'à elle, il est surtout pour la liberté. C'est pour elle qui se bat, pour cette idée qu'un jour il pourra libérer son peuple de la tyrannie/

Voir le profil de l'utilisateur

Re: howling ghots they reappear (aysu)
Sam 19 Déc - 21:59
Héhé te revoilà parmi nous pleasee , toujours avec le beau akita love2 . Re bienvenue parmi nous hero



Hope is a waking dream.”

All we have to decide is what to do with the time that is given to us©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
http://kandrakar.forumactif.be/t155-dmitri-there-is-some-good-in-this-world-and-it-s-worth-fighting-for
rebelles
avatar
▹ Mes comptes : aleis livanov, c'taré incestueux.
▹ Sur Aléria depuis : 13/12/2015
▹ Messages : 28
▹ Pseudo : incaendo, lise.
▹ Disponibilité : 3/3.
▹ Avatar : logan lerman
▹ Crédits : Odistole



▹ Âge : 24 ans.
▹ Nation : eau.
▹ Daemon : Yri, une panthère des neiges.
▹ Allégeance : Il n'a prêté allégeance qu'aux rebelles, même si il a bien l'attention de se parjurer. Nolan n'est en réalité fidèle qu'à lui-même et à ses propres desseins. Espion pour son propre compte, il apprend, il cherche les faiblesse et ce dans le seul but de faire tomber les Livanov. Les familles régentes le débectent au plus haut point.

Voir le profil de l'utilisateur

Re: howling ghots they reappear (aysu)
Sam 19 Déc - 22:40

Bienvenue parmi nous
Félicitation tu es validé (e) !
Tu as survécu à la validation, c'est une chose importante déjà. Dans quelques instants, tu pourras te promener dans les rues de Kandrakar et te battre pour le pouvoir comme tous les idiots du coin (sauf les Bernstein, tuvois.) Les régents sont comme cela en ce moment. Avant de t'ouvrir les portes de cette belle ville, permets moi d'ajouter quelques mots. Tce personnage est toujours aussi intéressant !.

Comme tu l'as compris, tu entres dans le cercle très fermé des membres de ce foutoir. Tu vas pouvoir affronter des grosses têtes et décapiter des pauvres. On est comme ça ici, des petits handicapés du sentiment. Avant, il y a cependant quelques formalités que tu ne dois pas négliger pour que ton aventure se passe bien. Tout d'abord, fais un tour dans ce sujet pour recenser ton avatar ainsi que dans celui-ci pour recenser ton daemon et pour finir, par ici si tu fais parti d'un mouvement contraire. Un guide du forum est mis à ta disposition ici, histoire de combler tes dernières interrogations.

Par ailleurs, tu vas pouvoir t'intégrer au sein du forum et nous t'invitons pour cela à poster ta fiche de liens et de RPs de ce pas ! Nous avons mis un modèle facultatif à ta disposition si tu veux, il se trouve dans ce sujet ! Tu as peut-être besoin de scénarios ou de liens précis, alors n'hésite pas à créer un scénario en cliquant ici ou en optant pour un semi-liens en jetant un coup d'oeil à ce sujet. Pour finir, le flood est ta nouvelle maison alors viens y faire un tour par-ici.

Nous avons aussi mis en place les parrainages pour vous permettre de mieux vous connaître :perv:

A bientôt sur le forum : langue langue langue
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Re: howling ghots they reappear (aysu)
Sam 19 Déc - 22:55
Rebienvenue sur le forum dance
Ayant des Akitas IRL, je ne peux qu'adorer ton choix d'animal-âme amoor amoor amoor
Revenir en haut Aller en bas
neutre
avatar
my loyal friend.

▹ Mes comptes : soon.
▹ Sur Aléria depuis : 19/12/2015
▹ Messages : 130
▹ Pseudo : Brumy
▹ Disponibilité : 7/7 présence, 3/7 rp
▹ Avatar : Alejandra Alonso
▹ Crédits : secret santa t'es le meilleur ♥

are you insane like me, in pain like me.

▹ Âge : trente ans. Cela fait maintenant trente ans qu'elle foule ce sol froid, qu'elle erre sur cette terre, qu'elle parcourre ces eaux glacées. Trente ans.
▹ Nation : nation de la bienveillance dont la facilité première est l'intégration dans n'importe quel lieu, née de l'amour de la lune et de l'océan: l'eau est sa maison, son foyer, sa patrie.
▹ Daemon : un akita inu mâle nommé Ayla calme, loyal, affectueux, discret, silencieux et intelligent; il lui correspond parfaitement. Il la couve, la suit, surveille ses arrières; il est son plus fidèle allié et son plus proche ami. Un regard leur suffit à se comprendre; il est la prunelle de ses yeux, la lune de ses nuits et son coeur jumeau.
▹ Profession : artisane touche à tout, elle sait y faire avec les babioles et objets en tous genres.
▹ Statut civil : mariée, et ce depuis sept ans. Il est tout ce qu'il lui reste, et elle ne laissera jamais rien l'atteindre tant qu'elle pourra l'éviter.
▹ Don : aucun en particulier, elle est un simple maître de l'eau sans aucune autre capacité particulière. La capacité à contrôler le sang des autres ne l'attire pas de toute façon, par contre elle aurait bien voulu pouvoir soigner son esprit de cette peine immense.
▹ Signe distinctif : son regard vert est intense et vous déstabilise. Sur sa tempe droite, une cicatrice en vague forme de croissant de lune peut être vue; il s'agit d'un souvenir d'une mauvaise chute dont elle ne se souvient même plus en détail tant elle était jeune quand c'est arrivé.
▹ Allégeance : l'allégeance d'Aysu va à un monde de paix où l'égalité est de mise; tout ce qu'elle voulait, c'était une vie heureuse avec son mari et sa fille.

Voir le profil de l'utilisateur

Re: howling ghots they reappear (aysu)
Sam 19 Déc - 23:02
Merci à vous pour vos messages heart

Maï: la chance! j'adorerais en avoir, je trouve que ce sont des chiens juste magnifiques! ♥️



if you’re safe enough to be bored, you’re lucky. you walk outside, you risk your life. you take a drink of water, you risk your life. nowadays you breath and you risk your life. you don’t have a choice. the only thing you can choose is what you’re risking it for. ©️ caius


♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
rebelles
avatar


▹ Sur Aléria depuis : 12/12/2015
▹ Messages : 323
▹ Pseudo : Melo
▹ Disponibilité : Open
▹ Avatar : William Moseley
▹ Crédits : morloki



▹ Âge : Cela 25 ans qu'il a poussé son premier cri emporté par une bourrasque de vent d'hiver/
▹ Nation : L'air, la liberté, celui qu'on ne peut n'y toucher, ni saisir, ni capturer.
▹ Daemon : : Eowa,un nom tout doux pour une créature tout aussi douce qui pourtant peut quand elle le veut se montrer redoutable. Avec son plumage colorée et son chant mélodieux, la petite femelle Quetzal est loin d'inspirer la crainte. Si Dmitri peut imposer par sa stature et son caractère parfois ronchon, il faut bien avouer que la présence d'Eowa suffit à l'adoucir.
▹ Profession : Dmitri dirige en compagnie de sa cousine Lyra la rebellion. Il est en quelque sorte un dirigeant, même s'il ne l'a jamais vraiment désiré.
▹ Statut civil : Aux yeux de tous, il est une âme solitaire et sans attache amoureuse, mais cela n'est qu'une illusion. Son coeur est depuis quelques temps déjà animé par de douces pensées qu'il n'aurait jamais pensé pouvoir posséder.
▹ Don : Craint et redouté par la nation de l'air, Dmitri possède la capacité de projection astrale, ce qui lui permet de se mouvoir et d'interagir hors de son corps. Avec les années, il a appris et s'est entraîné et possède désormais un très bon contrôle sur celui-ci. Cependant il le garde cacher, craignant que cela n'en effraie quelques uns. Seule sa cousine Lyra est au courant.
▹ Signe distinctif : Outre, la flèche située sur son épaule et commune à la nation de l'air, Dmitri possède aussi deux tatouages. Deux ailes, une face à l'autre de chaque côté de son dos, sa colonne vertébrale marquant la séparation entre celles-ci
▹ Allégeance : La rebellion, mais plus qu'à elle, il est surtout pour la liberté. C'est pour elle qui se bat, pour cette idée qu'un jour il pourra libérer son peuple de la tyrannie/

Voir le profil de l'utilisateur

Re: howling ghots they reappear (aysu)
Sam 19 Déc - 23:05
Aysu: faut que tu ailles chez Mai, c'est le paradis des akitas pleasee



Hope is a waking dream.”

All we have to decide is what to do with the time that is given to us©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
http://kandrakar.forumactif.be/t155-dmitri-there-is-some-good-in-this-world-and-it-s-worth-fighting-for
rebelles
avatar


▹ Mes comptes : à bas la schizophrénie intenvise
▹ Sur Aléria depuis : 08/11/2015
▹ Messages : 166
▹ Pseudo : Summer Child (Co)
▹ Disponibilité : Ralentissement
▹ Avatar : DOB
▹ Crédits : Belispeak



▹ Âge : vingt-trois ans que le vent souffle balaie son visage et que la liberté tonne en son être
▹ Nation : l'air, depuis toujours et à jamais
▹ Daemon : Lokia, une femelle jaguar imposante, douce lorsqu'il faut l'être, brutale comme son maître la plupart du temps, mais quelques une de ses attitudes ressemblent bien trop à Alexis, signe de leur puissant lien
▹ Profession : inventeur qui met ses talents au service de la rébellion, il est aussi souvent dehors à exécuter des missions sensibles
▹ Statut civil : officiellement célibataire, et souhaite le rester
▹ Don : Gael dispose du 6e sens, une forte intuition qui l'a plus d'une fois sauvé de mauvais pas. Même s'il ne le sait pas encore, il commence à s'en douter.
▹ Signe distinctif : une énorme cicatrice au niveau du cou, reste d'un combat avec un maître de l'eau. Une trace de brûlure qui lui lèche encore le flanc. Un tatouage, très bas sur la hanche, en forme de flèche.
▹ Allégeance : la rébellion, même si les idées que commencent à avoir les membres de sa famille l'effraient

Voir le profil de l'utilisateur

Re: howling ghots they reappear (aysu)
Dim 20 Déc - 20:01
Rebienvenue ici coeur




I saw the different things you did,
But always you yourself you hid.
I felt you push, I heard you call,
I could not see yourself at all
Revenir en haut Aller en bas
http://kandrakar.forumactif.be/t120-too-many-war-wounds
Contenu sponsorisé


Re: howling ghots they reappear (aysu)
Revenir en haut Aller en bas

howling ghots they reappear (aysu)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE FOUR NATIONS. ::  :: LE DÉBUT DE LA FIN :: ILS SONT ACCEPTÉS-