avoir plus de liens ?
Pour ce faire, n'hésitez pas à aller voir les sujets ouverts par les membres ici-même. Des membres comme Lyra Livanov, Teresa Ravenscar et Aelin Rosenbach ont besoin de vous !

avoir plus de rp/d'action ?
Encore une fois, c'est très simple ! N'hésitez pas à parcourir la recherche de rp, ou encore, vous pouvez obtenir une mission ! Si ça ne vous suffit pas, vous pouvez aussi faire intervenir un pnj dans vos rps !

Découvrir les topics communs en cliquant ici !

Le staff vous souhaite de joyeuses fêtes !



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
fermeture définitive
Le forum ferme définitivement ses portes ! Pour plus d'informations cliquez ici

(Hyzia) Intruder in a kingdom makes of wildcat.
gouvernement
avatar


▹ Mes comptes : La douce Tessa et l'ensorcelante Maeve.
▹ Sur Aléria depuis : 09/11/2015
▹ Messages : 410
▹ Pseudo : Littlewolf (Hélène).
▹ Disponibilité : Encore un petit de libre. (2/3)
▹ Avatar : Lily Collins, la maléfique.
▹ Crédits : Avatar : schizophrenic et signature : anaëlle



▹ Âge : Vingt-cinq automnes à jouer dans les feuilles mortes. Les années qui n'enlèvent rien à sa jeunesse tant convoitée. L'âge du pouvoir malsain, des décisions irrationnelles.
▹ Nation : Les dragons n'y sont pas légende mais bien réalité, douce créature qu'elle incarne avec noblesse. Fille des flammes, naissant de l'étincelle obscure d'une nuit d'été. Le feu, la chaleur qui enserre vos âmes.
▹ Daemon : Pelage d'hiver, canines ensanglantées pour ses détracteurs. Sven, son loup polaire qui marche dans l'ombre. Féroce, toujours dans l'agitation. Le carmin, il l'aime autant que son double. Un duo meurtrier.
▹ Profession : Bras droit de son frère, rêvant du trône comme une lionne en cage.
▹ Statut civil : Volage, papillonnant d'hommes en hommes sans jamais éprouver une once de sentiment. Elle n'est que pierre qui fracasse, seul son frère mérite cet amour qui la déchire. Hybris, elle n'est qu'hymen déchiré pour le pouvoir.
▹ Don : L'électricité qui s'éparpille dans son carmin. Ses sentiments qui réclament puissance. Elle est l'éclair qui transperce les plus dociles. Entrainée depuis l'enfance, ses pupilles bleus qui annoncent l'orage.
▹ Signe distinctif : Son don qui la prive d'un sens, le toucher. Ses bouts de phalanges qui dégagent encore l'odeur de la chair brûlée. Elle n'a plus d'empreinte digitale, plus aucune identité aux yeux du monde.
▹ Allégeance : Elle ne courbe l'échine devant personne. Jumelle du régent, tirant les ficelles dans l'ombre pour un royaume de chaos. Hybris, elle croit en lui même si elle désirerait cette place qui lui revient.

Voir le profil de l'utilisateur

(Hyzia) Intruder in a kingdom makes of wildcat.
Dim 13 Déc - 14:15
Intruder in a kingdom makes of wildcat

feat. Hybris&Lucrézia
Le soleil venait de tirer sa révérence. Hybris, elle inspectait la montre centrale du manoir qui se trouvait dans le hale d’entrée. Vingt et une heure. Depuis la prise au pouvoir de Murtagh, le temps semblait lui filer entre les doigts. Plus une seconde pour souffler, complots et frasques lui engloutissaient tous ses instants. Elle faisait quelques pas dans l’immense pièce accolées. Le salon. Aussi démesuré que le manoir en lui même. Refais à neuf après la guerre, toujours plus grand et imposant, il était celui des Bernstein. Celui qui attisait les jalousies non dissimulées. Hybris, elle se posait quelques instants sur le canapé en cuir. Ses yeux qui balayaient la pièce, la sensation de ne plus vivre chez ses parents mais bien dans sa propre demeure. Avec son frère, celui qui ne l’avait jamais encore déçu. Celui qu’elle aimait, qu’elle chérissait. Pourtant, ce soir là, le manoir semblait bien vide. Vide de vie comme vide de sens, arraché à ses vies qui autrefois se mouvaient sans aucune pudeur. Elle caressait la matière encore froide du meuble, se rappellent le nombre de baiser qu’elle offrait aux deux hommes qui comptaient le plus à son coeur sur ce même canapé. Lancelot, elle ne pouvait l’oublier. L’amour connaissait ses raisons mais surtout ses mystères et ce lien qui les unissait résidait de l’absurde. Elle l’aimait autant qu’elle le detestait, comme Murtagh. Hybris, elle ne savait faire que cela de toute façon, apprécier dans le combat. Se battre sans cesse en oubliant à quel point le monde pouvait être beau. On l’avait éduqué ainsi, froide et sans âme. Le parfait portrait de son père, l’acolyte redoutable de son frère. Elle le savait, sans cette poigne qui les caractérisait, la brune et sa famille seraient certainement des parias de la société. Il fallait faire renier la terreur pour que le peuple plie l’échine, pour que personne ne décide de rejoindre la rébellion. Elle se devait de hanter les cauchemars du sous-peuple pour que ses derniers lui prêtent allégeance sans se poser de questions. La jeune femme, elle comprenait bien vite comment diriger ce monde qui ne lui ferait aucun cadeau. Elle se souvenait encore des discours de son père, ceux qui incitait à la haine et au pouvoir. Il les formatait depuis la naissance. De vrais Bernstein. Des purs sangs. Murtagh et sa soeur représentaient l’avenir de cette nation tandis que Lilian s’infiltrait dans ce tableau. Elle ne serait qu’épaule sur laquelle se reposer. Hybris, elle se le promettait. Personne ne prendrait cette place qui leur était destinée. Personne.

Elle finissait par se lever, arrêtant de rêvasser à une vie antérieure. Hybris, elle ne possédait pas assez de temps pour faire ce genre de chose. S’approchant du bar en bois ancien habillée d'une robe noire sobre qui l'avait oppressée toute la journée, elle s’emparait bien vite d’une bouteille de rhum. Un verre en cristal, le liquide qui s’écoulait lentement en laissant ses fragrances caressaient les narines de sa détentrice avec délicatesse. Elle en buvait une gorgée, restant silencieuse dans cette immense pièce. Hybris, elle se sentait seule pour la première fois depuis fort longtemps. Généralement, cette sensation ne la dérangeait pas plus que cela mais ce soir, la brune ressentait le besoin de partager un bon diner ainsi qu’une nuit d’amour. Avec son frère. Certainement. Du moins, c’est ce qu’elle prévoyait quand il rentrerait. Elle sentait la colère la gagnait à cette pensée. Où pouvait-il être, ce gosse qui jouait encore et toujours avec le feu. Paranoïaque comme le reste de sa famille, elle s’imaginait déjà son jumeau aux bras d’une autre. Se laissant envouter par une prostituée ou pire, par Lucrezia. Son sang qui commençait à bouillir, des images qui ne cessaient de polluer son esprit. Hybris, elle finissait le verre en quelques gorgées tandis que l’alcool brûlait tout son être au passage. Elle laissait la recopiant sur le bar tandis qu’elle se dirigeait finalement vers la cuisine. Passant par la porte d’entrée, elle entrevoyait les lumières du jardin qui semblait allumer. Surement un garde qui faisait sa ronde. Le manoir se voyait cerné par des sbires qui assuraient la protection des Bernstein. La jeune femme, elle ne s’arrêtait pas sur ce détail et cherchait quelques choses pour concocter un repas du roi. Car c’était ce qu’ils étaient, les jumeaux, des nouveaux rois et reine en quête de pouvoir malsain. Ses yeux rivés sur les différents meubles, l’inspiration lui manquait cruellement. Rares sont les fois où la jeune femme touchait à la nourriture non préparée. Il y avait toujours du personnel pour cela mais elle avait renvoyé le personnel pour la soirée, voulant avoir le manoir pour elle seule. Hybris, elle n’avait confiance en personne et encore moins en ses sbires qui pouvaient aisément être des espions. Son intimité, voilà ce qu’elle gardait de plus précieux. Attrapant finalement un paquet de céréales et une boîte de lait, elle se servait dans un bol. Tant pi pour Murtagh, il n’avait qu’à être là après tout.

Parcourant le hale pour regagner le salon, elle se voyait freinée dans sa course par un bruit qui l’exaspérait d’avance. Quelqu’un frappait à la porte. Hybris, elle roulait des yeux avant même de connaitre l’identité de la personne. Les êtres les plus chers qu’elle possédait seraient rentrés sans ménagement. Elle s’approchait de la porte, posant son bol à l’abri des regards sur un meuble accolé à l’entrée. Sa main qui se posait sur la poignée tandis qu’un sourire faux se dessinait sur son visage. Elle était de mauvaise humeur, c’était un fait. Le froid s’engouffrait bien vite dans le hale d’entrée tandis que la brune perdait immédiatement son rictus à la vue de Lucrezia. Un soupire s’extirpait de ses lèvres pulpeuses encore maquillées de rouge sang, ses yeux qui roulaient avant de dévisager son interlocutrice. Son corps qui se reposait sur la porte. « Tu penses que je ne te vois pas assez dans la journée, à ses foutus conseils des régents ? Tu as encore le culot de venir frapper à ma porte. » La jeune femme, elle haussait les sourcils. « Si tu viens pour Murtagh, il n’est pas là. Et même s’il me faisait honneur de sa présence, tu n’aurais pas la moindre chance de l’approcher. » La gamine marquait clairement son territoire. Elle se demandait bien ce que la régente de la terre venait frapper à sa porte à une heure pareil. Surement un dossier à rendre ou bien une discussion qui n’attendrait pas le lendemain. Hybris, elle pouvait dire adieu à son soir de repos. Elle serait obligée d’égorger cette femme si cela dure trop longtemps. Respirer le même air qu’elle devenait un supplice, la voir dans la même pièce une torture chaque jour. Elle la détestait, la jalousait mais surtout, Hybris ne lui laisserait jamais son frère.

made by guerlain for bazzart




Queen
⊹ Poison qui dévore votre carmin, laissant peu de chance à la vie de reprendre son court. Elle n'est que mort, ombre dansante au coin d'un feu grégeois. Malédiction qu'elle consomme, lèvres pourpres envoûtantes qui ne demandent qu'à glisser sur des corps bientôt froids.
Revenir en haut Aller en bas
gouvernement
avatar


▹ Mes comptes : seulement celui-ci.
▹ Sur Aléria depuis : 08/12/2015
▹ Messages : 110
▹ Pseudo : sparks, laura.
▹ Disponibilité : (3/3 rps) - fermé.
▹ Avatar : phoebe tonkin.
▹ Crédits : @hepburns (avatar)



▹ Âge : vingt-huit années se sont déjà écoulées depuis sa naissance.
▹ Nation : la terre, sa force s'imprègne dans ses veines et fortifie ses idées, lucrézia donnerait sa vie pour sa nation. elle fait de son mieux pour redorer le blason des darsonval, pour redresser cette nation semblant vaincue.
▹ Daemon : un aigle, il domine de ses ailes majestueuses, il envoûte et chasse, il s'agit d'un prédateur.
▹ Profession : régente de la nation de la terre, lucrézia règne dorénavant sur le royaume, elle compte bien tout changer et attend patiemment de voir ses adversaires faillir.
▹ Statut civil : célibataire, ses idées sont bien loin de son coeur et pourtant elle se consume doucement.
▹ Don : depuis ses quinze ans la jeune femme maitrise le metalbending.
▹ Signe distinctif : lucrézia crie vengeance, ses yeux sont en flammes, sa passion ardente l'embrase et ses idéaux se consument.
▹ Allégeance : au contraire de ses parents ses désirs se tournent petit à petit en faveur de la rébellion, elle n'a cependant pas encore osé franchir le pas la séparant de cette dernière.

Voir le profil de l'utilisateur

Re: (Hyzia) Intruder in a kingdom makes of wildcat.
Mar 15 Déc - 19:02

Intruder in a kingdom makes of wildcat.
i can feel the darkness coming
and i'm affadi of myself
De ses doigts délicats, Lucrézia vint toucher une de ses cicatrices logées sur le creux de son poignet. Une de ses nombreuses cicatrices. Elle était onduleuse, irrégulière et pourtant si douce. Un soupire s'extirpa des lèvres entrouvertes de la régente de la Terre tandis qu'elle revoyait les horreurs qu'elle avait vécues. Elle revoyait les cendres se déposer sur ses cils et envahir, compresser ses poumons. Elle ressentait le sang lourd et chaud s'écouler sur ses tempes et sur ses joues. Ses souvenirs elle les revivait tant de fois, trop de fois. Ces souvenirs envahissaient ses rêves, occupaient ses pensées. Ils étaient imprégnés dans sa rétine et ne semblait pas vouloir s'effacer. Et pourtant, aussi douloureux soient-ils, ils étaient beaux. Une certaine beauté semblait résulter de ces douleurs poignantes qui compressaient son coeur, qui lui piquaient les yeux. Une brise légère, douce, agréable, vint se loger dans le creux de son cou, soulevant ses cheveux noir doucement, caressant ses joues. C'était doux, agréable et pourtant si banal. Lucrézia, elle avait apprit à apprécier ces plaisirs quotidiens, ceux que l'on avait tendance à oublier si facilement. Elle se rappelait très bien des premières fois, des premiers contacts qu'elle avait eu une fois la guerre terminée. Elle se rappelait parfaitement de l'effroi qui envahissait son coeur lorsque l'on posait une main sur ses épaules, ses bras ou encore ses mains quand elle venait tout juste de rentrer chez elle. Elle se souvenait des nuits qu'elle passait sans pouvoir fermer les yeux, sans oser fermer les yeux par peur de revivre les horreurs qu'elle avait vécues. Et pourtant, si jamais il lui en été donné le choix, elle le ferait Lucrézia, elle le referait sans hésiter.

Papiers en mains, Lucrézia se retrouvait devant la porte du domaine des Bernstein. Elle soupira une fois de plus. La régente de la Terre avait tant de mal à supporter la famille des régents de la nation du Feu. Ils la dégoutaient, tous autant qu'ils étaient. Mais c'était son devoir de communiquer avec eux, et elle n'avait pas le choix. Elle frappa à la porte. Trois coups secs. Simples. Plissant les yeux, Lucrézia fixait la porte et priait pour que le temps passe rapidement et qu'elle puisse enfin rentrer chez elle. Sa mine cependant se décomposa quand ses iris croisèrent ceux d'Hybris, la soeur jumelle de l'actuel régent du Feu; Murtagh Bernstein. Les yeux de la jeune régente roulèrent tandis qu'un nouveau soupire s'extirpa de ses lèvres entrouvertes alors que ses pupilles ne bougeaient point. « Tu penses que je ne te vois pas assez dans la journée, à ses foutus conseils des régents ? Tu as encore le culot de venir frapper à ma porte. » Lucrézia soupira, encore et encore tandis qu'elle dévisageait Hybris. La jeune régente feintait l'intérêt tandis qu'elle hochait la tête, un faux sourire délicatement installé sur son visage. Hybris ne l'avait jamais aimé et Lucrézia n'était pas dupe, tout s'était dégradé depuis que Murtagh avait commencé à montrer de l'intérêt pour la régente de la Terre. Il ne s'agissait plus alors de jalousie banale, mais plus haineuse, plus discrète, plus effroyable et tout cela n'était certainement pas très sain. « Si tu viens pour Murtagh, il n’est pas là. Et même s’il me faisait honneur de sa présence, tu n’aurais pas la moindre chance de l’approcher. » Murtagh. Murtagh. Encore. Lucrézia s'avança un peu plus jusqu'à ce que son pied entre en contact avec le sol de la demeure. Elle tourna ensuite son visage vers Hybris. « Tu sais quoi, je ne sais pas si tu as remarqué mais il y a le mot "régent" dans "conseil des régents" donc je suppose que l'on pourrait très bien se passer de ta présence si tu n'es pas enjouée d'y assister. » son ton avait été moqueur, hautain, tandis qu'un nouveau rictus (victorieux cette fois-ci, et sincère) s'installa sur ses lèvres délicates. Elle avança ensuite, se rapprochant un peu plus d'Hybris jusqu'à ce que leurs épaules se touchent. « Et quant à ton frère, autant lui laisser le choix, non? » un sourcil se arqua tandis que les lèvres de Lucrézia se plissèrent. Elle avait espéré toucher une corde sensible, si sensible qu'elle aurait l'occasion de voir Hybris s'embraser, littéralement. Elle se détacha ensuite de la jeune femme avant de jeter un coup d'oeil à la demeure en soupirant. « Étant donné que ton frère n'est pas là je suppose que c'est à toi que je dois laisser ces papiers? » avait-elle dit sans daigner regarder la jeune femme dans les yeux.


    you can see it in her eyes
    she'll kill them if they try to
    send her back to her grave.
Revenir en haut Aller en bas
http://kandrakar.forumactif.be/t128-she-shoots-to-kill-and-aims-to-please http://kandrakar.forumactif.be/t161-ignite-my-love-ignite
gouvernement
avatar


▹ Mes comptes : La douce Tessa et l'ensorcelante Maeve.
▹ Sur Aléria depuis : 09/11/2015
▹ Messages : 410
▹ Pseudo : Littlewolf (Hélène).
▹ Disponibilité : Encore un petit de libre. (2/3)
▹ Avatar : Lily Collins, la maléfique.
▹ Crédits : Avatar : schizophrenic et signature : anaëlle



▹ Âge : Vingt-cinq automnes à jouer dans les feuilles mortes. Les années qui n'enlèvent rien à sa jeunesse tant convoitée. L'âge du pouvoir malsain, des décisions irrationnelles.
▹ Nation : Les dragons n'y sont pas légende mais bien réalité, douce créature qu'elle incarne avec noblesse. Fille des flammes, naissant de l'étincelle obscure d'une nuit d'été. Le feu, la chaleur qui enserre vos âmes.
▹ Daemon : Pelage d'hiver, canines ensanglantées pour ses détracteurs. Sven, son loup polaire qui marche dans l'ombre. Féroce, toujours dans l'agitation. Le carmin, il l'aime autant que son double. Un duo meurtrier.
▹ Profession : Bras droit de son frère, rêvant du trône comme une lionne en cage.
▹ Statut civil : Volage, papillonnant d'hommes en hommes sans jamais éprouver une once de sentiment. Elle n'est que pierre qui fracasse, seul son frère mérite cet amour qui la déchire. Hybris, elle n'est qu'hymen déchiré pour le pouvoir.
▹ Don : L'électricité qui s'éparpille dans son carmin. Ses sentiments qui réclament puissance. Elle est l'éclair qui transperce les plus dociles. Entrainée depuis l'enfance, ses pupilles bleus qui annoncent l'orage.
▹ Signe distinctif : Son don qui la prive d'un sens, le toucher. Ses bouts de phalanges qui dégagent encore l'odeur de la chair brûlée. Elle n'a plus d'empreinte digitale, plus aucune identité aux yeux du monde.
▹ Allégeance : Elle ne courbe l'échine devant personne. Jumelle du régent, tirant les ficelles dans l'ombre pour un royaume de chaos. Hybris, elle croit en lui même si elle désirerait cette place qui lui revient.

Voir le profil de l'utilisateur

Re: (Hyzia) Intruder in a kingdom makes of wildcat.
Mer 16 Déc - 21:51
Intruder in a kingdom makes of wildcat

feat. Hybris&Lucrézia
Elle ouvrait la porte, le visage bien vite lassé de revoir celle qu’elle détestait au plus profond de son être. La jeune femme, elle s’attendait à tout sauf à cela. Jamais Hybris ne pensait que sa rivale serait capable de frapper à sa porte, de poser un pied dans sa demeure où les bons souvenirs transperçaient encore la demeure qui semblait bien vide ses derniers temps. Nonchalance assumée, incapable de masquer cette haine qui se dégageait non sans mal de chaque centimètre de cette peau de porcelaine. Les yeux rivés sur Lucrezia, imperturbable. Hybris, elle se demandait bien ce que cette paria du sous-peuple pouvait bien faire devant sa porte à cette heure tardive. Elle espérait que cette dernière ne soit pas venue pour son frère, qu’elle n’est pas finie par succomber au charme que Murtagh dégageait au quotidien. La brune, elle savait pertinemment qu’un jour, Lucrezia finirait par déposer les armes et verrait le potentiel que son jumeau renfermé. Le plus tard serait le mieux, pour sa rivale qui perdrait très vite la vie pour avoir tenté de convoiter son bout de viande. Un sourire faux, une politesse qu’elle maintenait quelques secondes. Lucrézia, elle ne méritait même pas les bonnes manières. Fille de la terre, déchet de la société pour la jeune femme qui ne croyait qu’à la grandeur du feu. Cette nation perdait bien vite la guerre, peuple corrompu qui se tournait de plus en plus vers la rébellion qui allait certainement se dissoudre dans les prochains temps. Hybris, elle ne voyait que cela en Lucrezia. Le porte-parole d’une nation déjà sous terre, incapable de revenir dans les bonnes grâces de ce peuple qui ne jurait que pour les Bernstein. La jeune femme, elle soupçonnait la régente de n’être qu’un traitre à en devenir et cela l’arrangeait bien. Un jour, sa rivale brûlerait sur le bucher. Sous ses flammes, feux ardents qui consommeraient le dernier obstacle entre son jumeau et elle. Hybris, elle se régalait à cette pensée. Elle pouvait déjà sentir l’odeur de la chair brûlée, entendant les cris de cette pauvre vermine supplier de lui donner une dernière chance. Ce futur morte qui se trouvait pourtant sous ses yeux, son air hautain qui défiait la future reine. La brune, elle serrait ses poings pour que l’un ne se perde pas sur le doux minois de Lucrezia. Ce serait navrant.

Le pied de Lucrezia qui forçait la demeure des Bernstein, l’agacement grandissant dans les yeux d’Hybris. La jeune femme, elle se contenait réellement pour ne pas lui arracher ses cheveux un à un pour en faire un pull de Noël. Le venin que la régente terrestre venait à déverser tandis que la Bernstein laissait cette dernière se faire plaisir avant que ses mains ne se tâchent de son sang. Lucrézia, elle devait oublier la folie qui s’emparait de son interlocutrice ou encore l’impulsivité bien trop connue de cette dernière. Hybris, elle s’emparait du dossier que la jeune femme tenait dans les mains avant qu’elle ne lui tende. Un vague coup d’oeil, rien qui ne pourrait intéresser la nation du feu et son propre intérêt. Ses yeux se posaient sur sa rivale, regard meurtrier qui transpirait de haine. De mépris. Le dossier qui s’enflammait entre ses mains, devenant cendre en quelques secondes. Poussière qui se déposait sur le cou de Lucrezia alors qu’elle l’étranglait avec retenue contre le mur en quelques secondes. Pas assez assurée pour la tuer, juste ce qu’il fallait pour que la jeune femme ne se dégage pas. « Grave erreur, ma douce. Venir dans ma demeure et me tenir tête. Je pense que tu as réellement envie de mourir. » La gamine, elle la tenait bien en main. Son corps bloquait le sien pour que la situation ne s’inverse pas. À force égale. « Pour ton information, il n’y a que toi qui me gênes dans ce conseil et ce détail ne sera qu’un mauvais souvenir bientôt. S’il le faut, j’anéantirais la nation de la terre pour que tu te prosternes. Et mon frère sera heureux d’avoir un peuple en moins à gérer, ce sera son meilleur choix. » Son emprise qu’elle relâchait alors que la cendre tâchait la peau de Lucrezia. Elle déplissait sa robe noire, faisant un pas de recul avec un sourire victorieux. « Mais comportons-nous comme des femmes civilisées, ton heure n’est pas encore arrivée. J’ai encore beaucoup de projets pour toi, ma jolie. » Voix enfantine qui agaçait. La jeune femme refermait la porte, invitant son interlocutrice à rester comme ci rien ne s’était passé. Une fausse mimique gênée, ses bras qui se croisaient sur les épaules tandis qu’elle regagnait le salon. « Je n’ai pas vu de dossier passer cette porte, tu fais mal ton travail en plus de cela. Tu t’expliqueras au prochain conseil. » Elle se raclait la gorge. « Enfin, tout le monde se fiche bien de ce que tu fais. Ta nation est le cadet de nos soucis. » Hyris, elle sortait deux verres du bar ainsi qu’une bouteille de rhum. L’alcool. Vilain vice qui amenait aux confidences.


made by guerlain for bazzart




Queen
⊹ Poison qui dévore votre carmin, laissant peu de chance à la vie de reprendre son court. Elle n'est que mort, ombre dansante au coin d'un feu grégeois. Malédiction qu'elle consomme, lèvres pourpres envoûtantes qui ne demandent qu'à glisser sur des corps bientôt froids.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


Re: (Hyzia) Intruder in a kingdom makes of wildcat.
Revenir en haut Aller en bas

(Hyzia) Intruder in a kingdom makes of wildcat.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE FOUR NATIONS. ::  :: LE COMTÉ DE PYGMALYON :: VILLAGE DE SENLIN :: le domaine des bernstein-